Photos Léo Thullet.

 

Valérie et Marie-Odile sont deux journalistes chevronnées de la presse féminine et lifestyle. Une brune (Valérie) et une blonde (Marie-Odile), la première vit à Paris, la deuxième s’est installée à New-York. Depuis plus d’un an, elles ont créé  le Futiloscope, une newsletter (et un site) qui « décrypte, avec enthousiasme parfois, et un brin de mauvais esprit souvent, une tendance qui en dit long sur l’époque« .

 

 

 

Valérie : »Nous avons voulu créer le Futiloscope pour redevenir émettrice en étant tout à fait libres. Il devient difficile dans la presse de brocarder les tics de l’époque, d’avoir une vision un peu ironique. Nous avons toujours adoré la tendance. Mais, il faut aussi savoir garder de la distance. Ne pas dire tout le temps que tout est génial ! Nous nous adressons à tous ceux qui ont déjà une petite culture de la tendance, de la déco. Mais qui ont aussi de l’auto-dérision, sur eux-mêmes et sur leur façon de « craquer ». Bref, on va tous quand même mettre des plantes vertes et du rotin partout chez nous, mais on va le faire en pleine conscience :). 

Marie-Odile :  » Avec la tendance, tu peux rentrer assez loin dans les pratiques des gens. Et, avec Valérie à Paris et moi à New-York, cela nous permet d’avoir un double regard. On se rend compte d’ailleurs que Paris est en plein éveil. Il s’y passe une foultitude de choses. À New-York, en revanche, ils vont toujours plus loin. Voire jusqu’à la provoc. Ils nomment tout de suite les choses. Par exemple, quand nous avons vu l’émergence du rose, aux states c’est devenu le millenium pink et le débat a glissé sur l’unisexe, le transgenre. Le rose prenant le pouvoir d’effacer les genres »

Donc, le Futiliscope, c’est beaucoup de questions futiles totalement indispensables !

 

La brune : « Et puis, il était aussi important pour nous de se mettre au digital. Cela nous apporte beaucoup de joie de bosser comme cela dans l’immédiateté, dans la réactivité. Indispensable d’ailleurs quand on veut parler de tendance. »

La blonde : « Et, cela nous permet de renouer avec le plus marrant de ce que l’on a toujours fait ensemble. Où on travaillait à 4 mains sur tous nos sujets avec une grande liberté éditoriale.  Quand on a écrit notre bouquin « Pour en finir avec les années 80 » ( chez Calman-Levy avec François Reynaert), on se moquait déjà des travers de l’époque. »

Car, le Futiloscope, c’est aussi (et surtout) une histoire d’amitié personnelle et professionnelle qui unit ces 2 femmes depuis plus de 30 ans. Elles ont commencé ensemble au magazine Elle dans les années 90. Perso, je les ai connues dans les années 2000 quand elles dirigeaient ensemble le magazine BIBA en créant ce ton plein de second degré très galvaudé aujourd’hui dans la presse féminine (elles étaient mes chefs en fait et sont devenues des amies précieuses).

La parisienne : »Le Futiliscope est aussi un moyen de retravailler ensemble. D’avoir un projet commun alors que depuis 2004, nous avons pris des chemins pro différents. Et d’abolir les distances vu que Marie-Odile est partie vivre à New-York. Cela nous permet d’être en lien quotidiennement. »  

La new-yorkaise :  » Oui, en fait, cela nous équilibre de faire des trucs ensemble ».

 

Pour vous abonner c’est ici 

2
Share

De la musique, du bon et du bio, de la mode, des espions et des espoirs de rencontres pour les jeunes de plus de 50 ans… Première quin(qua)zaine de juin.

Festival We love green.

Ce festival de musique « engagé dans une démarche éco-responsable » s’est tenu le week-end dernier dans le bois de Vincennes.

Une conscience éco friendly dans la joie et la bonne humeur, une ambiance flower power assez réjouissante.

Bon, j’avoue,  je ne connaissais pas les 3/4 de la programmation musicale (#CoupDeVieux), mais je me suis éclatée sur du Bowie version braaasiiiiiil avec Seu Jorge.

 

 

Niveau bouffe : beaucoup de fun et d’inventivité au royaume du quinoa, du burger vegan et des boulettes énergétiques (avec en toile de fond l’idée qu’il va falloir vraiment trouver des solutions, la restauration étant le deuxième poste d’émission à effet de serre après les transports).

 

 

 

Série : Le bureau des légendes :

Là, c’est vraiment du lourd ! La saison 1 était top, j’ai moins aimé la 2 mais alors la saison 3 est dingue ! Super scénar, super bien fait, super bien joué.

Cette série d‘Eric Rochant  se passe au sein de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure). Au Bureau des légendes qui gère les agents des services de renseignements sous couverture en immersion dans des pays hostiles. Dans cette saison, leur agent « Malotru » (Mathieu Kassovitz) est otage aux mains de Daesh.

Foncez sur Canal en replay. Franchement!

 

 

Et, cocorico : Le Bureau des Légendes est la série en langue française la plus vendue dans le monde (70 pays). Une quatrième saison est d’ailleurs déjà confirmée. Youpi !

Pensée(s).

« Qu’est-ce qu’on va faire de tout ce qu’on n’a pas vécu? « 

 

Véronique Olmi (J’aimais mieux quand c’était toi).

 

Achat :

Incapable de résister à une collab Monoprix.

Cette fois c’est avec Albertine, une marque de beachwear trendy. Des maillots, des serviettes de plage.. mais aussi quelques objets déco comme ce miroir en rotin et coquillages à 30€.

 

 

Une expo : « Balenciaga, l’œuvre au noir ».

J’ai tout d’abord découvert, en plein 15e à Paris, un petit havre de verdure rempli de statues gigantesques : le musée Bourdelle. 

 

 

 

Cette expo se concentre sur le règne du noir dans les créations de ce créateur espagnol. Qui puisait son inspiration dans l’Espagne traditionnelle de son enfance.

 

 

Boléros, mantilles, robes du soir.. Des merveilles avec juste parfois une petite touche de couleur qui vient bousculer tout cela.

 

Expo jusqu’au 16 juillet, Musée Bourdelle, 16 rue Antoine Bourdelle, Paris 15e

Pour les jeunes de plus de 50 ans !

 

Un nouveau site de rencontres DisonsDemain.fr (sympa comme nom) vient de se lancer. Vous avez peut-être vu les pubs très sympas à la télé. Ils m’ont contacté pour vous parler d’eux. Avec plein d’infos sur nos pratiques amoureuses.

Déjà, nous sommes 9 millions de célibataires de plus de 50 ans en France. Qui croient, pour 63% d’entre eux, encore et toujours au grand amour. 37% ont déjà utilisé un service de rencontres et 40% ne souhaitent pas vivre sous le même toit que leur future e-partenaire.

J’ai bien aimé cette info-là aussi : les plus de 50 ans communiquent plus rapidement leur numéro de téléphone à leur « target » que les moins de 35 ans, une fois passés les premiers échanges de présentation. Bref, on ne laisse pas passer l’occas, plus de temps à perdre pour une génération qui a pourtant grandi avec « jamais le premier soir ».

Et, l’équipe de DisonsDemain.fr, qui a bien planché sur le sujet, nous décrit comme plus hédonistes que jamais et ouverts aux rencontres. 57% des plus de 50 ans sont tournés vers leur épanouissement personnel et l’accomplissement de leur projet. C’est pourquoi, ils ont voulu créer un site qui nous ressemblent et uniquement dévoué à notre tranche d’âge.

 Vous connaissez ma dévotion journalistique pour ce blog.

Je me suis inscrite. Hyper simple. Ce qui permet de faire un repérage de ces messieurs disponibles. Je ne vais pas vous mentir: pas que des bombes (mais, le site démarre, faut leur laisser du temps) mais, des hommes qui s’inscrivent pour rencontrer des femmes de leur âge ont déjà toute ma sympathie. Ici pas de risque qu’un quinqua nous trouvent bien trop vieille pour lui (du vécu)). Rien que les pseudos laissent rêveuse : Jycroiafon, Charmant, Calin, 4you… J’ai reçu assez rapidement pas mal de flashs (oui, oui) et pas que, comme je le craignais, de septuagénaires courant la quinquajeunette. Après, pour faire un meilleur travail de sélection et pouvoir communiquer par message, il faut prendre un abonnement (27,99 € pour un mois, 13,99€ pour 6 mois).

 

Partie sponsorisée.

 

1
Share

Cette fameuse confiance en soi….

Sur cette photo, je trouve que j’ai l’air d’avoir vraiment confiance en moi

et

elle me donne confiance en moi parce que je me trouve bien dessus, ce qui est rare (que je me trouve bien).

Cette notion de confiance en soi met en lumière toutes mes contradictions.

J’aimerais être la nana vraiment sûre d’elle. Mais, j’ai dû mal à supporter ceux qui donnent le sentiment de se sentir supérieur.

J’ai toujours l’impression que je ne vais pas y arriver, que l’on ne va pas m’aimer etc. Mais, au fin fond de moi, se cache malgré tout un paquet de prétention.

Je ne supporte pas cette femme parfois un peu gauche. Mais, j’aime aussi mon côté, qui doute, qui, je le sais, me pousse à donner le meilleur de moi-même.

Pffff

Comme le savez peut-être, j’aime assister aux lundis philo de Charles Pépin.

Le dernier thème abordé :

LA CONFIANCE EN SOI EST-ELLE UNE QUALITÉ?

Evidemment, on a envie de lui crier OUI !

Qui ne rêve pas d’avoir cette assurance dans la vie lui permettant de se savoir capable d’affronter moult situations?

Mais Charles, lui, se méfie de l’idée même de confiance en soi !

Car :

Confiance = se fier totalement = ne pas chercher la contradiction

→  Trop confiance en soi = ne pas avoir besoin des autres.

Alors qu’il il faut avant tout croire en sa capacité d’être en lien avec les autres.

Et, puis, mon philosophe préféré (je dois avouer que je trouve Charles tout en intello sexytude) n’aime pas la notion du SOI !

Trop restrictif.

Pour lui, la vraie confiance en soi serait une confiance en quelque chose de plus grand que soi.
Là, j’avoue, Charles m’a un peu perdue.

Et, il se méfie de ce qui serait de l’ordre de l’ego. Qui risque d’amener à l’orgueil, l’arrogance.

Puis, il cite Foucault pour évoquer la notion de « souci de soi ».

Ça j’aime bien !

L’idée de prendre soin de soi, de s’entretenir dans le souci de s’améliorer. La confiance en soi vient alors de surcroit.

Donc, ce n’est pas une qualité mais une conquête ! 

Avec la conscience de soi  = se faire confiance même si je sais qu’une grande partie de moi m’échappe.

Et, bien en voilà, j’ai enfin trouver un sens à donner au fait de vieillir.

Il s’agit d’une quête de s’améliorer.

En ayant toujours confiance en ses capacités et en sa capacité à apprendre.

Ce que confirme Anita Pinato, coach et créatrice du site Science du bonheur présentée dans ce post.

« La confiance en soi n’est ni une qualité, ni un défaut. C’est une aptitude. Qui s’apprend par l’action. Comme le sport, c’est un entrainement.

Alors, je ne vais plus vieillir, mais

  • Je vais, quel que soit l’évenement, de plus en plus savoir que j’ai la capacité d’y faire face.
  • Je vais pouvoir de mieux en mieux mobiliser, quelle que soit la situation, mes nombreuses ressources pour la traverser.
  • Je vais être de plus en plus consciente que je ne peux pas plaire à tout le monde (même si en vrai, j’aimerais vachement).

Vieillir = Une bonne confiance en soi.

Alors, je ne vous dis pas comment on va se la péter, tous, à la maison de retraite dans nos couches Confiance (désolée, pas pu m’en empêcher). Et, d’ailleurs, la petite vieille qui fait ses courses au Franprix aux heures de pointe, je la trouve d’UNE ARROGANCE !

En attendant, vous pouvez assister à un atelier d’Anita Pinato ou télécharger son ebook sur la confiance en soi.

 » QUE VOUS PENSIEZ Y ARRIVER OU NON, VOUS AVEZ RAISON DANS LES DEUX CAS ».

 Henry Ford.

8
Share

Plus de 45 ans et changer de vie professionnelle !

Marie, 49 ans

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

Marie vient d’ouvrir à Genève un concept store proposant des marques de mode, de déco qui partagent des valeurs éthiques et solidaires : Supplément d’âme (11 rue de la Terrassière)

 » Ce que je choisis de vendre est d’abord beau. Mais, a aussi une « histoire » à raconter. D’où le nom : supplément d’âme. »

Un vrai virage pro ! Rien ne prédisposait Marie à ouvrir son propre commerce. Jeune femme ambitieuse, elle décide il y a près de 30 ans de faire carrière dans le secteur bancaire. Elle y exerce de nombreux métiers. Elle lèvera juste le pied à la naissance de son fils (20 ans aujourd’hui) en bossant à mi-temps.

« Mais 4 ans plus tard, j’ai divorcé. Il fallait donc que je sois à nouveau indépendante financièrement. Déjà à ce moment-là, je ne voulais pas vraiment retourner dans le secteur bancaire. Je sentais déjà que j’avais envie « d’autre chose ». Mais, bon, c’était plus facile alors de trouver un job dans mon domaine de compétence. Et, finalement, j’ai bien fait d’y retourner. Car j’ai rencontré alors des personnes qui faisaient de la finance durable. Je me suis sentie en phase avec ce type de valeurs. Une petite graine a commencé à germer… « 

Marie, alors qu’elle est toujours en poste, suit un module de formation sur la finance durable à l’université. Elle cherche à se diriger vers ce secteur. «  Il s’agit encore d’une niche, c’est un milieu très difficile à pénétrer. »

« Je commence alors à penser à un plan B avec une envie grandissante de travailler à MA manière. Un jour, dans un grand magasin, j’ai un coup de foudre pour de superbes robes indiennes, super colorées, hyper gaies de la marque Dandy& Brooks. Des créations artisanales mais au goût occidental. Juste sublime! Je discute avec la créatrice. Une femme très engagée pour le commerce équitable, écolo qui fait très attention aux colorants utilisés par exemple. »

Ça fait tilt. Marie se dit que ce type d’offre : de la qualité, de l’artisanat… manque à Genève. Elle sent qu’elle tient un truc en cohérence avec ses propres valeurs. Passe des heures et des heures sur Internet à la recherche d’autres marques qui partagent cette même philosophie. Comme Muskhane, Naram (Je vous ai d’ailleurs présenté Muriel, la créatrice des merveilleuses étoles en cachemire Naram dans ce post. ). Avec la vraie conviction que « la slow fashion » est LE marché d’avenir.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

« C’est amusant est de constater comment les choses finissent par s’enchaîner naturellement quand on est sûre de son but. Tu as le sentiment q’une une autoroute s’ouvre.« 

« Il fallait trouver le bon lieu. Une boutique bien placée, c’était fondamental pour la réussite de mon projet. Alors que je me promène dans le quartier des eaux vives, un quartier à la fois populaire et bobo, je commence à aller voir les commerçants pour parler avec eux, savoir comment cela se passait pour eux. Un d’eux m’apprend qu’il y a une arcade à remettre (reverso franco/suise: un pas de porte à louer ). »

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

« Le loyer est très correct mais son attribution est sur concours à la mairie de Genève. Je dépose mon dossier: un vrai business plan avec la première marque qui a accepté de me suivre, Muskhane. Et, là, crac boum : le ok de la mairie de Genève ».

Marie file alors sa démission dans la foulée. Elle profite d’un fonds de pension qu’il est possible de débloquer en Suisse quand on se met à son compte étant rassurée sur l’avenir de son fils (ayant économisé suffisamment pour lui financer ses études.)

 

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

« Je viens d’ouvrir, c’est le bonheur absolu. Cela a a hyper bien démarré. Et, pour moi, grande shoppeuse, quel rêve de travailler dans la mode, la déco ! »

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

19
Share

Un peu décalée cause vacances, voici ma quin(qua)zaine de quasi tout février du coup !

Expo :

Icônes de l’art moderne, la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuitton.

 

IMG_4203

 

Waou ! Une collection complètement incroyable de ce magnat du textile russe, Sergueï Ivanovitch Chtchoukine, collectionneur visionnaire. Tous les plus grands sont là : Monet, Cézanne, Gauguin, Picasso…

Vu de mes yeux pour la première fois « en live » Le si fameux déjeuner sur l’herbe (celui de Monet) . Ça fait quelque chose!

 

IMG_4201

 

En revanche, les textes d’explication à chaque entrée de salle :  hyper confus. Je comprenais une phrase sur 2??? Et, dommage que la personnalité de ce collectionneur n’est pas été plus mise en avant. Avec un manque de mise en scène. Ayant (quand même) compris que le plus étonnant dans cette immense collection était la façon dont Chtchoukine placait ses tableaux, dans un vrai cumul, étroitement rapprochés les uns des autres constituant ainsi des monumentaux murs de peintures.

 

Ciné: 

Et, oui, j’ai été voir La La Land !

 

La la land - blog femmes 50 ans - quinqua

 

J’avais adoré Whiplash réalisé par Damien Chazelle. Nul doute que ce mec est fan de jazz ! Là, OK, 3 semaines plus tard, le film ne m’a pas laissée un souvenir vraiment précis. Mais, je n’ai pas boudé mon plaisir sur le moment. Une petite bulle de joliesse et de bonne humeur. Et, ça, c’est toujours bon à prendre. Plus le petit côté madeleine des comédies musicales de mon enfance !

Et puis trop mimi Emma Stone et Ryan Gosling (enfin, surtout Ryan).

 

Vacances à la montagne: 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

ENFIN, je n’ai pas entendu :

(à lire avec l’accent savoyard)

« Vous n’avez pas de chance. Il faisait si beau la semaine dernière. »

Cette année, la bonne semaine fut la mienne !

Et, alors, que j’entamais mes vacances montagnardes, je tombe sur cette article de Elle sur le phénomène « La la Land ».

 

La la land- blog femmes 50 ans - quinqua

 

« Elle » parle de plaisirs démodés, nous conseille de faire entrer le soleil dans nos vies en privilégiant les couleurs arc -en-ciel. Vive le : rose, le jaune, le vert émeraude, le bleu Klein…

Alors, au détour d’une piste bleue et d’une rouge, l’évidence me saute aux yeux. La montagne : c’est La la land!

Le royaume des neiges est celui des couleurs saturées et des imprimés improbables. Nul autre endroit où on ose porter des trucs pareils!

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

Le pas de patineur remplace le pas de dance, mais chaque skieur (à part ceux vraiment en galère) semble sauter de joie.

Mais chaque année, une fois les skis chaussés, je me pose la même question : comment est-il possible de moins en moins aimer quelque chose que l’on a adoré (c’est aussi cela, vieillir?).

 

Les mardis de Bunny

Je vous ai présenté Bunny Godillot dans ce post In Matures. 

Cette actrice, réalisatrice, pleine de vie et de fantaisie va animer sa première session de ÊTRE & A PART ÊTRE :

« L’habit fait le moine ». 3 heures d’atelier interactif dans la joie et la bonne humeur !

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

Connaissant le personnage, cet atelier promet d’être des plus inventifs et ludiques, avec des invités surprises. Bunny m’a d’ailleurs gentiment proposé d’y participer (merde: qu’est-ce que je vais me mettre?).

Le 28 février à 17H30 au 100 rue de Charenton, 75012.

Inscription (30€) : sur le site du 100, établissement culturel et solidaire. 

 

Une folie : 

Fan de tout ce qui se porte autour du cou + génération bandana = j’ai immédiatement craqué pour ce foulard YSL commandé sur mytheresa.com. 

 

225€

 

In Matures dans la pub :

Lauren Hutton - blog femmes 50 ans - quinqua

La magnifique septuagénaire Lauren Hutton

 

Ciné :

Rock n Roll de et avec Guillaume Canet et Marion Cotillard. Où comment Guillaume Canet, dans son propre rôle, se transforme en Mickey Rourke !

 

IMG_0358

 

Un peu long et parfois du grand n’importe quoi, mais je me suis franchement marrée. Je ne pensais pas Marion Cotillard capable d’une telle auto-dérision (elle parle une bonne partie du film avec l’accent canadien pour préparer le prochain Dolan et rêve de jouer une boiteuse bègue car rôle à Ocars). Et, puis, assez jouissif de voir UN HOMME englué dans les affres du jeunisme à tous prix.

Guillaume a peur de perdre en vieillissant son côté rock, rebelle, anticonformiste…
Comme moi.
Mais, moi, j’ai mis cela sous ma table basse… Alors, fuck  !

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

 

1
Share

Perso, les rides, je m’en fous un peu.

Si, si j’vous jure!

Ce qui me fait vraiment ch…, c’est ma peau. Sa perte d’élasticité et surtout d’éclat qui me donne une mine « je vis dans une cave ». Sans parler de mes pores (rien que le nom est moche) qui se cratérisent !

Mais pourquoi?

Notre peau est sans cesse soumise à des agressions multiples qui induisent une accumulation de radicaux libres à sa surface provoquant un stress oxydatif. Les composants responsables de la qualité de la peau se dégradent = apparition progressive d’un teint terne.

Pour prévenir le vieillissement de notre peau, on le sait,  il faut d’abord et avant tout se protéger de la pollution et des toxiques (alcool, tabac…) et avoir une alimentation saine en buvant beaucoup d’eau.
Dit la parisienne pur jus qui fume comme une caserne entière et qui perd tout sens de la mesure (et surtout celui de l’indice) au moindre rayon de soleil.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua - peau- âge- vieillissement

 

Mais, youpi ! La médecine esthétique a deux types de solutions :

  • les stimulations mécaniques de la peau et la bio-révitalisation cutanée: toutes les techniques destinées à « rajeunir » la peau en stimulant la fabrication du collagène et en améliorant la micro-circulation.
  • Les exfoliateurs (lasers, peelings..) Ces soins ont pour but de forcer la régénération du derme en lui enlevant sa couche la plus superficielle. Ils lissent la peau, affinent son grain, resserrent les pores.

J’ai alors demandé au Docteur James Schinazi, le nouvel homme de ma peau (celles qui me suivent régulièrement le savent déjà) de nous expliquer les différentes techniques appliquées dans son cabinet.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua - âge - vieillissement - peau

 

 

 

 » – Le peeling superficiel.  Il dégrise vraiment les teints ternes. On utilise la force des acides de fruits pour nettoyer la peau en profondeur et resserrer les pores. C’est un traitement qu’il faut envisager sur le moyen terme. En prévoyant 3/4 séances à 3 semaines d’intervalle. Il n’y a pas d’évitement social, mais il faut le faire en période hivernal. « 

120/150€ la séance. Ça picote pas mal, mais pas vraiment douloureux.

« Le mesolift.  La mésothérapie pour tonifier, hydrater et donner un coup d’éclat. Une multitude de minuscules petites piqures sont appliquées au pistolet à la surface de la peau. Lui apportant un cocktail de vitamines, d’acides aminés, d’anti-oxydants et d’acide hyaluronique. »

120€ la séance. indolore. Mon soin préféré, rien d’invasif et vraiment un effet « je suis sortie de ma cave! »

 » – Le mesopeel. Je le recommande car il est vraiment complet. Un peeling, suivi d’un mesolift et d’une séance de LED après application d’un masque hydratant. C’est le même protocole que pour un peeling simple. Mais, l’efficacité est potentialisée par la combinaison des traitements. Mais, Il faut bien avoir à l’esprit que ces différents traitements, pour obtenir de bons résultats pérennes, ne peuvent pas être envisagés en « one-shot ». Il faut faire plusieurs séances. C’est vraiment de l’entretien« .

240€ la séance

« – Les skin boosters. Des injections en sous-cutanée pour déposer sur les zones qui plissent de l’acide hyaluronique.Cela hydrate en profondeur et apporte une vraie luminosité. Les résultats sont visibles au bout d’une semaine. Il faut faire au moins deux traitements par an. »

400€ la séance.

« – Le laser. Il s’agit de photorejunevation (stimulation lumineuse par laser. On chauffe la peau pour stimuler la synthèse de collagène. Il y a des petites rougeurs pendant une journée. Mais, l’effet est tonifiant, les pores sont resserrés et teint est plus lisse. »

120/150€ la séance. Je l’ai fait il y a quelques années pour « gommer » les tâches. Et, j’en avais été assez contente.

« – Venus Viva. De la radiofréquence fractionnée. On va aller chauffer en profondeur la peau pour atteindre le tissu conjonctif. La contraction des fribroblastes va alors stimuler la production de collagène. Un vrai effet tenseur ressenti au bout de 2 séances. Pour un résultat optimal, il faut en faire 3/4 à un mois d’intervalle. »

400€ la séance. Compte tenu de son coût élevé, James le recommande plutôt pour des problèmes de peaux sévères.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua - âge- vieillissement

 

Le petit conseil en plus de James :

« Attention au démaquillage! En ce moment, c’est la grande mode des eaux micellaires. Préférez-leur plutôt les huiles démaquillantes. Contrairement aux idées reçues, elles ne graissent pas la peau, mais elles lui préservent son film hydrolipidique. Essentiel à la belle qualité de la peau. Je conseille également de ne pas abuser des gommages. 2 à 3 par mois, max ». 

 

 

7
Share

Phane a crée, il y a quelques années, un site de e.commerce haut de gamme : Less is rare. Conçu comme un concept store de marques pointues et rares d’accessoires, de bijoux, de cadeaux..

 

A8D731EC-EFB5-4F76-A976-6E9DDA3C005B[1]

 

« Mais surtout des créateurs que j’aime, qui ont une histoire. Et, j’aime l’idée de rendre service. De proposer aux femmes qui sont loin, des marques qu’elles ne peuvent pas trouver. «  Présise-t-elle.

 

Âge - style - blog femmes 50 ans - quinqua

 

  • Votre style?

Il est probablement plus classique qu’avant. J’étais plutôt très cool avec une tendance à m’habiller un peu n’importe comment. Je m’oblige aujourd’hui à être plus sophistiquée, moins « négligée ». Alors, pour éviter l’effet « mémé, il faut quand même affirmer son style, et twister son allure. L’accessoire est parfait pour cela. Il va réveiller une tenue, lui donner du peps: un long sautoir, une grosse bague, des chaussures de couleur etc. 

Il va me permettre la fantaisie que je n’ose plus m’autoriser dans mes vêtements. Est-ce que je peux porter telle ou telle chose est une question que je me pose beaucoup.

Je me sens à la charnière, mon look est en train de changer, il faut que me positionne. Je me suis achetée dernièrement des chaussures argent et je m’amuse avec un bonnet orange. Si mes tenues sont plus classiques, je veux garder un coté fun. 

 

Âge - style - blog femmes 50 ans - quinqua

 

  • Votre routine pro-âge?

Je mange bio (enfin, c’est surtout mon mari qui s’y est mis et j’ai suivi). Je fais de la gym 3 fois par semaine dans un club de sport avec des copines qui me motivent (sinon, j’aurais vraiment du mal à y aller).

Je ne me maquille que la bouche. Cela me donne bonne mine. Je trouve que quand je mets du mascara sur mes cils, j’ai un regard méchant.

J’utilise le classique et intemporel pot bleu Nivéa pour le visage. C’est tout !

Mon luxe : le coiffeur une fois/semaine pour un beau brushing. Avec toujours cette idée d’être impeccable, pas négligé. Je fais aussi régulièrement des mèches blond cendré.

Idem pour les mains qui doivent, à nos âges, être toujours soignées. Mais avec lesquelles on peut aussi s’amuser avec un vernis vert bouteille ou marine.

  • Votre définition du bien-vieillir?

Être bien entourée. De ma famille et de mes amis.

Et savoir encore et toujours s’amuser. Il y a de plus en plus de gens, qui à partir d’un certain âge, ne veulent plus sortir tard, danser…

J’aime de plus en plus entretenir différents réseaux féminins : d’anciennes collègues de boulot, mes « amies gym », celles avec qui on se fait des cinés…

  • Ce qui vous gène le plus dans votre âge?

Justement cette tendance à se recroqueviller un peu sur soi, à être plus réticent au changement. Il faut absolument lutter contre cela pour rester « à bord ». Il faut faire un effort pour rester ouvert à la nouveauté.

Et, je n’aime pas cet air fatigué que j’ai le matin. Cela me donne l’air moins avenant.

 

A l’occasion de la sortie du bio-pic Jackie, j’aime beaucoup la « page tendance » que Phane a élaboré à partir d’accessoires en vente sur son site. Allez, toutes lookées en Mrs Kennedy !

 

Capture d¹écran 2017-01-18 à 01.32.04

 

 

Et, prochainement, Phane m’aidera pour un post spécial accessoires In Matures sur le blog.

7
Share

Voilà, voilà… Je viens d’avoir 55 ans.

55 ans. Putain !

Là, franchement, ça me fait chier.

Et, oui, je parle mal. je perds mes filtres !

Ok,ok, je positive.

Et, puis, après tout, 5 a toujours été mon chiffre préféré. D’ailleurs, je vais dire five/five pour annoncer mon âge, je trouve cela plus funky.

Mais, là, quand même, ça me fait chier.

On ne va pas se mentir, five/five, ça commence à être vieux!

Sans compter mes 2 « post traitement Roaccutane » qui n’ont cessé de me répéter  : « maman dans 5 ans, t’as 60 ans. »

Alors, pour faire de ce nouvel anniversaire qui revient bêtement tous les ans, un moment spécial et gonfler mon ego, depuis plusieurs jours, Facebook faisait passer sur ma page cette photo :

 

Anniversaire - 55 ans - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Cool : I’m sooo fabulous!
Mais quand tu regardes le nom de la page… c’est nettement plus boulesque!

 

Anniversaire - 55 ans - blog femmes 50 ans - quinqua

( Mais qui a trouvé un nom pareil ?)

Alors, pour rester zen, va falloir être philosophe, trouver un sens au fait de vieillir.

Je me demande parfois à quel âge j’aurais voulu arrêter le temps?
Impossible de répondre à cette question, finalement.

Car, si j’avais arrêté le temps, je n’aurais pas eu mes enfants; si j’avais arrêté le temps, je n’aurais pas aujourd’hui face à moi, deux jeunes adultes ;  je n’aurais pas rencontrer telle ou telle personne, réaliser telle ou telle chose.

C’est hyper philosophe ça, non?

J’ai par ailleurs, dernièrement assisté à une conférence de Charles Pépin sur : « Qu’est-ce que vieillir? »

Selon lui, vieillir est gagner en sagesse sceptique en s’allégeant de ses convictions. La jeunesse se traduisant par la force de ses convictions (on sait à peu près tout sur tout). J’ai même été, jeune, socialiste, c’est vous dire!

Pour Charles Pépin, toute conviction est pathologique en ce sens où elle est liée à tout ce qui nous détermine à notre naissance, à notre héritage familial et social. Alors, vieillir, c’est se détacher progressivement de notre « héritage » non consenti. C’est s’alléger de tout ce qui nous a toujours alourdit.

Et, comme le disait, non pas un philosophe, mais le boxer Muhammad Ali (comme quoi) :

 » A man who views the world the same at 50 as he did at 20, has wasted 30 years of his life. »

Ok, Charles, mais vieillir, c’est aussi le rétrécissement des possibles, non?

Non, non, non, impossible de coincer Charles (perso, entre 4 murs, cela ne me dérangerait pas, je le trouve intelligemment sexy, comme je vous l’ai dit, je perds mes filtres) !

Si le choix des possibles se rétrécit, cela veut dire que l’on a déjà pris beaucoup de décisions, on a déjà explorer beaucoup de possibles. Et, ce sont ces décisions, ces choix, ces possibles qui nous ont permis, en fait, de nous affiner, de tendre vers notre singularité !

Il parle aussi de sagesse sceptique joyeuse.

Kesaco? Savoir réagir à une situation, enfin?

Oui mais pas que. C’est également savoir qu’il y a plein de situations où l’on ne saura pas comment réagir, que l’on ne peut pas tout maîtriser. Et, surtout avoir enfin compris que ce n’est pas grave !

Alors, oui, je suis vieille. Mais la vie est si bien faite que je ne me rends même pas compte à quel point.

Cette citation de Paul Léataud est donc parfaite :

 » – Qu’est-ce que vous faites?

– Je m’amuse à vieillir. C’est une occupation de tous les instants. »

Alors tant que je m’amuse (même si cela ne me fait pas tous les jours marrer)… Jeune Vieillis Pas.

 

 

9
Share

L’homme vieillit aussi…

Georges-Emmanuel, 54 ans

Georges-Emmanuel dirige un de mes restos préférés : Le Ya Lamaï. Une « cantine » thaï chic et conviviale qui propose des plats à tomber par terre et à pleurer de bonheur. Ok, j’adoooore la cuisine thaïlandaise. Ici, que du frais, et les carnivores, les vegan et même les no gluten y prendront autant de plaisir. De plus, la déco façon épicerie apporte à l’endroit La touche décalée qui en fait son originalité et sa modernité.

 

11703496_1648180415397764_7423642968300691988_o
Ya-Lamaï, 4 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris

 

– Alors, vieillir… ?

C’est une aventure !

Tu es en train de te modifier, de te bonifier.

Mon prochain anniversaire, c’est 55 ans. J’adore l’idée d’avoir 55 ans. C’est un âge de célébration selon moi. Deux fois le chiffre 5, les 5 doigts des 2 mains…

Après, c’est la soixantaine. Une tranche d’âge malheureusement encore très peu valorisée par la société. Elle est associée à la retraite. À la cinquantaine tu peux encore être fier de ton âge !

– Une définition du bien vieillir?

Ne pas y penser.

– On dit : « les hommes mûrissent alors que les femmes vieillissent ». Qu’en pensez-vous?

Les hommes pensent d’abord à leur destin, puis à leur image. Les femmes pensent d’abord à leur image, puis à leur destin. Les routes n’ont donc pas été les mêmes. Mais, à un peu plus de la moitié de nos vies, elles finissent par se croiser. On arrive à un âge où chacun doit assumer son destin ET son image. C’est une étape qu’il faut vivre. Et, j’ai quand même le sentiment que les femmes de 50 ans sont beaucoup plus fortes que beaucoup d’hommes.

La beauté pour la femme comme pour l’homme n’est plus la même, l’élégance prend alors toute son importance. Mais, vieillir est avant tout une façon de se comporter. Par exemple, je voyage fréquemment en Inde, il y a beaucoup de très belles femmes âgées qui rayonnent, parce qu’elles sourient !

Je peux être aussi bien attiré par une femme plus jeune que par une femme de mon âge. Tout est question de circonstances. Mais, il ne faut pas les opposer. Il n’y en a pas une mieux que l’autre.

 

Georges- Emmanuel est une homme multitâche. Il est également le créateur du Thé des Ecrivains®  et associé à la Libraire du cinéma du Panthéon (15 rue Victor Cousin, 75005).

1
Share

Ma première quinqua – zaine de janvier.

Mais pourquoi une photo de leetchis en ouverture ? Et, bien pourquoi pas?

Ma personnalité compulsive m’a jetée ce début d’année sur ce fruit. C’est mieux que les Crocos Haribo, mais j’ai cramé mon bilan carbone de l’année (from Afrique du Sud) et bien entamé mon budget bouffe du mois (ça coûte quand même une blinde)

Kdo :

Je gagne rarement à des concours (jamais même, cela dit, je joue rarement).

Là, j’ai remporté celui organisé par Rose Tonka, jeune marque de maille lancée par Sophie Doolaeghe : un pull noir (Modèle Charly) aux manches joliment décorées de fleurs dentelées.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

Ciné :

Je me souviens parfaitement de cette image marquante  :

( et oui, à plus de 50 ans, on devient de plus en plus contemporain, avec souvenirs, des histoires vraies traduites à l’écran.)

 

img_0

 

C’était en 2009, un pilote sauve ses 155 passagers en pratiquant un amerrissage d’urgence sur l’Hudson en plein milieu de New York.

Sully, le film de Clint Eastwood retrace cet événement. Surtout, l’enquête mettant en cause le pilote et le co-pilote. Alors qu’ils sont considérés comme des héros par les américains, la compagnie estime qu’ils auraient pu « sauver » l’appareil en tentant un retour à l’aéroport dont ils venaient de décoller.

C’est du bon Eastwood (qui ne joue pas grossièrement sur sa fibre patriotique : ma crainte). Et quui rappelle, s’il le faut, que Tom Hanks est le meilleur ! 

 

Sully - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Tenue: morceaux choisis.

 

Mode - blog femmes 50 ans - quinqua

Sweat Zara, pantalon True Nyc (dans les verts à l’origine, une de mes rares teintures réussies), boots Minelli, manteau American Vintage, sac Zwin Zwin. 

 

Pensée(s) :

Même si on ne rattrape jamais le temps perdu, on peut décider de ne plus ne perdre.

JC Mourvelat. 

 

Série addict :

 

The crown - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Waou! Sublime série qui retrace les toutes premières années de règne d’Elisabeth II : The crown (sur Netflix).

J’ai eu un peu de mal à me lancer, je ne suis à priori pas fan de biopics en costumes. Mais, aucun regret. On a le sentiment de revivre l’histoire tant la reconstitution est parfaite. L’actrice, Claire Foy est vraiment la reine (elle a obtenu l’an dernier un Golden Globe pour son interprétation). C’est d’ailleurs un des grands plaisirs de toutes ces séries dont je parle régulièrement : nous faire découvrir des acteurs exceptionnels (au ciné : toujours un peu les mêmes).

J’ai toujours un petit pincement au cœur quand je finis une saison. Je me suis attachée aux personnages, ils vont me manquer, vais-je les retrouver? etc. Là, je suis tranquille! 10 épisodes pour 2 années de règne alors qu’Élisabeth II porte toujours la couronne d’Angleterre au bout de 65 ans.

 

#CoupDeVieux 

En vantant les mérites de The crown à une copine : j’ai employé le mot : feuilleton. 

 

(à propos de reine) Vu, lu, entendu : 

Dans Marie-Claire, une interview d’Isabella Rossellini, qui a 64 ans, redevient ambassadrice Lancôme.

 

 

Isabelle Rossellini - blog femmes 50 ans - quinqua

 

« Quand on est jeune, il faut se battre pour se faire entendre, mais quand on est vieux, l‘autorité est naturelle... Je me suis longtemps sentie fillette, maintenant je me sens reine. »

Soyons des reines les filles femmes !

Et mention spéciale à la journaliste (Clémentine Goldszal) qui nous prouve que la cause « quinqua et plus » évolue : « Isabella Rossellini est belle. Elle n’est pas « belle » pour une femme de 64 ans, elle est belle comme une femme de 64 ans ».

Mais, la reine des actrices cette semaine est Isabelle Huppert, qui vient de recevoir, le Golden Globe de la meilleure actrice. Une vraie In Mature !

 

Isabelle Huppert - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Alors bravo, bravo Isabelle. Mais, ma queen à moi : c’est vraiment Meryl Streep qui lors de cette cérémonie qui a consacré mademoiselle Huppert, s’est illustrée par sa beauté et sa finesse d’esprit. J’aime cette femme d’amour !

Mais, finalement deux magnifiques contre-exemples. Au même moment, l’AAFA (Actrices acteurs de France associés) organisait une table-ronde organisée sur le thème: « l’étrange et fabuleux destin du personnage féminin de 50 ans ». Qui a surtout le magnifique pouvoir de devenir invisible.

D’où le magnifique billet de François Morel sur France Inter :

« Le contraire de jeune et jolie n’est pas vieille et moche mais belle, mature et conquérante, éclatante et expérimentée. » 

Voir sa chronique ici

 

 

3
Share