Un amour de vacances.

L’été : la belle saison des amours !

Des plus de 50 ans aussi ?

 

🎶 L’été sera chaud, l’été sera chaud,
Dans les tee-shirts dans les maillots,
L’été sera chaud l’été sera chaud,
D’la Côte d’Azur à Saint-Malo… « 🎶

 

Ha l’été…

La saison chaude au propre comme au figuré ! Celle qui boosterait le désir, la libido, nos envies de légèreté.  Un été qui nous rendrait plus ouverts aux rencontres…

 

Voici mon horoscope amoureux de l’été :

« Les premiers moments de l’été vous verront rayonner. Vous déborderez de charme et de magnétisme.Vive, dynamique et en pleine possession de vos atouts de séduction, vous n’aurez aucun mal à attirer l’attention et les regards. C’est une période propice aux rencontres et surtout à l’émergence d’une passion ou d’une relation plus solide. »

Évidemment, j’achète !

Mais la variable « mon âge » a-telle été bien prise en compte dans ces savants calculs d’alignements de mes planètes?

Je ne pense pas.

Mes atouts de séduction? L’été?

Pour nous, les InMatures, les codes estivaux de la sexytude ne sont pas forcément à notre avantage. Je dirais même qu’ils sont inversés. Perso, je me sens plus à mon avantage avec des manches longues, une jupe crayon portée sur des collants légèrement opaques, voire un grand châle pour me protéger (cacher) le cou.

Bref, plus je montre de peau, moins je me sens au top. Quand au maillot, l’épreuve s’amplifie avec les années.

Alors, plus open en été ?

Je ne pense pas qu’il multiplie nos occasions de rencontres déjà hyper minces.

Quelque soit la saison, d’ailleurs, de la célibattante que j’aurais pu être dans les années 90, je me sens la célib battue d’avance !

La dernière fois que j’ai été seule (y’a plus d’un quart de siècle), sans me la péter (enfin, un peu quand même), je savais que 3 semaines à La Baule -si je m’en donnais un peu la peine- =  j’avais quelqu’un à larguer en septembre.

Aujourd’hui, j’ai le sentiment que les années ont effacé le mode d’emploi. J’ai souvent le sentiment, qu’avec l’âge, je suis devenue invisible. Et, les rayons estivaux ne me mettent pas plus en lumière

Mais si je suis vraiment honnête avec moi-même. Je cherche un homme sans avoir vraiment envie de le trouver.

En fait, ce sont les efforts pour le « dénicher » qui me fatiguent d’avance. J’ai la flemme en fait. 

Démarrer une nouvelle histoire, d’1 soir ou de plusieurs mois demande une énergie que je ne suis pas sûre d’avoir envie de/de pouvoir déployer.

La flemme et un peu la trouille aussi.

Quand je vois certaines de mes copines galérer avec des princes charmants avec vices cachés (d’ailleurs si à son âge, il n’a toujours pas les clefs du royaume, c’est quand même un peu la loose). Elles souffrent. Je n’ai pas envie de morfler ! Il y a ceux qui partent par peur d’être quitté. Ben moi, je préfère carrément ne pas y aller du tout. Je suis un vrai cœur d’artichaut en vrai. Sur le moment, je tombe vraiment amoureuse.

Et peut-être aussi la crainte qu’une nouvelle rencontre vienne trop chambouler ma vie. Finalement,je ne suis pas si mal que ça. En fait, ce renoncement qui pourrait parfois m’envahir me fait aussi froid dans le dos.

Bref, entre 2 trouilles contraires, ce n’est pas gagné.

C’est de mon âge ?

Je ne vais pas me mettre à draguer aujourd’hui. À minauder. Encore moins à rouler du cul sur la plage au milieu de ventres nullipares. Alors que j’ai plutôt envie de creuser un tunnel dans le sable pour aller de ma serviette à la mer. Si déjà le beau sauveteur pouvait suffisamment me remarquer pour me sauver de la noyade au cas où.

Et pourtant, mon attente de l’amour reste très infantile (très estivale). Chargée d’idéalisations, de rêves, d’attentes… D’envies de s’enflammer, d’être plaquée contre un mur (avec des hanches qui résistent).

Celle qui vous parle pleure encore devant sa télé quand les deux héros si contraires se détestant au début du film finissent par s’embrasser fougueusement quelques minutes avant le générique de fin.

Non mais s’embrasser fougueusement à l’approche de la soixantaine? Sérieusement?

J’ai vraiment du mal à me projeter dans un jeu amoureux.

On se pose souvent la question de notre âge pour les fringues. Est-ce que je peux encore porter un short, une jupe courte, un décolleté ?… Moi, je me la pose aussi avec les hommes, les élans amoureux. Y a-t-il un rang d’âge à tenir :). Ne suis-je pas trop fanée pour être fleur bleue?

D’ailleurs, c’est amusant. Toutes les personnes qui retombent amoureuses disent toutes qu’elles ont le sentiment d’avoir 16 ans. Vous voyez que ce n’est pas adapté à nos âges 🙂

Alors, je peux encore?

  • Danser sexy ? (Comment ça, les boites de nuit seront fermées cet été?)
  • Prendre l’air coquin en me déshabillant. Me déshabiller déjà? Sans plier mes fringues?
  • Envoyer des sextos?
  • Faire genre ne pas coucher le premier soir (alors que l’occase ne se représentera plus)?
  • Coucher sans être vraiment amoureuse? Bref, se faire un plan cul.
  • Se la jouer plutôt kamasutra que missionnaire?

Je m’arrête là. Ma fille lit mes posts. Je la sens déjà grimacer depuis le début de sa lecture. Voilà, je suis devenue cette femme que sa fille (bon, ça c’est normal) mais aussi l’ensemble de sa génération et celle du dessus ne peut même pas imaginer dans un lit.

Et tout cela avec un homme en âge d’être peut-être obligé de prendre une pilule pour retrouver sa virilité (à tous les coups, je vais penser que c’est de ma faute…)

L’homme de l’été.

Mon idéal : 

  • Très bonne vue de loin. Quasi aveugle de très près. Ou alors, on éteint systématiquement la lumière.
  • Couleur de cheveux? Nan, je plaisante. Des cheveux, cela serait déjà bien. En fait le sujet du cheveu est épineux. Soit, il a plein et trop fier, il les laisse trop longs. Soit trop clairsemé mais il s’accroche à sa mèche. Les teints, ce n’est juste pas possible. Bref, oui à un joli gris bien entretenu coupé très court pour masquer les « trous ».
  • Look? Gros problème. J’ai toujours aimé les « bads boys »ou les attitudes un peu rock&roll. Je le reconnais, après de 60 ans, ça passe moins bien. Je suis prête à baisser certaines de mes exigences. Mais je resterais intransigeante sur le slip de bain, la chemisette, le pull noué autour du cou…
  • Tranche d’âge. Alors messieurs qui choisissez des femmes systématiquement plus jeunes… Ben, je vous comprends. Moi non plus, je n’aime pas les vieux :). J’aurais aimé faire la route d’un vieillissement avec un homme, pas en choisir un déjà proche de la retraite. Sur le papier, moi aussi je préférais un homme avec 20 ans de moins, la peau ferme et un ventre quasi-plat. Mais dans la vraie vie, primo, je trouverais cela louche qu’un homme beaucoup plus jeune s’interrresse à moi. Et, deusio, intellectuellement, moralement, je ne peux pas !

En fait, beaucoup de mes amies me disent que je suis trop difficile. Que je devrais être plus « souple ». Traduction : me contenter de moins bien. Mais non, je n’ai pas envie ! Alors, j’ai parfois le sentiment d’être à la recherche de l’homme introuvable.

Bref, je suis de plus en plus sélective mais de moins en moins sélectionnée. Ce problème est abyssal si on y réfléchit vraiment.

Mais vive la libido estivale !

Dans son sens le plus large. C’est à dire cette force de vitalité qui sert à tout : être inventive, se ré-inventer, se cultiver, socialiser, être dans le plaisir, sortir de sa zone de confort… Qui pousse à aller boire des coups, à danser, à rire… Qui donne envie d’avoir des envies.

Alors :

🎶 Ce soir j’irai danser le mambo
Au Royal Casino sous les lambris rococo
La pluie viendra me faire oublier
Tu me feras rêver
Comme dans les chansons d’été 🎶

 

 

 

Sur le même thème :Trouver l’amour (un mec, ça serait déjà bien). 

Ou dans un autre style : Jeune Vieillis Pas en vacance(s). 

Ou encore : L’été, la belle saison des pré et des ménopausées. 

 

Share

About virginie

34 comments on “Un amour de vacances.

  1. Coucou Virginie, je l’aime trop ton article. J’aurais pu l’écrire ( en moins bien) au mot près. Tu parles de moi là.
    J’adooooooore…et vivent les manches longues…mon goût pour l’été a changé…ce n’est plus ma saison préférée.
    Bravo…de te ( de nous) connaître si bien.

    • Ce qui me pousse à écrire tout cela est bien de me dire que cela peut parler à beaucoup. merci Martine.

  2. Bonsoir virginie

    Votre article est génial ! C’est comme si vous parliez de moi. 53 ans et une flemme abyssale de faire des «  efforts «  pour trouver un homme.Les proches devraient comprendre que la notion de «  faire des efforts «  est déjà un non sens pour la libido et l envie de plaire . Merci pour vos articles !

    • C’est vrai, la libido devrait effacer toute notion d’effort 🙂

  3. très sympa ton article très Virginiesque!!!!

  4. Coucou Virginie, je suis beaucoup moins jeune que vous, mais vous décrivez au mot près ce que je ressens (encore et toujours…), ça fait du bien de se sentir moins seule !!! je vous souhaite un bel été, et qui sait… de belles rencontres !!
    Merci pour vos articles qui font du bien !

    • Comme j’aime quand on me dit que mes articles font du bien… Merci Isabelle. V

  5. Très bien vu ! Merci pour cette sincérité pleine de vie. Les espoirs, les contradictions, les trouilles légitimes… j’adore ton « je peux encore ». J’ajoute : « je peux encore les emoji cucul ? »

  6. Les emojis sont un vrai sujet :). Bises.

  7. Je suis un homme, et moi aussi, j’aurai pu l’écrire cet article (en dehors du fait que je n’ai pas ta plume truculente ni ton talent. Mais bon dieu, ponds nous un livre s’il te plait one day. C’est pas la première fois que je le dis), comme quoi, nous ne sommes point trop différent dans notre système de pensée. Moi aussi j’ai fait un trait sur une hypothétique relation amoureuse, c’est beaucoup trop d’effort et d’énergie que je n’ai plus, surtout que rien n’est acquis d’avance et que l’on ne veut pas perdre le peu que l’on a, une certaine tranquillité. Mais tu sais bien comme moi, quelque part, que tout peut arriver du jour au lendemain, sans l’attendre. Et si ce jour là arrive, nous avons dépasser le stade ou l’on s’occupe de ce que pense les autres, qui n’en ont rien à foutre d’ailleurs, à part peut être nous voir s’enfoncer dans notre solitude.Alors ce jour, je pense que nous ne nous priverons pas de se galocher en pleine rue comme des teenagers. Et puis tu sais il y a des bonhommes qui portent bien leur âge (Il y en a même qui ont des cheveux, un ventre plat et qui sont célib, bon il y a sûrement une couille quelque part, mais il y en a toujours une quelque part de toute façon), donc il est tout à fait admissible de ne pas vouloir se contenter de moins bien, parce que quelque part tu te respectes, tampis pour ceux qui ratissent larges, ça doit pas être la fête tout les jours. Allez, cet été, ça ne peut être qu’un bel été, et ça c’est sûr de chez sûr.

    • Quelle joie de lire un commentaire masculin… Avoir un autre point de vue. Et bien sûr, il y a des hommes très bien à tous les âges. J’ai toujours un peu tendance à caricaturer dans mon style d’écriture :). Je te souhaite un très bel été. Moi, je vais peut-être en profiter pour songer à un livre 🙂

  8. Virginie,Virginie, comme écrire pour nous toutes je vous (te) lis et je me vois m’entends un vrai bonheur qqun qui écrit à ma place les ressentis ❤️❤️…. je suis ok pour un amour de plage pour un été et laisser faire mais comment faire !?!merci

    • C’est la nuance à trouver entre en faire trop et laisser (trop) faire. Bonne fin de we. Virginie

  9. Virginie..comme toujours , finement écrit et analysé…même si étant en couple, je comprends totalement ta position et ton point de vue..après toutes ces années, j’en arrive à la conclusion qu’une histoire qui dure , c’est 1 histoire où on est chacun chez soi, et on ne se voit que pour le meilleur..et ce, à tout âge ! No expectation..no deception..bizouxx :))

    • Oui, oui ! Aujourd’hui, je suis vraiment persuadée que le chacun chez soi est la meilleure des solutions. Bonne fin de we. Virginie

    • Bonjour,
      Comment gérez-vous ce « chacun chez soi » ? Juste besoin que vous nous donniez des conseils pour que cette manière de vivre soit la plus agréable possible. Bien cordialement.

  10. Je me suis délectée en lisant…et j ai bcp ri ! Tellement vrai, merci

    • Bises Viviane. Bon dimanche. V

  11. Super article !

    • Merci beaucoup. Bon dimanche. Virginie

  12. Comme d hab j ai adoré lire votre article

    • Merci beaucoup Monique, c’est toujours très gentil de me le dire. Bonne journée.Virginie

  13. Ah la la merci, j’ai ri !!!! Et même si je suis une jeune de 49 ans (lol ! oui à mon âge, on peut encore dire lol non ?), mariée à un homme vieillissant superbement (comme vous le constatez, j’ai toujours les yeux de l’amour ;)) j’imagine sans trop de difficultés la réalité de vos propos ! J’ai découvert votre blog par hasard, j’y reste pas plaisir, votre plume est divine! L’idée du livre est appropriée, ça pourrait être l’amour de votre été 🙂 Bonnes vacances !!!

    • Merci beaucoup Chrys. Et génial d’avoir encore les yeux de l’amour. Rien de meilleur ! N’hésitez pas à vous abonner au blog pour recevoir un mail d’info à chaque nouvelle publication. Bel été avec votre amoureux. Virginie

      • Merci infiniment Virginie. Pour le blog, c’est déjà fait et pour l’été, j’ai le bonheur de l’avoir toute l’année. Au plaisir de votre nouvel article 😉 Chrys

  14. Merci pour ces mots sensibles et ce portrait si touchant et sûrement universel de nos questionnements de matures…Tu sais, à 54 ans, je vis une histoire d’amour aussi inattendue, belle et intense qu’à 18, avec un homme de mon âge. C’est encore un peu compliqué parce qu’il est libre et moi pas encore. Qu’il me faut renoncer aujourd’hui soit à un mariage devenu un peu morne et atone mais sur lequel je me suis construite depuis plus de 20 ans soit à une magnifique histoire d’amour avec un être qui rassemble toutes les qualités rêvées. C’est difficile. Pour autant, le coeur battant, les conversations jusqu’au bout de la nuit, la timidité de se retrouver nue auprès d’un nouvel homme, apprendre un nouveau corps, se savoir bientôt vieille et se sentir si jeune, les fous rires…tout change, rien ne change !

    • Même si l’histoire est compliquée, ce genre de choix est cornélien, cet inattendu est quand même magnifique.

  15. oui, ce que je voulais dire est que :
    ça peut arriver, sans qu’on le cherche ni qu’on s’y attende
    que la peau vieillit oui mais le coeur pas vraiment
    que la question de la séduction se déplace mais rappelle toi de nos doutes adolescents, c’était à peine mieux
    qu’il existe des hommes, des femmes avec une vie derrière eux/elles mais en plein devenir
    Le plus drôle, c’est que cet homme et moi, nous nous sommes connus il y a 35 ans mais nous n’étions pas prêts l’un pour l’autre à l’époque…
    Cela dit, roule quand même ton boule à la plage, pour le plaisir, le fun et l’allégresse. Merci au passage de m’avoir fait découvrir Caroline Ida, la plénitude incarnée !

  16. Pfiouuuuuu! Le bol que j’ai ! Pourvu que ça dure encore des années et des années !!

    • Enjoy 🙂

  17. La célib battue de notre duo se reconnaît à 200 pour cent dans ce post. Même comportement et même constat lucide (trop lucide!) après des années où « les autres » promettaient que le hasard allait se charger de LA rencontre. A lire cet article et quelques commentaires, il existe donc des cas tout aussi désespérés 😉

    • le hasard n’apporte que rarement un bel homme dans son sillage….

  18. Non, non pas si désespérée 🙂

  19. A moi aussi ça me parle, surtout que je me suis inscrite (pendant le confinement!) sur un site de rencontres… Des likes, oui. Des vrais messages très peu. Quelques coups de fil dont certains, pourtant très sympas, sont restés absolument sans suite. Est-il mort du virus, est-il très occupé, ou a-t-il trouvé mieux? C’est un peu décourageant les sites… Il faudrait que je me motive à écrire un billet sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.