Voilà, voilà… Je viens d’avoir 55 ans.

55 ans. Putain !

Là, franchement, ça me fait chier.

Et, oui, je parle mal. je perds mes filtres !

Ok,ok, je positive.

Et, puis, après tout, 5 a toujours été mon chiffre préféré. D’ailleurs, je vais dire five/five pour annoncer mon âge, je trouve cela plus funky.

Mais, là, quand même, ça me fait chier.

On ne va pas se mentir, five/five, ça commence à être vieux!

Sans compter mes 2 “post traitement Roaccutane” qui n’ont cessé de me répéter  : “maman dans 5 ans, t’as 60 ans.”

Alors, pour faire de ce nouvel anniversaire qui revient bêtement tous les ans, un moment spécial et gonfler mon ego, depuis plusieurs jours, Facebook faisait passer sur ma page cette photo :

 

 

 

Cool : I’m sooo fabulous!
Mais quand tu regardes le nom de la page… c’est nettement plus boulesque!

 

Anniversaire - 55 ans - blog femmes 50 ans - quinqua

( Mais qui a trouvé un nom pareil ?)

Alors, pour rester zen, va falloir être philosophe, trouver un sens au fait de vieillir.

Je me demande parfois à quel âge j’aurais voulu arrêter le temps?
Impossible de répondre à cette question, finalement.

Car, si j’avais arrêté le temps, je n’aurais pas eu mes enfants; si j’avais arrêté le temps, je n’aurais pas aujourd’hui face à moi, deux jeunes adultes ;  je n’aurais pas rencontrer telle ou telle personne, réaliser telle ou telle chose.

C’est hyper philosophe ça, non?

J’ai par ailleurs, dernièrement assisté à une conférence de Charles Pépin sur : “Qu’est-ce que vieillir?”

Selon lui, vieillir est gagner en sagesse sceptique en s’allégeant de ses convictions. La jeunesse se traduisant par la force de ses convictions (on sait à peu près tout sur tout). J’ai même été, jeune, socialiste, c’est vous dire!

Pour Charles Pépin, toute conviction est pathologique en ce sens où elle est liée à tout ce qui nous détermine à notre naissance, à notre héritage familial et social. Alors, vieillir, c’est se détacher progressivement de notre “héritage” non consenti. C’est s’alléger de tout ce qui nous a toujours alourdit.

Et, comme le disait, non pas un philosophe, mais le boxer Muhammad Ali (comme quoi) :

” A man who views the world the same at 50 as he did at 20, has wasted 30 years of his life.”

Ok, Charles, mais vieillir, c’est aussi le rétrécissement des possibles, non?

Non, non, non, impossible de coincer Charles (perso, entre 4 murs, cela ne me dérangerait pas, je le trouve intelligemment sexy, comme je vous l’ai dit, je perds mes filtres) !

Si le choix des possibles se rétrécit, cela veut dire que l’on a déjà pris beaucoup de décisions, on a déjà explorer beaucoup de possibles. Et, ce sont ces décisions, ces choix, ces possibles qui nous ont permis, en fait, de nous affiner, de tendre vers notre singularité !

Il parle aussi de sagesse sceptique joyeuse.

Kesaco? Savoir réagir à une situation, enfin?

Oui mais pas que. C’est également savoir qu’il y a plein de situations où l’on ne saura pas comment réagir, que l’on ne peut pas tout maîtriser. Et, surtout avoir enfin compris que ce n’est pas grave !

Alors, oui, je suis vieille. Mais la vie est si bien faite que je ne me rends même pas compte à quel point.

Cette citation de Paul Léataud est donc parfaite :

” – Qu’est-ce que vous faites?

– Je m’amuse à vieillir. C’est une occupation de tous les instants.”

Alors tant que je m’amuse (même si cela ne me fait pas tous les jours marrer)… Jeune Vieillis Pas.

 

 

9
Share

Le temps passe…

C’était mon premier mariage “fille ou fils de”.

 

mariage - blog femmes 50 ans - quinqua -

 

Voilà typiquement le genre d’événements qui te file un coup de vieux, te fait penser “putain le temps passe (troooop) vite”… Mais aussi quelle merveilleuse illustration du cycle de la vie. ( Je m’enflamme, là !)

Car, cette magnifique jeune mariée est cette petite fille, d’à peine 3 ans, dans les bras de sa maman (à gauche de la photo) à mon mariage en 1987 !

 

blog femmes 50 ans - quinqua - vieillir

(Désolée pour tous mes amis qui se reconnaitront ou plutôt, qui ne se reconnaitront pas sur cette photo)

Et, aujourd’hui, ce sont les mariés qui ont leur petit garçon dans leurs bras.

Car oui, mon amie, celle que j’ai connue au lycée quand nous avions une quinzaine d’années, celle avec qui j’ai pris mes premières cuites et avec laquelle je ne parlais que de… garçons est déjà grand-mère.

Ce qui m’hallucine totalement. J’ai d’ailleurs j’ai fait un déni de grand-maternité ! N’ayant pas réellement porté assez d’attention bienveillante à ces grands événements de sa vie (en fait, elle a déjà 3 petits-fils après avoir eu 3 filles). La jolie brune qui faisait total craqué le beau Eric mais qui, elle, était raide dingue du non moins beau Marc ne pouvait pas être grand-mère. Et, bien si, ma cops, la meilleure imitatrice de signature parentale pour sécher les cours de maths gagatise complètement devant un bébé d’un an qu’elle ne quitte pas des yeux avec un sourire idiot béat ramassant 10 fois de suite le jouet qu’il s’obstine à jeter à terre.

C’est déjà à la vingtaine que nos vies ont pris des directions différentes. Alors que je continuais à biberonner des gins tonic au Bus palladium, Laura stérilisait déjà des tétines.

Alors aujourd’hui, quelle joie d’être à ses côtés pour le mariage de sa fille ! D’autant plus qu’il se passait au Brésil. Ce qui en a fait un moment d’autant plus magique.

Oui, de nos jours, un mariage de trentenaires se passe souvent au bout de monde avec des invités qui viennent des 4 coins de la planète. Putain, mais ils se cassent tous à l’étranger nos gosses???

 

mariage - blog femmes 50 ans - quinqua -vieillir

 

L’avantage d’un mariage lointain : que des proches et pas beaucoup d’amis de parents (en fait, j’étais la seule).

(Je me rappelle encore à quel point ça m’avait gonflé d’avoir quasi la moitié d’amis de mes parents et beaux-parents parmi les invités de mon mariage.)

Du coup : 70 jeunes et 12 vieux !

Et, un mariage où les festivités se sont étalés sur 4 jours.

 

Ce qui te montre que ce n’est plus pareil que quand tu allais aux mariages de tes potes, ce qui te prouve que tu es passé de l’autre côté de l’autel, que tu es rentrée dans un autre espace spatio-temporel… Bref, que t’es vieille : 

  • Tout le monde te vouvoie et t’appelle madame.
  • Personne ne te demande de qui tu es l’amie, mais si tu es de la famille de la mariée ou du marié.
  • Quand tu entends : on se fait une table de jeunes, tu sais que tu n’en fais pas partie.
  • À part le photographe officiel, tu es la seule à avoir un vrai appareil photo.
  • Tu nommes tous les autres “les jeunes” (ce qui prouve bien que tu n’en es plus une), voire “les enfants”.
  • Tu as une discussion avec le père de la marié sur le génie moléculaire (tu vois que tu restes un peu jeune quand même car tu décroches assez rapidement de la conversation pour dodeliner de la tête sur la musique)
  • Ha bon, y’a pas d’ouverture de bal?
  • Tu ne bois pas. Trop peur d’être la vieille bourrée pathétique. Manquerait plus que tu veuilles jouer à chat-bite avec les témoins du marié.
  • À minuit, t’es couchée et tu es la première au petit dej.
  • Dès que tu arrives quelque part, tu cherches tout de suite où tu vas pouvoir t’assoir. (Ben oui, je n’arrive plus à rester debout longtemps, ça craint !)
  • Tu n’essaies pas d’attraper le bouquet de la mariée. De toute façon, tu sais que tu ne vas pas pécho !

 

mariage - blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

Mais, finalement, tu te rends compte que c’est vraiment toi qui te stigmatise le plus. Qui te sent à part. Qui a peur de passer pour la vieille qui s’incruste. Que les jeunes sont beaucoup plus ouverts à toi que tu ne le penses.

Et, le bonheur, l’amour, de belles amitiés sont toujours de belles choses à voir, à vivre, à partager. Et, ce de 7 à 77 ans. (Je m’enflamme à nouveau.)

Alors oui le temps passe. Mais ma petite Chloé (ben oui, difficile de l’appeler autrement), tu étais vraiment la plus belle des mariées que je n’ai jamais vue. Enfin, jusqu’a ce que ce que ma fille se marie, mais comme Laura a toujours eu 15 ans d’avance sur moi, j’ai de la marge.

Chloé, Nicolas, Laura, merci vraiment pour ce moment!

19
Share

Une quinqua dans la ville !

 

Perso, Paris qui se met déjà en mode “fêtes de fin d’année” début novembre, ça me file le blues !

Ma première quin(qua)zaine de novembre :

Débat Fashion :

Je sais: les puristes sont anti “collants chair”. Moi, j’aime bien. Je trouve que cela fait de jolies jambes et je passerai à l’opaque noir quand il fera encore plus froid. J’aimerais en trouver un qui ferait vraiment un effet” jambes nues”. Là, j’ai les Sublim, voile effet BB cream de Dim. Ça brille un peu trop.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua - lifestyle

 

Un ciné : 

Dans Captain Fantastic, Ben (Viggo Mortensen), coupé du mondeélève ses 6 enfants au milieu de la forêt. La mort de la mère force toute la petite famille a prendre la route ! 

Film très intéressant pour les questions qu’ils posent : C’est quoi une “bonne éducation? Peut-on entrainer toute sa famille dans ses convictions un peu extrêmes (écolos, anti-société… )? Etc.

 

Captain Fantastic - blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

Je ne cache pas, en plus, un petit crash sur Viggo Mortensen. Avec lequel, j’accepterais de vivre (quelques jours) en autarcie… sans prendre de douche !

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

Quinqua cocooning. 

Pour rester au chaud à la maison :

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua - lifestyle

 

Robe Doux dimanche 70% cachemire écossais et 30 % lin (395€) Un investissement mais, un vrai bonheur à porter.

(Doux Dimanche fait une vente privée le mardi 15 novembre, au 15 av Kleber, 75116 Paris.)

 

Une expo :

 

Expo Ben - blog femmes 50 ans - quinqua - lifestyle

 

Petit coup de cœur déjà pour ce petit musée Maillol qui vient de ré-ouvrir ses portes et qui consacre sa première expo temporaire à Ben (Benjamin Vautier) mondialement connu pour ses écritures si caractéristiques. 200 œuvres issues pour la plupart de sa collection personnelle.

 

Expo Ben - blog femmes 50 ans - quinqua - lifestyle

 

On découvre également d’autres facettes de cet artiste vraiment iconoclaste. J’ai beaucoup aimé cette idée de signer l’horizon par exemple.

 

Expo Ben - blog femmes 50 ans - quinqua - lifestyle

 

Sinon, il y eu tellement de produits dérivés de l’œuvre de cet artiste…

(Expo jusqu’au 15 janvier, 59-61 rue du Grenelle, 75007 Paris)

Mention spéciale au Café des Frères Prévert dans les magnifiques caves voutées du musée pour un déjeuner léger ou des gourmandises à l’heure du thé.

 

img_3488

 

 

Toujours à l’affût d’une nouvelle tendance branchouille ( 🐏🐏🐏):

 j’ai testé le food-prepping ! 

Qui serait l’art de préparer à l’avance les bases de ses repas, de passer quelques heures en cuisine le week-end pour manger sainement toute la semaine. L’idée est de concocter un certain nombre de choses que l’on pourra ensuite assembler en fonction de ses envies.

Donc dimanche dernier, à moi les 2 kilos de courgettes à peler, les herbes fraîches à ciseler, le mélange de graines à faire revenir à la poêle avec un peu de miel, les noisettes à concasser, le quinoa à faire cuire…

 

Food -prepping - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Quelques heures plus tard : trop fière de moi !

 

 

Food-preping - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Mais bon, au bout de quelques jours, un peu en overdose de quinoa (quinoa + avocat, quinoa + tomates, quinoa +feta…) et de courgettes (en gratin, sautées, en salade). Et, encore heureusement, j’en avais congelé la moitié. Pas sûre de m’y remettre tous les dimanches.

#ReflexionVieille

Alors que je ramenais, en fin de soirée, en voiture mon amie Caro :

Très sympa ce dîner cher les Fuchon ! 

– Oui, hyper sympa. Mais l’éclairage, trop blanc, n’était vraiment pas flatteur. On avait tous des tronches épouvantables, l’air d’avoir 100 ans.

– Tu as as raion, aujourd’hui, on ne devrait plus faire que des dîners éclairés à la bougie ! 

 

Vieillir devient tendance !

Une nouvelle plateforme en ligne (et un magazine papier trimestriel) est développée par Procter & Gamble :  Victoria. Élaborée pour nous, les 50 et +. Avec comme ambassadrice et contributrice, Sophie Davant (son portrait sur JNVP). Des journalistes et des experts de la marque proposent des articles sur les loisirs, la beauté, la maison…

J’y ai trouvé ces infographies assez réjouissantes :

 

Site Victoria- blog femmes 50 ans - quinqua

Et, j’ai pu interroger le sociologue Serge Guérin, sur sa vision de la femme de plus de 50 ans:

“La “nouvelle” femme de 50 ans s’autorise plus qu’avant à écouter ses envies. Elle assume son âge. Elle est plus autonome et ne veut plus se laisser enfermer dans un rôle ou dans une image imposés par la société. Il est d’ailleurs plus facile pour elle d’avoir 50 ans aujourd’hui que pour sa mère ou sa grand-mère. Elle est mieux “formée”, mieux préparée. Elle a plus de solutions esthétiques.. La société, même s’il y a encore des progrès à faire, la laisse plus facilement vivre comme elle le souhaite par rapport aux générations précédentes. Malgré tout le regard de cette société reste plus difficile pour les femmes que pour les hommes. “

Ben, tout à fait d’accord, Serge !

Allez, je vous laisse,  mais comme je suis encore un peu restée au Brésil… (Comment cela vous ne saviez pas que j’ai été au Brésil ? Cliquez ici).

 

1
Share

C’est la rentrée! Alors, remettons nos neurones en route avec un peu de philosoph… Age !

L’idée de ce post m’est venue lors d’une discussion “apéro/coucher de soleil” au bord du lac de Lacanau. Sur un fait d’actualité, que je ne commenterais pas ici, j’expliquais avoir perdu quelques illusions.

Philippe me jette un regard “ma pauv’fillevieille” :

– ” Mais, enfin Virginie, tu as encore des illusions. À ton âge! T’es pas sérieuse?”

– ” Ben si ! Non?…  Tu re-veux du Pata Negra ?”

blog femmes 50 ans, blog quinquaUne fois le soleil largement couché, je suis allée voir la définition d’illusion :

Appréciation conforme à ce que quelqu’un souhaite croire, mais fausse par rapport à la réalité.

Alors, oui, il y a encore plein de choses auxquelles je souhaite croire. Et, tant pis, si je me plante! Le contraire serait pour moi synonyme de “défaitisme”, de ne plus avoir d’espoir.

D’ailleurs, la première est celle de me sentir beaucoup plus jeune que je ne le suis. Et, celle-là, je suis sûre de ne pas être la seule à la partager. Dans ma tête. Et, même physiquement, d’ailleurs! Je reste toujours très surprise que de moins en moins de personnes s’étonnent : “Nooon” quand j’annonce mes 53 ans.

Mais, je pense que c’est justement ce qui m’aide à garder l’esprit ouvert, un tempérament de gamine, une curiosité juvénile. Bref, à être “âgée” sans être vieille.

Je garde celle que je peux manger ce que je veux sans grossir. Ou que l’homme a quand même une inclination naturelle à ne pas nuire à autrui (je sais, celle-là, confère à la connerie).

Mais, j’aime aussi l’idée, de rester naïve, d’exprimer mes sentiments avec sincérité.

blog femmes 50 ans, blog quinquaJ’aime encore me faire des illusions – concevoir de vaines espérances, surestimer ses possibilités, ses capacités. Oui, souvent, je crois que je vais pouvoir lire le menu du resto sans lunettes (pénible cette mode des salles obscures pour avaler une Ceasar !).

Je ne suis pas non plus “aveugle”. Sur l’âge, le miroir brise souvent mes illusions. Et, surtout je ne cherche pas à Tromper sur ma nature véritable en donnant une image flatteuse, mais surfaite (faire illusion).

Et, là, je pense à certaines femmes qui usent et abusent d’artifices dans leur quête de la jeunesse et qui, pour le coup, ont l’illusion que ça marche et que cela ne se voit pas.

blog femmes 50 ans, blog quinqua

Mais, (attention antithèse).

J’ai effectivement perdu celle qui accompagne pour moi la jeunesse. Celle d’être toute puissante et immortelle (quoiqu’il m’arrive encore d’y croire! Aux deux! ) Alors, oui, le champ des possibles se rétrécit. Mais, je veux continuer de croire qu’à l’impossible, je ne suis toujours pas tenue.

Et, surtout, les “sages” disent en chœur: “réveillez-vous !”

Oui, il est temps de cesser d’être dans la projection de ce que notre vie devrait être. Avoir l’illusion que cela ira mieux demain si j’ai cela ou si je fais ceci. Qu’acheter ces boots Balenciaga va me rendre plus heureuse. L’illusion pourrait alors nous empêcher d’être dans l’ici et le maintenant. Car, c’est maintenant ou jamais que nous devons construire notre réalité.

Allez, bonne rentrée à tous. Et, je vous laisse, je file chez Balenciaga, comme ça, je serais heureuse tout de suite!

blog femmes 50 ans, blog quinqua

 

 

0
Share

 

73 ans.
73 ans.

 

1- Comment décrieriez-vous votre look?

J’essaye d’être dans le coup, sans jouer les gamines. Je ne porte plus ni short ni jupe trop courte. C’est une question de bon sens.

Mais, je ne veux pas m’habiller “vieille”. J’essaye de ne pas porter de couleurs trop tristounettes. Par exemple, je lève vraiment le pied sur le noir. L’hiver, je vais plutôt opter pour du bleu marine. Sinon, j’aime beaucoup les couleurs pastels, le beige, le blanc. Comme je vis dans le sud, c’est idéal.

Je suis toujours maquillée. Plutôt dans des tons nude. Et, essentiellement les yeux. Ou alors du rouge à lèvres. Mais, jamais les deux en même temps. C’est too much!

2- Votre routine anti-âge?

J’ai beaucoup bossé dans  l’univers de la cosméto, alors, je suis assez calée en crèmes. J’aime les marques comme By Terry, Estée Lauder, Saint-Laurent… Je mets un sérum et une crème hydratante anti-rides matin et soir.

J’aime bien être bronzée. Je sais que ce n’est pas très bon. J’utilise un indice 30, ce n’est pas assez. Alors, je me fais régulièrement enlever les tâches au laser. Je fais de l’acide hyalluronique. En fait, le plus important, à mon âge, est d’avoir un super bon médecin esthétique. Qui vous fait des petites retouches naturelles sans vous pousser à en faire trop. Pour rester dans la juste mesure.

J’ai fait un lifting en 99. Ça va, il a bien tenu. Sauf l’ovale du visage. J’avoue que cela commence à me titiller d’agir dessus ainsi que sur le cou.

Sinon, je ne suis pas spécialement sportive, mais très active. Je suis tout le temps en mouvement. Je marche beaucoup. Et, l’été, je nage.

3- Qu’est-ce qui vous gène le plus dans votre âge?

Le chiffre.

Avoir plus de 70 ans, ça me gonfle un peu quand même!

Mais, l’important est dêtre bien entourée. J’ai fêté mes 50 ans de mariage. J’ai une super bande d’amis.
Et, j’ai une passion : voyager. J’ai toujours adoré cela. J’aime être en contact avec les gens. J’ai toujours eu un bon relationnel. On “vieillit” bien tant que l’on continue à s’intéresser aux autres. Et, à avoir des projets!

 

 

1
Share

Jeune Vieillis Pas Il y a des métiers où on a l’impression d’être la dinosaure de (dans le) service !

3 femmes racontent leur expérience. 

Marion, photographe de presse, 52 ans. 

 

 

Jeune Vieillis Pas

 

“Je n’aime pas dire mon âge. Le chiffre 50 me paraît énorme! Mais, c’est ridicule, cela se voit, je les fais! Et, je ne cherche surtout pas à faire plus jeune! Je travaille sur une plateforme de bureaux partagés, les photographes ont entre 22 et 40 ans. Il y a un petit bar où tout le monde boit un coup en fin de journée. Moi, je rentre à 19H. Ma deuxième vie m’attend à la maison. J’ai mes propres ados à gérer chez moi. Et, s’ils sortent, ils ne vont pas me proposer naturellement de venir avec eux. Alors, que parfois, j’irais volontiers. Mais, on n’est plus dans les mêmes délires. Les leurs, ils  n’ont pas envie de les partager avec quelqu’un de plus âgé. En plus, dans un groupe de jeunes, il y a toujours des rapports de séduction. Toi, tu es hors jeu !

Parfois, tu te retrouves, pour un reportage, dans des endroits où tu n’aurais jamais dû être. Comme dans une rave party où un “jeune” vient me draguer en me disant: “t’es pas mal pour ton âge. Je me suis déjà fait une vieille”. J’ai tourné les talons. Bon, en plus il était moche!

Je croise essentiellement des photographes qui ont en moyenne 30 ans. Car, tout simplement, les plus de 45 ans bossent moins.  Ou en tous les cas différemment. Tu lâches quand même un peu à partir d’un certain âge. Tu as plus de sérénité. Tu ne t’intéresse pas qu’à ton job.

Mais, aujourd’hui, je vis beaucoup mieux mon âge qu’à 40 ans en fait. J’ai passé un cap. J’ai des stagiaires. Leur donner, leur apprendre des choses, cela m’aide vraiment. Tu as de nouveau une position, un vrai rôle. Avant, tu es entre les deux. Tu n’es plus un jeune, mais pas encore un “passeur”.”

 

Hélène, publicitaire, 53 ans. 

Jeune Vieillis Pas

 

“La moyenne d’âge de mes collègues, de mes prestataires, de mes clients est de 30/35 ans. Alors, je ressens plutôt que l’on a besoin de  moi. J’ai plus d’expérience. J’inspire confiance. Pour moi, il n’y a pas de problème, je suis là pour délivrer des solutions. J’ai une plus grande force de proposition.

Mais, mon job, ma personnalité me poussent à me remettre perpétuellement en cause. J’essaye d’être toujours en “apprentissage”.  Je cherche toujours à plus me perfectionner, apporter plus de valeur ajoutée. Être entourée de jeunes me challenge encore plus.  

De par mon métier, je sors beaucoup. Je vais à beaucoup de vernissages pour connaître de nouveaux talents. Bien sûr, je rentre plus tôt que les autres. Sinon, je ne tiens pas le coup. Mais, je ne ressens pas vraiment que les personnes puissent se dire que je suis trop vieille ou has been.

Mais, j’évite en fait de préciser mon âge. Je l’ai dit un jour à un directeur artistique. Il était interloqué. Il s’est presque excusé d’avoir été, jusque là, trop “familier” avec moi, trop “copain”. En fait, c’est lui que cela a mis mal à l’aise.

J’évolue dans un milieu pro où l’on peut  s’habiller cool. Et, comme l’habit fait un peu le moine! Il est sûr que je ferais plus mon âge si je devais bosser en tailleur strict. En plus, tout le monde se tutoie. Cela évite le “vous” de respect dû aux personnes âgées!!! Le langage est assez jeune.  Même si je fais attention de ne pas tomber dans les “c’est ouf’, “c’est chamé”… Je me limite aux “top”, “cool”… 

 

Marie, directrice de production, 51 ans.

Jeune Vieillis Pas

” En général, à 50 ans, tu manages une équipe. Alors, l’avantage est que tout le monde te respecte. Tu hausses un peu le ton, tu en imposes.

Cela dit, je ne dois pas faire vraiment très peur: tout le monde m’appelle “maman”! Et, puis, on me fait pas mal de blagues style, si j’oublie un truc, c’est Alzheimer. On me parle des Hespérides. Bon, cela me fait plutôt marrer.

Être entourée de jeunes aide aussi à le rester. Dans ton look, tu essayes de rester dans le coup. Tu fais des efforts pour connaître les nouveaux courants musicaux. J’apprends aussi beaucoup d’eux!  

En fait, je “deale” face à deux tranches d’âge: 

Les 20/30 à qui je parle effectivement comme à mes enfants. D’ailleurs, je leur demande souvent l’âge de leur parents. J’ai un vrai regard bienveillant de mère de famille. Je les engueule assez naturellement. J’ai beaucoup de filles de 24 ans autour de moi, je ne peux pas être copine avec elles. C’est impossible! Elles ont encore tellement d’illusions sur la vie. Je n’ai pas envie de les casser….

Avec les 30/40, c’est plus ambigu. Avoir des copines de 40ans, ça le fait. On peut avoir des sujets de conversation communs comme les enfants.Mais j’ai parfois l’impression d’être pour certaines “la vieille emmerdeuse” qui leur bloque un peu le chemin. En plus elles peuvent être un peu dédaigneuses, genre: “nous, on maîtrise mieux les nouvelles technologies. 

Quant aux “vieilles” de mon âge, d’abord il y en a très peu et je n’ai pas non plus envie de faire copine avec elles. Même si on partage toute la même angoisse: se faire virer!

Parce que dans la comm, si tu perds ton job, personne ne va recruter une femme de plus de 50 ans. Sauf, pour des postes de big boss.  Mais, le pire est de sentir que ta direction te considère un peu comme un “boulet”. Tu coûtes plus cher qu’un jeune de 25 ans qui est en plus prêt à bosser jour et nuit. Tu es compliquée à virer et plus personne ne mise sur toi!”

 

 

2
Share

Un vieux réveil.
Vieille horloge!

 

Après des années dans les rues de Paris et sur les routes de France de machistes pouffiasse, connasse, pétasse…

… Je viens de vivre mon premier: vieille conne!

C’est moche!

Je traversais tranquillou en dehors du passage clouté (pourtant, ça fait jeune de ne pas rester dans les clous, non?). Un vélibiste arrive à contresens (ça fait 10 ans, que je traverse ma rue en ne regardant que vers la droite, que les vélos peuvent rouler en sens interdit, je ne m’y fais pas, mais c’est peut-être ça qui fait vieux: ne pas arriver à changer ses habitudes)… Bref, le mec manque de me rentrer dedans, je râle, il m’insulte ! Ouais, OK, râler, ça ne fait pas jeune.

Vieille branche
Vieille branche

De p’tite  à vieille conne!  L’histoire d’une vie?

Se posent alors quelques questions existentialo-philosophico mais, concrètes quand même:

Quand ai-je basculé ?

À quoi a-t-il reconnu que je n’étais plus jeune?

À quel âge devient-on vieux?

Auquel fait-on vieux?

C’est quoi les signes de reconnaissance?

Des vieux pots!
Vieux pots!

Pour ces pots: c’est clair. Ils sont largement usés par le temps. On peut même dire qu’ils sont moisis voire bons pour la casse.

Mais, moi???

– Quel âge ai-je?

52 ans sur ma carte d’identité.

– Lequel  j’ai l’impression d’avoir?

Ça dépend de ma pêche, de mon humeur. Le curseur peut se placer entre 15 et 100 ans.

– Quel est celui que me donne les autres?

Là aussi, ça dépend des jours et de mon nombre d’heures de sommeil.

Alors, je fais mienne cette citation d’Alphonse (Allais):

“Ne me demandez pas mon âge, il change tous le temps.”

 

Vieille toile!
Vieille toile!

 

Le signes les plus extérieurs de vieillesse sont:

Les rides.

Il roulait quand même trop vite pour vraiment les voir.

La perte de fermeté.

Il ne m’a pas touché, j’ai encore les réflexes assez vifs!

Les cheveux blancs.

Je n’en n’ai pas!

A contrario, n’avais-je pas l’air pleine d’énergie, de dynamisme, signes de  jeunesse?

Une vieille caisse.
Vieille caisse.

Bon, je promenais mon chien. Qui m’aime comme je suis,  je n’étais donc pas sur mon 31.

Mais, voilà! C’est mon chien qui fait mémère!

Pourtant, j’ai fait vachement gaffe. J’ai refusé le Chihuahua à mes enfants pour sauvegarder ma réputation dans mon quartier. Avec un Chihuaha ou un Yorkshire, je prends 10 ans. J’ai un Shiba Inu, un chien japonais. Le même que Deneuve, merde!

Et, NON !Peau d’âne n‘est pas vieille!

 

Un vieux livre.
Vieilles pages

 

En fait, ce jeune connard, voulait me faire encore plus mal. Aggraver son “conne” avec vieille. Mais, bon, relativisons.

Après tout, je me suis déjà fait traiter de sale pute malgré une hygiène irréprochable ou de grosse salope avec un rapport masse maigre/masse grasse est tout à fait honorable…

 

Un vieux couple.
Un vieux couple.

Allez, je vous laisse avec Vanessa Paradis et La chanson des vieux cons.

1
Share

Jeune Vieillis Pas
Marion, 50 ans.

Marion est ma belle-sœur. Je la connais depuis qu’elle est gamine. Elle a, sous mes yeux, grandi, évolué, vieilli, mûri…  Aujourd’hui, elle me donne vraiment le sentiment d’avoir trouvé son bon chemin. 

” Après des études littéraires et de cinéma, j’ai bossé comme scripte  à la télé. Mais, c’était un univers qui ne me correspondait pas. J’aimais les livres -j’écris d’ailleurs aussi-, je suis donc devenue libraire. Pendant 12 ans. J’ai beaucoup aimé ce travail, même si j’avais parfois du mal à vraiment expliquer mes coups de cœur.”

Jeune Vieillis Pas

Marion fait ensuite une « pause familiale ». Elle suit son mari en Angleterre. Et, a son premier enfant. Suivi d’un deuxième alors qu’ils sont, alors, installés à Toulouse.

« Je souhaitais vraiment m’occuper de mes enfants. Je n’avais pas envie de les laisser. »

Alors, elle sera maman à temps plein…

 

Jeune Vieillis Pas

« Puis, les enfants grandissent, ils ont moins besoin de vous. Je me rendais compte que j’étais beaucoup trop sur leur dos. Et, moi, j’avais le sentiment de n’être plus rien du tout. Je ne savais pas trop ce que je voulais faire”.

Les enfants au collège, les journées deviennent bien longues. Marion se remet à l’écriture. Mais, cela ne lui suffit pas.

« J’avais aussi besoin de trouver une activité qui me permette de me revaloriser. D’acquérir une indépendance financière. »

Jeune Vieillis Pas

Pôle emploi va lui permettre de remettre les choses à plat.  Elle s’inscrit à Cap Projet, un accompagnement qui permet d’élaborer un projet pendant 6 mois à raison de 2 fois par semaine. Elle suit même une thérapie cognitive pour l’aider à se relancer. Elle arrive enfin à faire des liens entre sa personnalité, son parcours professionnel et ses souhaits.

« Au fur et à mesure, c’est travailler dans le social qui s’est imposé à moi.”

C’est finalement un diplôme d’état de technicienne de l’intervention sociale et familiale que Marion est en passe de décrocher.  Une formation sur 2 ans. Un parcours long et riche en émotions.

« À mon oral d’entrée, j’ai obtenu un 18 ! La première bonne note de toute ma vie! Quand j’ai ensuite intégré la formation, je me suis retrouvé qu’avec des jeunes. C’était un peu dur, je ne savais pas très bien comment me situer. Tout le monde m’appelait « la vieille ». Bon, c’était de l’humour, mais je ne le prenais pas très bien. J’ai réussi à m’adapter et maintenant, c’est moi que l’on appelle pour demander des conseils. Et, puis, pas facile de remettre son “cerveau en marche”. Pour les stages, idem. Ils s’attendent à voir arriver une « jeunette ». Mais, après, cela aide. J’inspire plus facilement confiance. Mon âge devient un atout pour faire face à des situations très dures. Beaucoup d’incestes, des femmes violées ou seules avec des enfants dans des situations extrêmement précaires.”

Marion finira sa formation en juin 2015. Elle devra alors présenter son Dossier de Pratique professionnelle. Elle sait qu’elle veut travailler avec des mamans.

“C’est tellement beau de pouvoir aider une mère à renouer des liens avec son enfant. Mais, le plus difficile est de ne pas trop s’attacher. Si tu crées trop de lien, tu ne peux pas faire du bon boulot. »

Jeune Vieillis Pas

Marion vient également de  terminer son livre. Une livre d’ado qui se passe dans les souterrains de Paris. Je lui souhaite d’être très vite en librairie ! La boucle sera bouclée.

 

 

0
Share

Première quinzaine d’avril!

Un lundi soir au New Morning, petite salle de concert parisienne. Tampon sur la main prouvant que j’ai payé, pull noué autour des hanches…, je danse, j’applaudis….  Du bon (vieux) temps. Si les concerts “grande messe” style Stade de France ne sont plus trop mon truc, là, c’est du bonheur!

Otis Taylor, pour Rock & Folk est de nos plus grands bluesman!
Otis Taylor, pour Rock & Folk est de nos plus grands bluesman!

Je confirme!

Son nouvel album: My world is gone.
Son nouvel album: My world is gone.

 

Coup de folie: Alerte à Malibu ma banque:

Maîtres-nageurs et nageuses au rayon "bain" du Bon Marché
Barboteuses et maîtres-nageurs au rayon “bain” du Bon Marché

Maillot Eres.

Mon petit secret anti-âge!

image copie

J’ai la chance d’avoir une masseuse chinoise qui vient une fois tous les quinze jours me filer des petites claques, me faire des petits pincement à l’aide de ces instruments en corne de buffle dont je ne retiens absolument pas le nom chinois!

Une petite citation:

La peur de vieillir abîme plus que l’âge” Jeanne Moreau.

4 détails:

C'est le printemps, je montre de la verdure!
C’est le printemps, envie de me mettre au vert !

 

Pantalon Zara, baskets Converse, écharpe Kolor de Luna, sac Zadig & Voltaire.

Je dois refaire ma carte d’identité ainsi que celle de mes enfants.

image copie 10

 

Pas passionnant en soi. Mais, primo un petit “feefgood”!

Je demande au photographe de payer d’avance et lui envoyer mes deux enfants.

“- Non, on ne fait pas les enfants!

– Mais, ils ont 15 et 17 ans.

– Ha d’accord. On ne fait pas juste les petits.”

Deuxio: réflexion plus “grave”: est-ce que je me reconnaîtrais la prochaine fois que je ferais des photos d’identité dans 15 ans (si je ne la perds pas avant!).

Mais qu’est-ce qui m’a pris?

image copie 8

En fait, je les voulais en beige, mais plus ma taille. Comment ais-je pu me laisser convaincre par l’argument de la vendeuse?

” Si rose, c’est bien. C’est très girly!”

Je suis allée avec une copine voir le spectacle de Camille Chamoux sur les trentenaires Née sous Giscard.  On était un peu à la bourre et on “courrotait” dans la rue. Deux djeuns un peu éméchés (deux connards complètement bourrés) nous ont apostrophé du trottoir du trottoir d’en face:

” Ho, la vieille! Regarde, elle marche comme ma grand-mère!”

Bon, je pense qu’ils parlaient de mon amie. Si, je suis sûre!

image copie 7

Je laisserais d’ailleurs à cette sympathique comique le mot de la fin de ce post:

” Aujourd’hui, on ne dit plus femme au foyer. On dit blogueuse.”

0
Share

Sortie 19 février.
Sortie 19 février.

Un film chilien de Sebastian Leilo, avec Paulina GarcíaSergio Hernandez .

Gloria, bientôt sexa veut rester sexy et se se sent toujours jeune. Divorcée, elle fait la fête dans les dancings de Santiago. Elle y rencontre Rodolfo: espoir et déception!

<div id=”blogvision”><iframe src=”http://www.allocine.fr/_

Je suis allée au cinéma avec mon amie Sophie. Mercredi, à la séance de 14 heures et compte tenu du sujet du film, à 52 ans, nous nous sommes senties très “junior”. Premier réflexe de mon intrépide amie:

“On se casse, ça va nous foutre le cafard!”

Nous sommes restées.

Aux premières images du film, je regrette.

Un “dancing” de cheveux blancs (une fois de plus, je me fais la remarque, les femmes font moins “vieilles” que les hommes). Je me penche  vers Sophie:

“- Nos amis ne ressemblent pas à ça?

– Non. On se casse?”

Nous sommes restées. Et, nous n’avons pas regretté.

A part, quelques longueurs, c’est une comédie douce-amère qui file plutôt la pêche. D’ailleurs, le réalisateur compare son héroïne à Rocky: “Quand elle prend un coup, elle se relève et elle continue.”  (Le Parisien, 19/02). Ce film a en plus un vrai mérite, celui de montrer des “corps âgés” qui font l’amour. Pour moi, c’est une première.

Et, enfin, l’actrice est juste formidable!

Ours d'argent de la meilleure actrice au festival de Berlin 2013.
Ours d’argent de la meilleure actrice au festival de Berlin 2013.
Et, pourtant pas facile de faire oublier une autre Gloria,
Unknown-2
La géniale Gena Rowlands dans le rôle d’une ex call-girl et maîtresse d’un parrain new-yorkais qui se voit confier un enfant de 6 ans poursuivi par la mafia.

Allez, je vous quitte sur la chanson finale du film. Vous allez voir, on savait faire des clips à l’époque….

1979
1979

0
Share