Jean-Marie.

Confidences d’un désinvolte!

Jean-Marie Bayle a 66 ans. Et fut journaliste télé au service actualités.

Alors journaliste un jour, journaliste toujours…

Aujourd’hui, il tient un blog Confidences d’un désinvolte (et une page Facebook). Des “éditoriaux” pour partager, échanger avec les autres sur des faits de société ou sur ses “escapades sportives”. Enfin, quand il a le temps…

Car il est avant tout un grand sportif, fou de nature et de montagne. Et quand je dis grand sportif, je ne plaisante pas.

 

Alors, cela vous fait quoi d’avoir 66 ans?

Je ne m’en rends pas bien compte. Mais je sais que cela va venir. Les 70 ans sont juste devant moi. J’ai peur qu’ils soient violents. Mais physiquement, j’arrive toujours à faire tout ce que je veux faire. Alors tout va bien. 
Je suis content d’avoir pris ma retraite à 64 ans pour pouvoir justement mener à bien tous mes projets de voyages et de sommets à vaincre. Un 7 000 m au Chili à cheval avec l’Argentine par exemple. Je pars bientôt en Equateur faire le plus haut sommet du monde si on prend le centre de la terre comme référence.

(Quand je vous disais que je ne plaisantais pas…)

Évidemment, je suis souvent dans ces équipées sportives avec des gens beaucoup plus jeunes. Je vois bien que la différence est abyssale.

Votre définition du bien-vieillir?

Avoir beaucoup d’activités.
Et être en phase avec son corps, en assumant ce qu’il est.

Dans le vieillissement, il y a le facteur chance mais aussi le facteur hygiène de vie/diététique. Je fais très attention à la nourriture, je mange bio et toujours des repas équilibrés. Je n’ai jamais fumé et je bois très peu d’alcool.

Je lis beaucoup, j’écris, je vais au cinéma…
J’ai comme philosophie de vie de profiter de chaque jour. Ne jamais attendre le jour d’après pour cela. Chaque matin, à mon réveil, je fais le point sur les plaisirs que va me donner cette journée, une idée d’écriture,  un bon film à voir, un rendez-vous, un entrainement… Ce sont mes points d’ancrage.

 

On dit que les hommes mûrissent alors que les femmes vieillissant, qu’en pensez-vous?

Il y a une vraie injustice. Je n’aimerais pas être une femme de mon âge

Car ce sont les femmes qui vivent le plus cruellement le vieillissement. Dans une société qui prône le jeunisme. Et, elles s’enferment dans un cercle vicieux car ce sont celles qui en souffrent le plus qui en accentuent les effets. Une femme qui assume son âge est beaucoup plus séduisante que celle qui lutte contre. 

 

Alors, comme Jean-Marie aime écrire, je lui ai demandé de nous faire un petit billet rien que pour nous. Et je l’en remercie.

LA FEMME DE 50 ANS
Toutes les femmes adorent leur miroir qu’elles finiront souvent par mépriser. Elles ne lui pardonnent jamais de les priver soudain de cette séduction qu’elles recherchent dans le regard des autres. Leur beauté et leur féminité sont un capital qui exclut le moindre compromis. Rien n’est plus douloureux que l’indifférence ou la compassion. Je ne parle pas ici de la crise du milieu de vie, cette turbulence existentielle qui alimente à l’infini les magazines féminins et les cabinets des psys mais celle plus pernicieuse qui se nourrit des premières traces des stigmates du temps.
Difficile de dire quand s’effectue cette ingérence insidieuse. Les femmes de 50 ans connaitraient aujourd’hui ce qui naguère affectait celles de 40 ans. Bonne nouvelle, il semblerait que ce curseur insaisissable glisse maintenant vers la décennie suivante avec la dextérité d’un anticyclone chassant une dépression pour dégager de nouveaux territoires plus sereins.
Il n’empêche que ces femmes harcelées par un vieillissement toujours prématuré à leurs yeux parfois corrélé avec la solitude engagent alors un dialogue délicat avec elles-mêmes. Certaines se créent leurs propres démons quand d’autres savent susciter de nouvelles priorités. Mais le chemin de l’exil volontaire choisit par Greta Garbo à l’âge de 36 ans était une insulte à la vie. Elle a voulu figer définitivement son image. La Divine n’aura donc jamais montré une seule ride sur son visage préférant entretenir le mythe de la perfection au détriment de son existence. Pathétique. Les femmes préfèrent crânement engager un combat contre cette corrosion du temps même si elles le savent perdu d’avance. Des soutiens de circonstance se bousculent auprès d’elles pour les seconder en prétendant pouvoir régler l’insoluble. Mais les cosmétiques enveloppés dans des notices chargées de bonnes intentions se révèlent rarement plus efficaces que le bistouri d’un chirurgien esthétique qui faute de compétence pour la chirurgie traditionnelle aurait flairé le bon filon pour faire fortune en se vantant de pouvoir défier les marques du temps sur les corps.
Tout ceci est absurde. La femme ne peut être réduite à un simple reflet dans un miroir même dans une société survoltée donnant une importance démesurée à son image. Et ce ne sont pas les podiums et les magazines exhibant des bayadères anorexiques ou des adolescentes fragiles comme de la verroterie qui doivent leur servir de référence lointaine. La femme riche de plusieurs décennies d’existence arbore des atouts d’une valeur inestimable qu’elle ne demande qu’à partager. Encore lui faut-il trouver les hommes capables de l’entendre. Son expérience et sa boulimie de vie lui donnent cette lucidité qui la focalise sur l’essentiel. La gravité du présent la ponctionne du conditionnel passé. Son exigence la convainc d’accepter l’illusoire pourvu qu’il soit accompagné de respect. Plus que jamais pour paraphraser Lacan ‘’Elle sait enfin vouloir ce qu’elle désire’’.           
Share

About virginie

8 comments on “Jean-Marie.

  1. Merci ! j’aime beaucoup ce texte sur les femmes “vieillissantes”. Si ce sont les hommes intelligents (je n’aime pas ce mot) disons les hommes qui ont assez de recul sur les travers de notre société d’hyper-consommation qui voient la beauté des femmes au delà de 40 ans, ils ont de la chance de voir ce que les autres ne voient pas.
    Merci pour le blog.
    Sophie

    • Merci de ce commentaire Sophie

  2. Merci Jean-Marie pour ce très beau texte, tellement vrai.
    Mais très peu d’hommes pensent comme vous, hélas…

  3. Très intéressant votre article et surtout la lecture de ce que pense votre invité “Jean-Marie” sur la femme de 50 ans. Je ne le connais pas mais je ne pense pas qu’il faille généraliser. Suis tout à fait l’opposé de ce qu’il écrit. Je ne suis pas narcissique à ce point et je pense que de nombreuses femmes de ma génération (j’ai 64 ans) ne le sont pas. Je pense personnellement que la pire façon de vieillir s’est de se focaliser sur son âge. Et si je disais que j’apprécie vraiment la vie que depuis que j’ai dépassé les 50 ans, vous comprendrez tout.

  4. je ne suis pas du tout d’accord..je trouve que les femmes vieillissent beaucoup mieux que les hommes…elles restent intéressées par plein de choses et,pour la majorité ,ne font pas un drame de leur âge..ce texte est d’un machisme désespérant..Citer Greta Garbo c’est oublier Simone Veil ,Françoise Giroud ,les soeurs Groult et des milliers d’autres..Les hommes de mon âge et plus vieux ne m’intéressent pas du tout ..ils sont amers ,radoteurs ,repliés sur eux mêmes.;en général

    • Je pense que ce n’est pas vraiment ce qu’il dit. J’ai plutôt compris qu’il pensait que c’est la société qui est plus injuste envers le vieillissement des femmes et plus indulgente avec celui des hommes. Et justement la fin de son texte va tout à fait dans le sens de ce que tu dit/

    • C’est tout à fait vrai, surtout pour la partie concernant les hommes…..

  5. La société est plus cruelle avec l’image de la femme, c’est vrai encore. Mais on voit le changement. Bien sûr, le physique compte énormement, certaines femmes sont prêtes à tout, mais les hommes commencent à s’y mettre aussi…Lorsque nous sortons, nous voyons plus de femmes que ce soit au cinéma, théâtre, concerts, restaurants etc. Les femmes paraissent plus curieuses, même âgées.
    PS Votre interlocuteur a fait un joli texte adressé aux femmes…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.