Parlons “sac” avec Isabelle Farrugia !

 

Le sac à main… Notre intimité, notre féminité… Le compagnon si utile que l’on trimballe partout tout en étant empreint de futilité. 

Le saviez-vous? Le sac a main est récent, il a à peine un demi-siècle. Il sortait alors juste le dimanche pour aller à la messe.  Amusant ensuite de noter que, plus la femme s’est émancipée, plus il s’est alourdi. Pour le sociologue Jean-Claude Kaufmann  qui révèle les dessous du sac à main dans Le sac (Lattès), il  est “révélateur de la charge mentale que portent les femmes aujourd’hui. Elles se battent pour l’égalité avec les hommes, mais elles le paient d’un poids de l’existence, qui s’incarne dans leur sac. Il les entrave, il les piège. Tandis que les hommes, eux, restent légers, les mains dans les poches.”

 

Les sacs à main, Isabelle en est dingue. Pour lancer sa marque de sacs et de petite maroquinerie “Isabelle Farrugia”, elle crée le hashtag : #BagIsTheBestMedicine. L’occasion pour moi de vous présenter cette belle In Mature.

 

Isabelle Farrugia - blog femmes 50 ans - quinqua - bien vieillir

 

Quand elles vont mal, certaines femmes vont changer de tête chez le coiffeur. Moi, je vais m’acheter un sac. J’en ai évidemment déjà plein. Mes placards débordent. Mon mari me prend pour une folle. Mais, cela me fait toujours du bien. Et, c’est aussi une manière de ne pas prendre les choses trop au sérieux.” 

Isabelle aurait également pu faire le portrait VirAge du blog. Elle débute dans la pub avec Séguéla (le must à l’époque) après lui avoir écrit, au culot, de sa Belgique natale, une demande de stage. Elle travaillera avec lui plus de 10 ans avant de s’envoler quelques temps pour l’Afrique du Sud. Elle rentre ensuite à la direction communication et marketing de BFM avant de prendre en charge la communication d’un grand lunetier français.

“Mais, l’année des “50 ans”, je me suis vraiment interrogée sur ce que je voulais vraiment. Une furieuse envie de “faire pour soi” s’est imposée à moi. Je ne voulais plus dépendre du choix des autres. Un coup de cœur pour un sac en python via Instagram a alors déclenché cette toute nouvelle aventure. J’ai trouvé cette matière  si magique.  Après des tas de recherches, j’ai fait mes valises, confié mes enfants et me suis envolée pour Bali. Sans réseau, sans aucune connaissance particulière en maroquinerie. Au gré du hasard, des concours de circonstances, j’ai fini par trouver un petit atelier familial (je voulais travailler selon des règles morales et éthiques). Et, j’ai pris un plaisir immense à découvrir, toucher toutes ces peaux incroyables, le python, le cobra, le veau velours… 

 

Isabelle farruggia - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Je suis rentrée avec une toute petite collection. Que j’ai très bien vendu. J’ai donc décider de lancer ma marque. Le e-shop vient juste d’ouvrir. Tout cela a été assez vite en fait.”

 

Isabelle Farrugia - blog femmes 50 ans - quinqua
Les deux modèles phares de la collection : Le cabas Zoé et le cross bag Suzanne.

 

Le sac est-il un accessoire?

Il est tout sauf accessoire. Il est juste classifié comme tel par les rédactrices de mode. Il fallait bien lui trouver une classification. Moi, je ne peux pas concevoir de sortir sans sac. Il me manquerait quelque chose. Je me sentirais à poil.

Alors, si ce n’est pas un accessoire, c’est quoi? 

Comme un prolongement de moi-même.

Le sac raconte beaucoup de choses sur une personne. Sa matière, sa forme, la façon dont on le porte. En tous les cas, moi, c’est une des premières choses que je remarque chez une femme. D’ailleurs, on peut dire : montre-moi ton sac, je te dirais qui tu es. 

Alors, il y a quoi dans votre sac?

 

Isabelle Farrugia - blog femmes 50 ans - quinqua

 

J’aime le sentiment d’avoir tout ce que je pourrais avoir besoin sous la main. Et, en même temps, je suis dans une recherche de légèreté. Alors, j’ai de quoi me laver les mains. Mon rouge à lèvres, mon blush, des pinces à cheveux.. Un petit origami réalisé par ma fille…

Le sac d’isabelle est la parfaite illustration  de ce que Jean-Claude Kaufmann nomme : “l’âme du sac :  le mélange entre le fonctionnel, l’affectif et le relationnel.”

 

Quelle relation entretenez-vous avec votre sac?

Elle doit être sensuelle. Je suis très attentive à la matière. Le toucher est très important. On est sans cesse en train de le manipuler. La sensation doit être agréable. Et, rien n’est plus beau qu’un sac qui se patine avec le temps. 

Le sac idéal?

Celui que l’on aime.

Il doit être léger (j’ai vraiment envie/besoin de légèreté). Je marche beaucoup et j’ai facilement mal au dos. Avec des sacs trop lourds, on finit par chopper des “tendinites bags”! Je marche d’ailleurs encore plus depuis que j’ai adopté le cross bag (le sac en boudoulière). Un vrai kit mains libres !  

Un petit plus? 

J’ai mis un miroir dans toutes mes créations. Je fais une fixette sur le petit morceau de salade qui pourrait resté coincé entre les dents après le repas!

 

Alors l’ e-shop d’Isabelle, c’est ici. 

 

Isabelle Farrugia - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Sans oublier sa page Facebook et son Instagram  

 

Isabelle Farrugia - blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

 

 

Isabelle Farrugia - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Et, vous, votre sac à main : trousse à outils ou malle(tte) au trésor?

Share

About virginie

9 comments on “Parlons “sac” avec Isabelle Farrugia !

  1. J’en ai 3 qui tournent en permanence… Le petit quand je vais au marché et j’y mets juste mon essentiel lunettes de soleil, porte-feuille, portable. Un grand noir, un moyen caramel !
    Avant j’avais toujours un mètre, un nécessaire couture, et quelques médicaments… Ca c’était avant, j’ai réduit un peu car je suis très souvent à pied maintenant et ça pèse. A la cinquantaine, je m’allège..

    • Tout à fait d’accord, allégeons-nous ! Enfin, essayons.

  2. Toujours beaucoup d’outils dans le sac, Au lieu de les réduire on prend des sacs de plus en plus légers, de préférence en tissu et pliables d’une marque dont nous tairons le nom. Mais le retour vers la peau de reptile est bien tentant !

    • Et, le reptile est léger ! Bonne journée.

  3. Elle a un sourire magnifique et ses sacs sont superbes. Je marche pas mal, et je suis souvent chargée de gros dossiers. Donc pour mes sacs, je recherche avant tout la légèreté et le confort (anses ou bandoulière larges…) j’ai plusieurs jolis sacs en cuir… Au fond du placard. Mon graal c’est le nylon!

    • Rien de pire qu’un sac lourd sur l’épaule qui ne cesse de glisser quand on a beaucoup à marcher !

  4. Une bien jolie créatrice avec un sourire à tomber et de biens beaux sacs, en ce moment j’alterne j’ai des cabas pour la journée avec une grande pochette organiseur que je passe d’un sac à l’autre, très pratique.
    Merci de nous faire découvrir son travail,

    Bonne semaine,

    • Pas mal le coup de la pochette qui passe facilement d’un sac à l’autre !

  5. Ils sont absolument magnifiques, je suis une accroc de sac
    Merci de la découverte
    Bisous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.