Le poids des mots.

Comment bien vieillir ? C’est aussi un choix sémantique !

 

Je change  le « sous-titre » de Jeune Vieillis Pas : Le blog anti-rides.

 

À la création du blog, il y a 6 ans (déjà???), je pensais d’ailleurs déjà plus anti-rides de l’âme qu’à celles de mon visage.
Je vieillis... Mon miroir m’en est témoin tous les jours. Et même si j’essaie d’adoucir les marques du temps par des soins divers, je suis plutôt dans l’acceptation.

Je ne vieillis pas… décrit plutôt un état d’esprit. Je ne me vois pas vieillir dans ma tête. Et aucune glace ne peut me renvoyer le contraire.

 

Aujourd’hui, je ne veux plus dire anti-rides.

 

 

Je ne veux plus aller dans le sens que le vieillissement serait quelque chose à combattre. Parce que cela serait « mal » !

On ne va pas se mentir : vieillir n’est pas un choix. Même si, et je suis bien placée pour le savoir, c’est une chance que certains n’ont pas eu.

Mais les mots pour nous accompagner sur ce chemin comptent !

Parce que les mots nous catégorisent.

Quand on parle de « senior », je ne comprends même pas que l’on puisse parler de moi. Si on évoque les quinquados, je hausse les épaules de dédain. L’autre jour, une journaliste qui m’interrogeait sur les « blogs seniors » me dit :  » Mais vous êtes une jeunette, je m’attendais à une vieille dame ». Et je pense qu’elle pensait sincèrement me faire plaisir. Alors que 3 erreurs dans le choix des mots : jeunette, vieille et dame !

Cela fait un petit moment que je préfère parler de pro-âge.

Pro-âge nous replace dans une maîtrise du temps.

Alors, autant le mettre noir sur blanc.

comment bien vieillir blog pro age

 

Les anglo-saxons ont un joli terme : Age positive !

Car oui, il faudrait arrêter de considérer cette période de la vie comme un terrible crash comme le dit la sublime Ali Macgraw, 80 ans (citation entière dans mon denier post Mai: faire ce qui nous plait ).

Vivons plutôt une cinquantaine, une soixantaine épanouissante !

Parce que, finalement, son identité personnelle se construit aussi en réaction aux images de soi renvoyées par l’entourage et surtout la société.

 

 » En moi, c’est l’autre qui est âgé, c’est à dire celui que je suis pour les autres : et cet autre, c’est moi. »

Simone de Beauvoir.

Alors, si la société, la communication étaient un peu plus tendres avec nous, on serait peut-être un peu plus serein.

Pour ne plus avoir comme but ultime de faire jeune. Qui est pour moi la meilleure ligne droite pour mal vieillir.

On peut bien vieillir. Savoir que c’est possible amène sur cette voie.

Les mots utilisés peuvent up-grader notre vision du vieillissement.

Parlons allure, dynamisme, énergie, rayonnement…

Soyons vibrantes, radieuses…

Cherchons l’éclat, le glow, la bonne mine…

Que l’on ne nous parle plus comme si on devait traiter nos rides, nos cheveux blancs, comme une maladie (honteuse).

J’aime bien parler de In Matures dans mes portraits. Matures, parce qu’arrivées à un accomplissement, In parce que toujours au top. Tout en gardant la dose d’immaturité nécessaire.

 

Un mouvement de fond de changement lexical.

 

Il y a une indéniable évolution.

Aux débuts du blog, il était rare de voir des quinquas dans les pubs et encore moins à la une des magazines. Aujourd’hui, certaines sont devenues  de véritables égéries.Qui ont même l’ambition de donner aux plus jeunes des modèles à contempler.  Certaines marques cosmétiques osent même les mannequins matures.

A contrario, j’ai été assez choqué par une pub Weleda qui parle de l’art de la jeunesse. Quel art???

Je préfère Nivea qui me parle d’amélioration et plus de combat.

D’ailleurs, une de leurs égéries, Monica Belluci l’affirme sur une photo (malgré tout très retouchée) :

Pour moi la jeunesse, c’est vivre tous les jours passionnément.

Comme il est difficile de ne plus faire référence à la jeunesse (qui reste quand même l’étalon) : autant élargir sa définition.

L’Oréal  nomme sa gamme: AGE PERFECT. Avec Helen Mirren comme ambassadrice.

Lancôme a refait appel à Isabella Rossellini pour sa crème Énergie Multi glow qui déclare :

Mes yeux révèlent qui je suis. 

Sisheido parle d’intemporalité.

La sublime Yasmina Rossi pose pour Diadermine et son soin éclat des peaux matures.

On soigne alors son type de peau et non plus un état/un âge.

Ou encore une cause bien précise : la ménopause.

Vichy en parle enfin. Avec son complexe substitutif pour corriger les effets visibles de la ménopause sur la peau.

Révolution aussi dans nos cheveux. On ne compte plus les « fières de leur chevelure blanche ». Avec une marque comme Schwarzkopf qui affirme : « L’heure est à la beauté mature, assumée et positive. »

 

J’espère vraiment que ce (lent) changement de champ lexical va nous aider à avoir une meilleure image de nous mêmes face aux années qui passent.

Parce qu’ on le vaut bien… merde !

 

 

Comment bien vieillir

 

 

 

 

Share

About virginie

17 comments on “Le poids des mots.

  1. yes i »m ready
    bonne fête

  2. oh tu sais Weleda..il y a peu de temps encore ils commercialisaient des « traitements anti cancer »plus que douteux..exploitant au max la souuffrance humaine..sinon oui oui à tes propos..mais j’utilise encore des « anti rides » de la peau et de l’âme..fréquenter des peersonnes de toutes origines et tous âges par exemple..me réjouir d’un rayon de soleil

    • exactement, ce sont souvent les autres nos meilleurs traitements.

  3. Bien sûr que c’est pas facile de se regarder dans une glace , alors qu’on attend de fêter ses 71 ans …bien évidement, qui dira le contraire . Mais quand on s’éloigne de ce révélateur, on a l’âge de notre façon d’être.
    Plus une jeune ,ok,mais pas une vieille bon sang de bois .
    Moi ce qui me fait sourire , lorsque sur certains sites (pour s’abonner , ou donner son avis ) on vous demande ,nom prénom, date de naissance ,et que pour remonter à l’année 1948 il faut descendre …descendre les années 80 , 70 , 60 ,50 et enfin les années 40 …….mon dieu ! Que d’années écoulées…ben oui …quelle chance d’avoir vécu toutes ces années…..
    Allez on s’accroche et on sourit et tant pis pour les rides ….
    Bonne journée, bonne fête des mamans et hauts les coeurs . Francoise

    • j’aime beaucoup « on a l’âge de notre façon d’être ». C’est tout à fait cela.

  4. Yes, we are ready too ! Fières de ce que nous avons accomplies et positives pour tout ce que nous allons vivre…

    • Très bien résumé. Bonne soirée.

  5. Bien parlé Virginie !!! S’accompagner dans sa maturité, s’aimer avec sincérité, garder l’esprit ouvert et tout déchirer. Yesss la vie est une long fleuve, (tranquille, ou tumultueux, ou les deux, qu’importe) il nous appartient d’en définir le lexique, les mots deviennent les maux ou soignent les maux, alors soignez les et soignez vous. MERCI pour ton message. – Chloé

    • Je sais que tu partages la même philosophie 🙂

  6. Bel article, en ce qui me concerne ce sont les mots jeuniors ou quinquados qui me hérissent .Oui c’est une chance de vieillir dans nos pays ,à nous de garder, si possible, le sourire, de faire plaisir et de nous faire plaisir ,de découvrir et s’émerveiller , ……..

    • Quinquado, vraiment insupportable. je suis moins dure avec jeuniors qui, je trouve, sous-tend un certain dynamisme. Bonne journée pleine de découvertes.

  7. Pour ma part, voilà plus d’un an que j’ai arrêté de me teindre les cheveux et j’ai maintenant une belle et saine chevelure blanche, à 55 ans! Et j’en suis très fière et elle me représente bien.
    J’ai changé ma garde-robe aussi pour plus de couleur, pour aller avec ce blanc 🙂 Et je me trouve canon!
    J’en avais assez des après-midi interminables chez le coiffeur tous les mois, et des cheveux abîmés, mais sans oser sauter le pas…par peur du regard des autres et en premier, de celui de mon homme.

    Et puis un jour un déclic s’est passé en moi-même et je me suis dit: vas-y et tant pis pour ceux à qui cela ne plaira pas.
    Et c’était en fait une petite révolution intérieure: s’aimer soi-même, se consacrer à soi et se traiter avec respect, ne plus s’effacer devant les besoins des autres… C’était un tout. Trouver du temps pour soi, commencer à dire non de temps en temps…
    J’ai eu des périodes de doute, la partie « bicolore » des cheveux n’est pas évidente à gérer, et la partie « rebelle » non plus, pour l’entourage, hahaha …Mais finalement, ça valait le coup.
    Je me sens tellement mieux qu’à l’aube de mes 50 ans!

    Moi aussi je déteste les mots senior, jeunior, quinquado…je ne me reconnais pas du tout dans ces mots. Je n’aime d’ailleurs pas les étiquettes.
    Merci pour ce bel article et pour ce blog!

    • Merci de ce commentaire. j’avoue que je suis bien tentée par laisser de plus en plus mes cheveux blancs. V

  8. Ca fait plus de six ans maintenant que j’ai arreté les colos, je m’étaits colorée, décolorée pendant plus de trente ans…. et je ne l’ai jamais regretté, je suis poivre et sel.
    Et quand on voit Yazemeenah, elle est canon…
    Bien sur c’est difficile de vieillir, dans quelques mois, j’aurais 60 ans, et je n’ai pas vu passer toutes ces années…
    Le plus dur pour moi est de me dire qu’il ne me reste plus beaucoup d’années…

    • Bien sûr, c’est bien cela le plus dur…

  9. Bravo Virginie, complètement d’accord avec vous. Moi cela fait un moment que je laisse mes cheveux blanchir et finalement maintenant je suis « IN « . L’essentiel c’est d’être à l’aise dans ses baskets. Je fais plus attention à ma santé qu’a mon paraitre et je suis bien dans mes baskets. Bonne fin de journée , encore une

    • Et surtout de toujours avoir envie de porter des baskets.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.