,

Une femme, un style et des cheveux gris : Sandrine.

Garder ses cheveux gris et se réinventer.

 

Sandrine a 52 ans. Ancienne officier dans l’Armée de terre, elle a « basculé » dans l’Éducation Nationale en 2003 comme prof d’anglais. Cela ne devrait pas m’étonner qu’une belle femme comme elle ait été dans l’armée, mais si, cela m’étonne :).

Ses deux  fils de 22 et 24 ans hallucinent de voir leur mère cartonner sur Instagram. Car Sandrine est devenue une influenceuse. Ou plutôt, une inspiratrice, le mot est plus joli ! Dans son profil, @grey_so_what (grise, et alors), elle se décrit comme une « greyhair activist ». Mais, elle fait preuve de beaucoup de second degré et de distance avec ce réseau social. Ce qui la rend particulièrement sympathique. D’ailleurs, n’affirme -t-elle pas :

 » L’élégance est une question d’éducation. »

 

Sandrine, cheveux gris, blog quinqua

Un jour, Sandrine décide de garder ses cheveux gris.

 » Ras-le-bol des colorations. Il y a plus de 3 ans, je décide d’arrêter. Mais, j’ai été très choquée, frustrée par la réaction des gens. Du genre : « tu veux 20 balles pour aller te faire les racines »….

J’ai trouvé le regard des autres vraiment terrible. Vous imaginez celui de mes élèves, par exemple ! Je me sentais un peu perdue. Ne trouvant aucune inspiration autour de moi. Alors, j’ai été faire un tour sur Instagram. J’y ai trouvé des américaines hyper enthousiasmantes (comme @katiegoesplatinium) fières de leur chevelure naturelle. Et cela m’a beaucoup aidé. 

 

Cheveux gris = réinventer son style.

« J’avais toujours été plutôt du genre jean avec un look « sport ». Je me suis vraiment ré-inventée. Au niveau des vêtements, du maquillage…

En fait, j’avais vraiment peur de perdre en séduction. Je voulais rester séduisante pour mon mari, mon entourage..  Je me suis vraiment interrogée : Comment rester jolie avec des cheveux gris ? Oui, je craignais vraiment de ne plus être attirante. »

Sandrine, cheveux gris, blog quinqua

 

« Aujourd’hui, j’aime être hyper féminine. J’ai vraiment ressenti ce besoin d’hyper féminisation.

J’aime être chic et efficace (en termes de séduction). Alors, je privilégie la jupe plutôt crayon, les escarpins, la blouse, le chemisier pour son côté éminemment féminin.

Je porte peu de bijoux. Mais j’adore avoir une grosse mode d’hommes pour casser un peu le truc.
J’ai découvert la soie. La sensation qu’elle me procure sur la peau me fait me sentir belle.

J’adore les collants. Pas résilles mais un peu « travaillés ».

 

Sandrine, cheveux gris, blog quinqua

Le jean reste un vêtement  fétiche. Mais il faut qu’il soit un peu « destroy » pour pouvoir mettre quelque chose de très chic avec. J’aime jouer sur les décalages.

J’aime les chemisiers Soi Paris, les imprimés de chez Boden, la marque Esprit. Sinon, je n’ai pas de marques « attitrées ». J’aime surtout beaucoup « chiner » avec les copines. Je m’habille un peu partout. Je viens de trouver un super manteau aux Puces. Que je pourrais porter avec la seule pièce vraiment chère que je possède : une paire de bottines Louboutin. »

 

Sandrine, cheveux gris, blog quinqua

Cheveux gris = femme épanouie?

« Oui ! En fait, garder mes cheveux blancs m’a révélé une autre partie de moi. Je ne savais pas moi-même que j’étais, aussi, comme cela avant. Cela a vraiment été un cheminement mais aujourd’hui, finalement, mon entourage et mon mari en premier me trouvent plus épanouie qu’avant. Plus en accord avec ce que je suis. 

Et cette aventure sur Instagram est dingue. Cette année 2019 a été folle car si riches de collaborations, de rencontres. Et rien ne me touche plus, que de voir qu’à mon tour, je peux inspirer, aider d’autres femmes. Je reçois beaucoup de messages dans ce sens. »

 

Sandrine, cheveux gris, blog quinqua

 

Toutes les photos sont tirées de l’Instagram de Sandrine @grey_so_what.

 

Share

About virginie

14 comments on “Une femme, un style et des cheveux gris : Sandrine.

  1. Très sympa l’article et j’aime beaucoup cette femme aussi!

    • Cela ne m’étonne pas…

  2. Très jolie femme tu l as décrit si bien j aime son look très classe et tout doux merci virginie

  3. Elle est très belle mais comme souvent ce sont des très brunes qui supportent ce passage au gris ou au blanc En effet elles ont le teint mat et sont minces ce qui ne les « mémérisent « pas ! Sur une joufflue comme moi, plutôt rousse :
    j’ai peur de faire Mamie Nova et ma fille s’y oppose…..

    • Moi je suis châtain, méché blond. et j’aurais vraiment peur du coup de vieux. Et idem, mes enfants s’y opposent fermement. 🙂

  4. Je suis Sandrine depuis un bon moment, ses photos sont très sympa : tjrs recherchées et souvent pleines d’humour; bref une fille sympa qui ne se prend pas au sérieux tout en faisant preuve d’élégance ( qualités rares de nos jours sur IG), merci Virgine pour ce portrait. D’ailleurs merci pour tous tes portraits , les sujets sont tjrs interressants.
    Bonne journée

    • Merci Laurence. Et oui, elle fait preuve de beaucoup de second degré. Ce qui m’a vraiment donné envie de la présenter.

  5. Elle est magnifique !
    Mais moi aussi châtain clair et balayage blond…les tons froids ne me vont pas du tout.. et mes enfants s’y opposent également ! J’ai pas osé demandé au mari!

  6. Ca fait maintenant 7 ans que j’ai aussi arrêté totalement les colos, (j’en avais fait pendant 30 ans, blonde, rousse, noire…).
    Assez radicale dans l’idée, dès que j’ai eu 3 cm de racines poivre et sel, hop coupe courte pour éliminer directement les bouts colorés.
    J’ai eu aussi droit à des réflexions très désagréables au début mais j’ai tenu bon.
    Je ne l’ai jamais regretté, maintenant j’ai a nouveau les cheveux longs…
    Tu es magnifique Sandrine, je découvre ton IG.

  7. Merci pour ce portrait de femme tellement séduisant. je ne la connaissais pas, je vais m’abonner à son Insta de ce pas car en effet elle est très inspirante.
    Ton blog est un délice, je dois dire. Merci!

    J’ai les cheveux blancs depuis 18 mois maintenant, après 1 an de transition et au moins 20 de colorations (j’ai 56 ans). J’étais châtain clair.
    Dans mon entourage aussi, il y a eu beaucoup de réticences, à commencer par mon mari qui, bien qu’ayant 2 ans de plus que moi, a fait un pacte avec le diable on dirait, car il fait 10 ans de moins.

    Mais là c’était vraiment irrépressible comme besoin.
    Besoin de me laisser m’exprimer, de me faire apparaître telle que je me sentais intérieurement, c’est à dire sans artifices (je ne me suis jamais maquillée de ma vie, par exemple).
    J’étais même prête à subir un coup de froid dans mon couple, tant pis…tellement le besoin d’être en accord avec moi-même était fort. Je n’ai donc aucun mérite. Je n’ai fait que suivre ce besoin qui m’entraînait malgré tout.

    En revanche, tout n’a pas été un long chemin tranquille. Bizarrement, arborer les cheveux bicolores a été facile comparé au chamboulement de tout le reste (habitudes, vêtements, allure, attitude).

    Voici quelques réflexions qui me semblent utiles (c’est mon avis, tiré de mon expérience, hein, ça n’engage que moi haha!):

    -revoir sa garde-robe me semble indispensable, car le risque de faire mémère est réel, d’ailleurs au début, on m’a quelques fois laissé la place dans le métro et ça m’a vexée et menée à une réflexion sur la totalité de mon apparence et non pas seulement les cheveux.
    -rester ou redevenir mince est indispensable aussi. Surpoids + cheveux blancs = mémère. C’est un fait. On peut être révoltée de ça, mais c’est un fait. Donc éviter le plus possible les kilos en trop.
    -l’allure est fondamentale. Je suis sans cesse en train de me redresser, d’étirer mon dos… C’est fou dès qu’on n’y pense plus, pof! on se laisse aller. Et y a rien de plus efficace pour donner une silhouette de vieille que de se tenir voûtée. Donc une vigilance constante, surtout pour celles qui n(‘ont pas fait de danse classique dans leur jeunesse hahaha!
    -la coupe de cheveux doit être impeccable. J’ai eu la sagesse de changer de coiffeur (avant j’allais à un salon franchisé, de ceux où on va sans rdv, où on n’a jamais la même personne qui s’occupe de vous…) et je m’en félicite. Dès que je traîne un peu et qu’ils repoussent n’importe comment, le coup de vieux est là qui guette.

    Cela peut sembler contraignant, mais en fait, non.
    C’est tout un ensemble, qui fait qu’on est fière de son apparence,et que du coup on transmet quelque chose, une assurance, une tranquillité de s’assumer, je sais pas comment l’exprimer. On en impose tranquillement.
    Et cela fait se sentir tellement bien dans sa peau que finalement, prendre soin de soi et « se tenir » est un vrai plaisir.
    Voilà, je voulais apporter ma petite pierre 😉

    Merci encore, Virginie, pour ce blog tellement inspirant.

    • Merci de ce gentil commentaire et de ce témoignage. Je suis d’accord sur tous les points. Surtout sur la façon de se tenir. J’ai tendance à me voûter un peu, et je fais de gros efforts pour essayer de me tenir le plus droite possible, les épaules bien en arrière ! 🙂

  8. Un portrait d’une femme intéressante et très attractive ! Nous, pour le moment, nous n’avons pas encore franchi le pas, nous gardons nos cheveux méchés…

  9. J’ai déjà écrit mais je ne sais pas si mon message a été enregistré… Alors, en deux mots, je reprends : merci mesdames pour tos vos témoignages… Moi aussi je laisse vivre mes cheveux poivre et sel depuis un an et je suis ravie. À bientôt

    • Merci de votre commentaire et bonne fin de week-end. Virginie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.