Le sourire de Vanessa Clavier

Vanessa, changement de vie via Instagram.

Vanessa Clavier, le sourire d’Instagram.

Un sourire, un style, une success-story, une vraie détermination et un cheminement pas toujours tranquille… : quelques mots pour définir Vanessa. Je fais partie, depuis 2/3 ans, des plus de 38 000 abonnées de @vanessaclv sur Instagram. Sa bonne humeur, sa sincérité m’ont conquise. Et au fil des mois, j’ai été le témoin via écrans interposés de la nouvelle direction quelle donne à sa vie.

Sourire à la vie.

Maîtrise de philo en poche, elle fait  un remplacement de 3 mois à l’Aide sociale à l’enfance. Elle y restera 21 ans !

« J’ai tout de suite été animée par le travail que j’y accomplissais, portée par l’envie de faire bouger les choses. Je n’ai pas vu les années passer au sein d’une équipe formidable. Mais pour bosser sur des sujets durs, il me fallait garder une certaine dose de légèreté et d’humour. On riait aussi beaucoup pour ne pas se laisser rattraper par le pathos. C’était la seule façon de pouvoir bien faire mon travail. J’ai toujours gardé en tête que c’était un métier qu’il ne faut pas faire très longtemps. Si tu veux être bon, tu ne peux pas rentrer dans une routine. Cela demande tellement d’énergie. Mais tellement soudée avec l’équipe, j’avais du mal à lâcher.

Puis, il y a 5 ans, une de mes 2 sœurs est tombée gravement malade. J’ai tout arrêté pour l’accompagner. Je ne pouvais être nulle part ailleurs qu’avec elle. C’était extrêmement douloureux mais je me devais de donner le change, de rester gaie (même si je pleurais toutes les nuits) pour mon mari, mes enfants… Elle est décédée et tout a basculé. Je lui ai fait une promesse, à elle qui n’avait peur de rien : de penser à moi et de faire quelque chose qui parle vraiment de qui je suis. J’ai repris le boulot mais je n’étais plus la même. Alors, j’ai fait un gros boulot sur moi-même. Et, j’ai décidé de partir sans vraiment savoir ce que j’allais faire de ma vie. »

Instagram, sa liberté.

« J’ai découvert Insta grâce à mes sœurs. J’ai ouvert un compte pour que mes proches puissent suivre un voyage. Et de façon assez magique, cela a démarré très vite et m’a plu tout aussi rapidement. Instagram est devenu ma bulle de légèreté dans laquelle j’ai une liberté totale et qui ne parle que de moi. Mais comme ce n’est pas de la télé-réalité, je n’y montre que ce que je veux. C’est mon moyen de communiquer. Mais sans prétention. Je ne suis rien d’autre que ce que je suis. Très vite, j’ai reçu beaucoup de messages sous forme de questionnements autour de l’image. Au fur et à mesure de mes réponses, je me suis rendue compte que c’était cela que j’aimais faire, aider les femmes. Je les aime profondément. Il ne s’agit pas tant de parler de mode que de ce que l’on ressent en tant que femmes. L’ouverture de mon site, Vanessa Clavier (Conseil en image et communication) aujourd’hui, est un long cheminement. Il m’a d’abord fallu déconstruire mes idées sur ce je pouvais faire ou ne pas faire. En fait, je me suis dit, je vais tenter un truc mais en rêvant grand. Je vais faire le job de mes rêves. Je vais me construire un métier sur mesure même s’il n’existe pas. J’avais 2 voix dans ma tête : tu es folle/Mais si, tu peux le faire. Le conseil en image, c’est vaste. Je ne fais pas de shopping ou de visite de penderie, je fais de l’accompagnement. Ça, je sais faire ».

Le sourire de Louis de Funès ?

« J’ai grandi avec 2 sœurs magnifiques. Moi j’étais la petite boulotte (si, si). Je me suis dit que je ne pouvais pas compter sur mon physique. J’ai développé l’humour et décidé d’être bien construite intellectuellement  (d’où les études de philo). Comme je faisais beaucoup de grimaces en parlant (j’en fais toujours d’ailleurs), on me disait que je ressemblait à Louis de Funès. Alors, par auto-dérision, j’introduis tous mes posts de look sur Instagram avec Et bimmmmmmm #mabouilledelouisdefunesversioncheveuxlongs. Une façon de signifier: je me montre mais pas parce que je me trouve belle mais que je suis Ok, aujourd’hui, avec mon image. J’ai un nez pas facile, des rides mais c’est OK, personne ne va m’en vouloir.

J’ai toujours aimé la mode mais la mode ne m’a pas toujours aimée. Plus jeune, n’aimant pas du tout ce que j’étais, je ne m’autorisais rien. J’aimais les vêtements mais tout ce que je voulais porter, je trouvais cela moche sur moi. En fait, les freins, on se les met soi-même. J’ai appris à être plus bienveillante avec moi. Et c’est ce que j’aimerais transmettre aux autres. Et puis, après tout, on se détend. Ce n’est que de la mode. »

Le sourire, plus bel accessoire de mode.

Vanessa m’a un peu (gentiment) rembarrée quand je lui ai demandé de me définir son style 🙂

« Je n’aime pas parler de style. C’est trop réducteur. Ça bouge tout le temps. Je ne sais pas ce que je serai demain. Je déteste me projeter de toute façon. Bien sûr, j’ai des « constantes ». Je ne me sens jamais aussi bien qu’en jean ou pantalon d’homme et une chemise. J’aime les intemporels, les basiques, le blanc, la soie, les cols V.. »

Alors, je vais le définir moi en quelques photos prises sur son Insta.

Jamais sans mon jean ou mille et une façons de le porter. 

Le sourire de Vanessa Clavier

 

Le sens de la dégaine et du détail avec des imprimés.

Sourire et détails Vanessa Clavier

Le blanc en toutes saisons.

Le sourire de Vanessa Clavier, Blog quinqua

Du masculin/très féminin. 

Le sourire d'Instagram, Vanessa Clavier


« Je déteste avoir l’air « endimanchée », trop habillée. Je suis très « détail ». Chacun compte. C’est lui qui fait la différence. Je me maquille peu mais je fais toujours un petit effort. Si je sors telle que je me suis levée, l’effet « rosée du matin » ne fonctionnant plus à 47 ans, on va me dire que je suis crevée. Et ce n’est pas l’image de moi que j’ai envie de donner.

Une nana aussi canon soit-elle qui fait la gueule, qui se prend trop au sérieux, perd tout charme. Une femme qui est en accord avec elle-même, qui est Ok avec l’image qu’elle renvoie et qui sourit, c’est tout de suite tellement plus joli. »

Vous pourriez également aimer...

8 commentaires

  1. Mireille BOUILLET a dit :

    C’est le même parcours qui m’a conduite aussi au Conseil en Image avec un critère de plus : la transition des fameux 50 ans !

    1. virginie a dit :

      J’ai d’ailleurs fait un portrait de toi 🙂

      1. Isabelle a dit :

        Coucou Virginie, merci pour la découverte de Vanessa et de son joli compte. C’est tout ce que je recherche sur Insta, découvrir de nouvelles personnes et avoir la bulle de légèreté.
        Bises et à très bientôt

        1. virginie a dit :

          Ravie de te la faire découvrir. Bonne journée.

  2. Aimer soi-même et la bienveillance, oui. Le sourire oui, et le physique parce l’acceptation se fait plus facilement. Cette prise de conscience à travers Instagram ? Intéressant !
    Elle a un Style, c‘est vrai

    1. virginie a dit :

      Et attire la sympathie

  3. Moi je dis qu’elle est canon cette femme ! J’adore don style et sa bouille. Merci pour ce partage, je file sur insta pour regarder sa page.

    1. virginie a dit :

      Bonne découverte !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.