,

Patricia, une belle vision du pro-âge !

” J’aime me considérer comme une “accompagnante”. En vieillissant, les femmes ont besoin d’être aidées à se sentir bien, à mieux avancer”. 

Patricia Danniel, 51 ans est aujourd’hui esthéticienne. Mais elle est avant tout une grande voyageuse. Ce qu’elle pressent très jeune. Originaire d’un petit village de l’arrière pays niçois, elle obtient une maîtrise  de “français langue étrangère” pour pouvoir enseigner le français à l’étranger. Elle vient à Paris et enseignera d’abord à des étrangers mais en France. En 92 avec son mari et un bébé de 7 semaines, elle part pour le Liban dans les montagnes au dessus de Beyrouth. “Des années formidables”. Suivront l’Égypte, le Quatar.. avec à chaque changement de pays des plus ou moins longs séjours en France “pour les enfants”.

Puis cela sera la Thaïlande pendant 10 ans. Elle y travaille à L’Alliance Française tout en s’intéressant de plus en plus aux plantes et aux médecines douces. La dernière année, dans l’attente de la nouvelle mutation de son mari, elle décide de se former à Bangkok en réflexologie, anatomie/physiologie et massage suédois. Elle y obtient un diplôme international.

De retour à Paris en 2015, elle passe en un an un CAP d’esthéticienne “pour pouvoir me sentir légitime”. 

“J’ai tout de suite senti que ce qui me plaisait le plus était le pro-âge, m’occuper de peaux matures.”

Elle effectue donc des recherches dans ce sens pour trouver les “bonnes méthodes ” et fait ensuite des stages/formations et se spécialise alors en modelage chinois à l’aide de ventouses faciales.

 

 

 

“Bien vieillir pour moi est un équilibre. Il ne faut rien s’interdire, tout apprécier sans abuser. Il s’agit de maintenir son bien-être au niveau mental, physique et énergétique. Par exemple grâce à la réflexologie, on débloque les chakras pour avoir une énergie plus fluide. Il faut surtout changer son regard sur le vieillissement. Ne plus le voir comme une dégradation. C’est un changement, mais il n’est pas négatif. Je nous trouve plus jolies aujourd’hui, plus nous-mêmes.

Je prends un réel plaisir à faire du bien. J’aime faire de mon mieux pour que la personne se sente traitée dans la douceur. Grâce aux ventouses, on peut retrouver un visage plus harmonieux puisque l’on “s’attaque” au derme. En pompant avec les ventouses, on draine, on accentue la circulation sanguine et lymphatique. On permet aux cellules du derme (les fibroplastes) de se reproduire, de se dynamiser et ainsi de produire du collagène et de l’élastine. On élimine également les déchets entre les fibres.”

 

 

 

www.patriciadanniel.paris. Patricia exerce dans le 15 ème à Paris.

C’est toujours difficile de traduire en mots les sensations d’une rencontre… J’ai beaucoup aimé celle avec Patricia, femme très douce qui dégage beaucoup de sérénité et de bienveillance.

Et je trouve son choix de photo pour illustrer son “soin signature” très significatif de son état d’esprit pro-âge.

Le visage d’une femme birmane croisée lors d’un voyage dans un village au bord du lac Inlay.


 

 

6
Share

Sophie (51 ans) et la sophrologie !

À la base, j’ai une maîtrise de droit international. Mais, je me suis mariée très jeune. Mon mari bossait dans l’art et voyageait beaucoup. Pour que l’on puisse être ensemble, je l’accompagnais et travaillais un peu avec lui. Quand nous nous sommes séparés, j’ai essayé de continuer dans ce milieu. Très compliqué ! Très dur d’avoir la légitimité. 

Je voulais pour me “reconvertir” trouver quelque chose qui me corresponde vraiment. Une de mes amies m’a conseillé cette formation de sophrologie qu’elle suivait elle-même.

Dès la première séance, j’ai compris que cela allait m’apporter une vraie re-connexion. Entre mes besoins et mon envie de bosser. Avec la sophro, tu fais du bien. C’est de la positivité.

J’ai donc suivi la formation de l‘INES (Institut National d’Enseignement de la Sophrologie) sur 2 ans. Marie-Laure Jacquet qui la dispense est une femme passionnante. Son enseignement est d’une richesse extraordinaire.

C’est quoi en fait la sophrologie?

Selon moi, c’est une méthode de bien-être qui permet de positiver, de se remplir de positivité afin d’avancer dans la vie avec beaucoup plus de sérénité. Elle permet d’avoir un regard bienveillant sur soi.

La définition exacte est : L’étude de la conscience et des valeurs de l’existence. Avec comme principe : l’action positive :

  • Chaque action positive dirigée vers ton corps se répercute vers ton mental.
  • Chaque action positive dirigée vers le mental se répercute vers le corps.

C’est un neuro-psychiatre, le docteur Caycedo qui la fonde. Il est parti du principe que, si on pouvait somatiser sur des événements négatifs, on pouvait aussi bien le faire à partir d’événements positifs.

Tu apprends donc une manière de travailler : un mix de méditation, de respiration, de relaxation, de visualisation positive…  Grace à des journées de cours mais aussi lors de séances de groupe, de stages. La validation du diplôme se fait par un contrôle continu et par un examen en fin d’études comportant une épreuve théorique, une mise en situation professionnelle et la remise d’un mémoire. Qui porte sur mon expérience, ce que cette formation a changé en moi et comment je vais transmettre tout cela. Il y a surtout beaucoup de boulot à faire seule. Il faut tout savoir par cœur pour avoir une voix parfaitement fluide pendant la séance. 

J’ai maintenant mon diplôme qui me permet d’exercer la profession de sophrologue.

Je commence à avoir quelques clients grâce à mon réseau. Je fais, avec mes flyers, le tour des pharmacies, des médecins, des kinés, des gynécos…

J’interviens aussi 2 fois par semaine à L’atelier du soin (36 rue de l’Arcade, 75008), un lieu dédié à la beauté et au bien-être.

Concrètement, ça sert à quoi la sophrologie?

Tu peux apporter une aide dans plein de domaines : 

  • la gestion du stress.
  • Les troubles du sommeil, de l’alimentation…
  • En accompagnement d’un deuil
  • Pour préparer des examens ou pour affronter des situations anxiogènes.

Dans toutes les situations, les moments où tu as besoin de te reconnecter avec toi-même.

 

Et, ce qui est bien avec la sophrologie, quand tu la pratiques “sur le tard” :  ton expérience est un vrai plus. Tu “apportes” ton propre vécu pour mieux comprendre les gens. Tu as une meilleure écoute.

Mon âge est un réel avantage en fait ! 

 

Sophie Imbert Sophrologie 1

 

Sophie Imbert Sophrologie 2

4
Share

 À la cinquantaine :  un nouveau métier, une nouvelle ville et un nouvel amoureux : Pour son changement de vie, Virginie n’a pas fait les choses à moitié.

“Depuis que j’ai quitté Paris en avril 2016 pour venir m’installer à Biarritz, je me sens à la bonne hauteur. Je ne ressens plus la nécessité de me percher sur des hauts talons. Je ne me sens plus petite. Je ne ressens plus le besoin de me grandir. Passer ses journées en tongs ou cavaler en tennis: quelle libération !

Du haut de son 1m64, Virginie a toujours bossé dans la communication et l’événementiel. Même si elle a toujours cultivé sa passion des beaux objets, de la déco. Et, de la vente. À chaque déménagement, elle avait l’habitude de vendre tous ses meubles pour mieux passer à autre chose.

“J’adorais mon métier. Mais depuis quelques année, ma boîte avait beaucoup grossi avec des process de management qui ne me ressemblaient plus. Je passais ma vie en réunion clients. Je n’étais plus sur le terrain alors que c’était cela que j’aimais vraiment. Et, puis j’avais vraiment envie, besoin de changement. Je voulais plus de calme, plus de nature. Et comme je me sentais libre – mes filles avaient quitté la maison- je pouvais vivre une nouvelle aventure sans imposer quoi que ce soit à qui que ce soit. Elles ont d’ailleurs été mes premières supportrices pour qu’enfin j’écrive et monte mon dossier depuis le temps que je disais vouloir ouvrir ma propre boutique.

Bien avant “le grand départ”, finalement, quasi-inconsciemment, elle le prépare. Depuis quelque temps, elle vit dans un meublé loué au mois, s’est, une fois de plus débarrassé de la plus grande partie de ses meubles. Une fois négocié son départ de sa boîte, elle peut partir du jour au lendemain. Elle remplit sa voiture des affaires qui lui restent, essentiellement des fringues. Biarritz est comme une évidence, depuis toujours très attachée à cette région où vit une partie de sa famille.

“Tout s’est alors enchaîné rapidement. Il fallait que je me rassure. Que je me prouve très vite que je pouvais réaliser mes rêves. Je me suis associée avec mon frère  et on a mixé nos univers: le vintage, la déco contemporaine et la chine. Après des semaines de recherche, je tombe un peu par hasard sur ce local pile à l’endroit où je voulais être, les Halles de Biarritz. Forte de mon dossier “béton” (j’ai bossé dessus comme une dingue bien avant d’arriver ici), j’ai réussi à convaincre le propriétaire, la banque, la mairie…  Je me suis battue comme une folle et investi toutes mes économies. J’ai travaillé non stop. H 24, 7 jours/7 “

Depuis près d’un an (quelques mois après son saut dans l’inconnu) , Virginie ouvre avec son frère Olivier Acte 1. 

 

 

 

Acte 1, 12 rue des Halles, 64000 Biarritz. Le site ici, la page Facebook là.

“Je voulais une boutique que je pouvais aménager comme une maison. Je voulais pouvoir y travailler comme si j’étais chez moi et que je recevais des amis. “

“Et, la vie est vraiment bien faite. Au moment d’ouvrir ma boutique, alors que je bossais jour et nuit, j’ai rencontré un homme. Ce n’était pas forcément le bon moment. Mais, je ne pouvais pas le laisser passer. Nous nous sommes vite installés ensemble. Nous avons aujourd’hui des tas de projets. Et, comme il est lui-même entrepreneur, je peux lui parler de mon boulot pendant des heures, il me comprend.

Même si ce n’est pas mon genre, j’ai des petits moment de baisse d’énergie. Là, l’hiver va arriver. J’ai beaucoup moins d’amis qu’à Paris. Mais, j’ai décidé d’y venir régulièrement. J’en ai besoin pour me ressourcer. Et, j’apprécie encore plus la chance de vivre ici quand je retrouve le calme, l’océan, la nature.”

“J’adore aller chiner dans la région. C’est une vraie passion. C’est comme si j’allais au cinéma ou lisais un livre. Je ne pense à rien d’autre. Cela me vide la tête. J’aime fouiller dans les cageots. Quand je trouve un beau verre au milieu d’assiettes pourries, j’ai l’impression de découvrir un trésor. Et, ces objets chinés me permettent d’avoir une boutique toujours en mouvement. Je n’aurais pas pû être dans le statique. D’ailleurs, je ne me sens qu’au milieu de mon changement de vie. Je suis toujours “en évolution”

Virginie vient d’ailleurs d’acquérir son premier gros joujou de quinqua : un beau scooter rouge.

“Quelle liberté et un vrai coup de jeune !”

.

 

8
Share

Plus de 45 ans et changer de vie professionnelle !

Marie, 49 ans

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

Marie vient d’ouvrir à Genève un concept store proposant des marques de mode, de déco qui partagent des valeurs éthiques et solidaires : Supplément d’âme (11 rue de la Terrassière)

” Ce que je choisis de vendre est d’abord beau. Mais, a aussi une “histoire” à raconter. D’où le nom : supplément d’âme.”

Un vrai virage pro ! Rien ne prédisposait Marie à ouvrir son propre commerce. Jeune femme ambitieuse, elle décide il y a près de 30 ans de faire carrière dans le secteur bancaire. Elle y exerce de nombreux métiers. Elle lèvera juste le pied à la naissance de son fils (20 ans aujourd’hui) en bossant à mi-temps.

“Mais 4 ans plus tard, j’ai divorcé. Il fallait donc que je sois à nouveau indépendante financièrement. Déjà à ce moment-là, je ne voulais pas vraiment retourner dans le secteur bancaire. Je sentais déjà que j’avais envie “d’autre chose”. Mais, bon, c’était plus facile alors de trouver un job dans mon domaine de compétence. Et, finalement, j’ai bien fait d’y retourner. Car j’ai rencontré alors des personnes qui faisaient de la finance durable. Je me suis sentie en phase avec ce type de valeurs. Une petite graine a commencé à germer… “

Marie, alors qu’elle est toujours en poste, suit un module de formation sur la finance durable à l’université. Elle cherche à se diriger vers ce secteur. “ Il s’agit encore d’une niche, c’est un milieu très difficile à pénétrer.”

Je commence alors à penser à un plan B avec une envie grandissante de travailler à MA manière. Un jour, dans un grand magasin, j’ai un coup de foudre pour de superbes robes indiennes, super colorées, hyper gaies de la marque Dandy& Brooks. Des créations artisanales mais au goût occidental. Juste sublime! Je discute avec la créatrice. Une femme très engagée pour le commerce équitable, écolo qui fait très attention aux colorants utilisés par exemple.”

Ça fait tilt. Marie se dit que ce type d’offre : de la qualité, de l’artisanat… manque à Genève. Elle sent qu’elle tient un truc en cohérence avec ses propres valeurs. Passe des heures et des heures sur Internet à la recherche d’autres marques qui partagent cette même philosophie. Comme Muskhane, Naram (Je vous ai d’ailleurs présenté Muriel, la créatrice des merveilleuses étoles en cachemire Naram dans ce post. ). Avec la vraie conviction que “la slow fashion” est LE marché d’avenir.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

“C’est amusant est de constater comment les choses finissent par s’enchaîner naturellement quand on est sûre de son but. Tu as le sentiment q’une une autoroute s’ouvre.

“Il fallait trouver le bon lieu. Une boutique bien placée, c’était fondamental pour la réussite de mon projet. Alors que je me promène dans le quartier des eaux vives, un quartier à la fois populaire et bobo, je commence à aller voir les commerçants pour parler avec eux, savoir comment cela se passait pour eux. Un d’eux m’apprend qu’il y a une arcade à remettre (reverso franco/suise: un pas de porte à louer ).”

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

“Le loyer est très correct mais son attribution est sur concours à la mairie de Genève. Je dépose mon dossier: un vrai business plan avec la première marque qui a accepté de me suivre, Muskhane. Et, là, crac boum : le ok de la mairie de Genève”.

Marie file alors sa démission dans la foulée. Elle profite d’un fonds de pension qu’il est possible de débloquer en Suisse quand on se met à son compte étant rassurée sur l’avenir de son fils (ayant économisé suffisamment pour lui financer ses études.)

 

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

“Je viens d’ouvrir, c’est le bonheur absolu. Cela a a hyper bien démarré. Et, pour moi, grande shoppeuse, quel rêve de travailler dans la mode, la déco !”

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

24
Share

Après 45 ans, elles changent de vie professionnelle.

SANDRA, 51 ans. 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

 

À 24 ans, Sandra co-fonde avec son mari et son frère, 2 joueurs de rugby, Eden Park, une marque de mode d’inspiration sportive.

Pendant presque 30 ans, j’y ai appris plus de 20 métiers : des achats à la vente jusqu’à la création!

Il y a 2 ans, probablement l’approche de la cinquantaine, je traverse une importante “crise de doute”. Je veux donner un nouvel élan à ma vie. Mes enfants sont grands. Je ressens vraiment le besoin de changer de métier, d’environnement, de créer ma propre aventure. 

J’éprouve la nécessité de trouver “mon essentiel”. J’ai alors conscience qu’il faut que je me tourne vers mon ADN : le sport et l’humain. En m’appuyant sur tout ce que j’ai appris en entreprise. “

Sandra est née des baskets aux pieds. Élevée dans la culture du sport et du travail, elle est une sportive plus qu’accomplie. Elle court, elle nage, elle pédale, elle grimpe, elle skie, elle régate, elle saute en parachute, elle fait du pilates et du yoga, du triathlon, du semi-marathon.. (J’ai des courbatures rien que d’énumérer toutes ses activités). Très souvent, elle met d’ailleurs son physique et son mental au service de causes  (la lutte contre le cancer du sein par exemple).

 

 

Blog femmes 50 ans- quinqua

 

Tout naturellement donc, au départ, j’ai voulu monter une structure qui offrait aux entreprises des activités qui tournaient autour du sport et de la santé.

Mais, je dois avouer que j’étais plutôt perdue. Moi, qui n’avais jamais même fait un CV ou un profil LinkedIn.

En fait, ce qu’il faut quand on est en vraie recherche, de soi, de sa future activité, est de rester ouverte à tout. À partir d’une idée, les choses évoluent au gré des rencontres. Elles se construisent “de fil en aiguille” avec la volonté d’avancer. Pendant plusieurs mois, je me suis focalisée sur ces deux piliers (le sport et l’humain) sans savoir vraiment où cela allait me mener. Je m’obligeais chaque jour à rencontrer des personnes qui pouvaient m’y conduire. Avec la conviction farouche que j’allais y arriver. Je travaillais finalement autant sur un projet de vie perso que pro. Je faisais du sport tous les matins. Le reste du temps, je peaufinais mon projet. Je disais oui à tout, à tous les contacts que l’on me proposait, j’ai participé à moults ateliers, j’ai arpenté tous les salons autour du sport, du bien-être, du développement personnel… 

Aujourd’hui, j’ai décidé de mettre à disposition mes compétences entrepreneuriales pour aider à l’optimisation de  plusieurs business. Par exemple : 

  • Entourée d’experts de la santé et de sportifs de haut niveau, avec Sportonus, qui intervient en entreprise,via la formation, sur tous les sujets autour de la santé et du bien-être des salariés (sommeil et récupération, nutrition, gestion du stress et des émotions…) 
  • Je participe au déploiement d’un nouvel outil de développement personnel : le Shynleï. Son but est de faire émerger son futur par ses rêves sur tous les domaines perso ou pro. J’ai fait l’exercice pour moi au départ.  J’ai eu un vrai coup de foudre pour cette méthode simple, ludique et très rapide au niveau des résultats. Elle a contribué à me redonner confiance en moi, et finalement à “me mettre en mouvement”. 

Repartir d’une page blanche est un vrai challenge. C’est à la fois dur et revigorant. Je ne gagne pas encore suffisamment  ma vie. Mais la “machine” est lancée. J’y travaille 7 jours sur 7. Mais quelle liberté ! Quelle joie ! Qu’il est bon de se sentir en phase avec soi-même. Même s’il faut être solide et tenir. À la maison, tout le monde est derrière moi. Ce soutien est fondamental. Les clés de ce virage en passe de réussir :  Regarder devant, croire en ses rêves, vraiment se faire confiance, ne rien lâcher. Et sourire ! 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

4
Share

Une mannequin senior et fière de l’être.

Sylviane alias Londonœil, 58 ans.

Sylviane est une jolie rencontre Instagram. J’espère qu’elle se concrétisera un jour… Lors d’un de ses passages à Paris. Car aujourd’hui, elle vit à Londres et c’est là que sa vie a pris un nouveau tournant inattendu…

Sylviane trouve sa voie en décrochant sa maîtrise de lettres à Paris X : littérature et cinéma. Elle sera alors prof de français (quand elle accompagne son chéri en Haïti), ouvreuse dans un ciné. Elle commence à écrire sur le cinéma (7 à Paris, Télérama). Puis, elle intègre les rédactions de Femmes, Nova mag. Elle rédige, s’occupe d’iconographie et de mise en page.

Chemin faisant, elle publie des livres pour enfants. D’autres pour adultes liés au monde de la mode.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua Sylvianne Degunst

 

 

Sylviane est finalement éditrice aux Éditions du Huitième jour pendant 10 ans :

“Nous y avons concocté dans l’excitation, les fous rires et parfois les coups de gueule des bouquins d’art, d’architecture et des hors-séries sur la mode ou la politique.” 

La boîte fait faillite. Son amoureux (toujours le même) est appelé à bosser à Londres. Ils s’installent, il y a 5 ans, dans la capitale britannique dans un quartier “mi Ken Loach/mi Paul Smith, où il n’y a pas de Français. Nous voulions vraiment être plongés dans le british”. 

Deux ans plus tard, alors qu’elle se balade en mangeant un muffin sur Upper street, 2 hommes armés d’appareils photos lui demandent si elle veut participer à un casting sauvage.

“Ce sont mes cheveux blancs qu’ils ont dû remarquer. Ils se voient de loin. J’ai l’habitude, j’ai les cheveux blancs depuis que j’ai 17 ans. Amusée, je leur ai donné mon n° de téléphone en me disant que puisque ici, je ne pouvais pas utiliser mon cerveau ( je parlais anglais comme un mauvais élève de 5ème), j’allais utiliser mon corps.

J’ai été prise par leur agence. Ugly models. Nom qui m’a totalement décomplexée. Cette agence met à l’honneur les physiques hors normes. Nous étions 4/5  femmes aux cheveux blancs. J’ai vraiment commencé pour m’amuser. “

Mais, Sylviane enchaîne les contrats. Elle fait régulièrement la double page mode de The Guardian.

 

Sylvianne Degunst - blog femmes 50 ans - quinqua

 

Des couv d’autres magazines :

 

mannequin - blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

Et n’hésite pas à poser nue.  

“Sharon Stone venait de le faire pour Harper Bazaar. Avec l’équipe du Daily mail.On s’est dit que nous aussi, on pouvait le faire.:)”

 

Daily Mail

 

“Aujourd’hui, j’ai changé d’agence. Je travaille avec Mrs Robinson. Où il n’y a que des belles femmes ! Avec 10 vieilles comme moi ! Du coup, j’ai plus le trac, je me sens moins légitime”.

 

Sylviane Degust - mannequin senior - blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

Lorna Milburn
Lorna Milburn

 

“Ce nouveau métier m’apporte tant. Les rencontres, en premier lieu. Les lieux extraordinaires dans lesquels je n’aurais jamais été de moi-même. Et, puis, j’adore les fringues. J’aime cette idée de me costumer. “

 

 

Photographe Kristin Perers qui a également peint le mur et le tissu que Sylvianne porte.
Photographe Kristin Perers qui a également peint le mur et le tissu que Sylviane porte.

 

 

“J’ai participé, il y a quelques temps à un défilé. Nous étions en robe Dior (quel bonheur !) pour “jouer” les parisiennes des années 50. Il y avait, parmi nous, une femme de 80 ans qui me disait qu’elle n’arrêtait pas de “travailler depuis qu’elle était à la retraite. J’ai encore de la marge, alors. Mais, cela n’arriverait jamais en France.”

 

Évidemment, je vous invite à aller sur l’Instagram de Sylviane (@londonœil). Je suis absolument fan de son style, de son petit grain de folie.

 

Londonœil - mannequin senior - blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

Ou suivre ces aventures sur Tumblr : The glass factory. 

 

4
Share

Quand le besoin d’être une artiste…

Sophie Simonet, 56 ans.

“Un matin, je devais avoir un peu plus de 50 ans, lors d’un week-end en Normandie, je me suis levée, suis sortie dehors. Il faisait beau, je sentais l’herbe légèrement tiédie par le soleil sous mes pieds… Et, je me suis dit que j’avais le droit d’en profiter! Que je devais arrêter de courir après le temps. Je décide alors de vendre une de mes deux sociétés.”

Car depuis sa maîtrise de chimie, et son premier job à la communication d’une boîte immobilière, Sophie bosse comme une dingue. Elle change plusieurs fois de boîte, occupe des directions commerciales, monte des projets de plus en plus importants de développement de centres commerciaux. Dans le milieu de l’immobilier assez macho, elle se bat deux fois plus. Et, ras-le-bol de l’idée : t’es une femme, occupe-toi de la comm. Elle veut entreprendre, monter des projets de A à Z. À 30 ans, elle décide de voler de ses propres ailes et monte avec un ami sa (première) propre structure.

“Au bout de 10 ans, on est racheté par une grosse boîte. Un an après, je donne ma démission. Pas envie de rentrer dans le moule d’une grosse entreprise Je remonte un boîte de conseil. Au bout de 5 ans, j’en monte une deuxième pour pouvoir à nouveau monter des projets. C’est cela que j’aime le plus. Le marché étant devenu plus difficile, je me consacre à de plus petits chantiers, des centres commerciaux de proximité en centre ville.”

Mais, à 50 ans, elle commence à ressentir qu’elle passe à côté de sa vie. Elle bosse 24/24. Un jour, pour faire plaisir à sa fille qui lui reproche de ne pas passer assez de temps ensemble ( oui, en plus Sophie est mère de famille nombreuse!), elle l’accompagne, avec des pieds de plombs, un samedi matin à un cours de peinture.

” Le prof me file le matos et me dis “faite un nuage”.

???

Je n’avais jamais dessiné de ma vie.

Et, là, tout à coup, mon cerveau s’est vidé. Je ne pense plus à rien… Cette paix intérieure qui m’envahit est incroyable.  J’y prends un plaisir fou. Je n’ai qu’une hâte : être au samedi suivant. Puis, rapidement, je m’inscris à un deuxième cours dans la semaine.”

 

blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

” Je commence sérieusement à songer à vendre ma première société. Et, c’est amusant, je ne sais pas si vous avez déjà remarqué: quand on se fixe un objectif, quand on y travaille, on rencontre les bonnes personnes qui vont vous aider à l’atteindre. Bref, je rencontre La personne qui me rachète ma boîte. J’allège donc mon temps de 50 %. Je double mes cours de peinture. Mais, je n’en peux plus. Je suis persuadée que quand je n’aurais plus rien à faire, je me poserais les bonnes questions”.

3 ans plus tard, elle vend sa deuxième société pour ne se consacrer qu’à la peinture.

“Là, je me suis dit que je n’allais pas passer 10 ans à apprendre. Je multiplie alors les cours, les stages. Mon expérience pro m’aide à apprendre plus vite. De toute façon, on passe sa vie à apprendre. Mais, je crois que mon âge m’a aidé à aller plus vite.”

Et, une fois de plus, la bonne rencontre au bon moment. Une femme qui organise une expo sur la danse et qui propose à Sophie d’y participer.

” J’avais 6 mois pour faire 10 tableaux. Mon côté chef d’entreprise a voulu relever le défi. J’ai dit oui! De toute façon, le plus souvent, je m’empêche de dire non. Je dis oui. Je réfléchis après. “

 

blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

Aujourd’hui, Sophie organise sa propre exposition (avec Delphine Garnier). Une expo de14 artistes féminines qui partagent leur regard sur la liberté de la femme.

 

Sophie Simonet - blog femmes 50 ans - blog quinqua -cinquantaine

 

L’exposition  “En liberté” se tient du 10 au 19 mars à la Galerie Etienne de Causans, 25 rue de Seine, 75006 Paris. La page de l’événement, c’est ici.  

 

Sophie Simonet - blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

“Aujourd’hui, j’ai un vrai temps pour moi. Pour mes enfants. Je n’ai plus de charges qui m’obligent à aller chercher du chiffre. J’espérais réussir dans les affaires pour être fière de moi. Mais, cela ne m’a jamais réellement apporté quelque fierté. Je prends un réel plaisir à faire mes tableaux. Même s’il y a encore du boulot pour être dans un réel lâcher prise. Cela prend du temps de mûrir ce que tu veux vraiment exprimer. Mais, c’est cela qui me plaît. D’être dans ce chemin de la découverte. J’ai eu énormément de doutes au moment de vendre mes sociétés. De vraies angoisses financières. Je gagnais très bien ma vie. Mais, si je voulais être cohérente dans ma démarche, je devais pouvoir vivre de mon art. C’est un marché quasi-impénétrable, très élitiste. Mais, je suis sûre que je trouverais des chemins de traverse. Et, si j’ai eu très peur avant, une fois la décision prise, cette peur s’est envolée. Je n’ai depuis, pas regretté ma décision une heure, une seconde.”

Je précise que Sophie s’investit également dans une association présidée par le peintre Gérard Garouste : La source, qui, au travers de rencontres avec des artistes, aide plus de 8 000 enfants en grande difficulté.

Le site de Sophie.

Sa page Facebook. 

 

sophie simonet - blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

“Peins, l’art sauve.”

Tom Derhy.

 

 

 

 

1
Share

Changer de vie !

 

Sandrine a 42 ans et une énergie à déplacer des montagnes ! C’est à l’aube de ses 40 ans qu’elle décide d’amorcer un virage pro drastique!

Venant de la filière “expert comptable”, elle occupe depuis ses 23 ans des jobs dans la finance, l’audit et le contrôle de gestion au sein de grands groupes internationaux.

“J’étais passionnée par mon job. Et, portée par une forte ambition. Dans la dernière boîte dans laquelle je bossais depuis 7 ans, je voulais le poste de responsable du contrôle de gestion et de l’audit interne. J’ai bossé comme une dingue pour l’obtenir. Chose faite à 39 ans, je manage une grosse équipe, je suis sur des rails. Mais tout à coup, j’ai réalisé que malgré tous mes efforts, l’abnégation qui m’avait amenée jusque là : ce n’était pas ce que je voulais ! Je passais plus de temps avec mon chef qu’avec mon équipe. J’avais le sentiment de ne plus “avoir les mains dans le cambouis”. J’étais de moins en moins sur le terrain. Mon job devenait essentiellement “politique”. J’aspirais vraiment à autre chose”. 

 

JNVP

 

Sandrine étant un personnage entier, elle décide, alors qu’elle est au top, de partir. Sans avoir rien de prévu pour assurer ses arrières.

” Je ne savais pas ce que j’allais faire. Les premières semaines, je n’arrêtais pas de me dire “mais qu’est-ce que tu as fait?” Mais, dans le fond, qu’est-ce que je croyais en moi !

Elle travaille alors sur elle-même (développement personnel, sophrologie…)

” Une évidence me saute aux yeux . Ce que je veux faire? Tout simplement ce dont j’ai envie. Montrer ma propre boîte s’est imposée à moi. J’ai la fibre “entrepreneur” qui me vient de mon père. D’ailleurs, tout au long de mon parcours pro, tous mes chefs me disaient que je devrais me mettre à mon compte. Je me suis tournée vers la cuisine car j’ai toujours aimé cet univers. J’aime cuisiner, j’aime recevoir, j’aime dire aux gens que je les aime en leur préparant des choses. J’aime les restaurants, les grandes tablées…”

Sandrine crée alors un site de vente en ligne d’ustensiles de cuisine : Cuisineshop.frDu matériel pro à prix abordables. Et, là, pour le coup, elle se retrouve vraiment “les mains dans le cambouis”

“J’ai travaillé de 4 heures du mat à minuit 7 jour sur 7. Dans des conditions parfois un peu hard. Au début, je faisais moi-même les colis d’expédition dans mon garage par 4 °. Alors que j’ai plutôt deux mains gauches ! Heureusement pendant des années, j’avais eu un très bon salaire, j’avais donc des économies. Mais, je suis vraiment repartie de zéro. Mais avoir 40 ans a été une vraie force en fait. Je sais qui je suis. Je crois en moi. J’avais au fond de moi la conviction inébranlable que j’allais y arriver!” 

 

cuisine shop - blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

Les choses s’enchaînent bien. Sandrine commence à dégager quelques bénéfices, elle réinvestit tout. Connaissant ses domaines “d’incompétence”, elle n’hésite pas à engager des consultants comme pour sa comm par exemple. Son site en ligne propose aujourd’hui plus de 10 000 articles, elle emploie des salariés. Et, elle vient d’ouvrir il y a quelques mois Le comptoir CuisineShop ( 44-46 rue Pelleport, 75020 Paris)

 

Cuisine shop - blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

J’avais beaucoup de demandes pour “voir ” les produits. Et, cela me permet d’avoir encore plus d’échanges avec mes clients. C’est cela que j’adore. Je suis dans un réseau hyper sympa, les chefs, les amateurs passionnés. Je n’ai vraiment aucun regret. J’ai perdu une aisance financière, mais j’ai gagné tellement plus. 

 

cuisine shop - blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

D’ailleurs, Sandrine est déjà sur un nouveau projet plus centré sur la pâtisserie. À suivre…

La page Facebook de Cuisine Shop, c’est ici !

3
Share

Mature en reconversion: Adeline 45 ans.

Adeline a travaillé plus de 15 ans à la communication d’Apple en mode working-girl.

” Ma carrière était sur des rails. Mais, en 2008, j’ai suivi mon mari en Tunisie. Comme je suis une grande fan d’équitation, j’ai très vite intégré l’équipe d’un centre équestre en tant que monitrice, mais aussi comme conseil en stratégie de développement.

 

blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

 

Pendant sa vie tunisienne, elle multiplie bien sûr les rencontres avec des personnes de toute nationalité. C’est celle avec une allemande et son atelier de céramiques qui à l’origine de son projet actuel.

“J’ai tout de suite eu un coup de cœur pour cette femme, un fille “saine” avec qui je partage les mêmes valeurs. Il y a une éthique dans ce qu’elle fabrique. Sa marque Le Lézard rouge, c’est une société familiale, il y a des “vrais gens” derrière. ”

Avant l’été, son mari est rappelé plus rapidement que prévu en France. C’est le cœur lourd que toute la famille quitte la Tunisie. Adeline, à son retour, doit d’abord  gérer celui de ses deux enfants. Surtout celui de son dernier qui, a 15 ans, se sent plus “tunisien” que français. Elle est aujourd’hui à fond dans son nouveau projet.

” Je me voyais difficilement retrouver, à mon âge, un job comme celui que j’avais avant. Et, je ressens vraiment le besoin de rester en lien avec la Tunisie. J’ai demandé à cette amie allemande si elle voulait que je l’aide à développer sa marque sur la France. Elle m’a dit OK. Mais, je souhaitais aller plus loin. Il y a un très bel artisanat tunisien. Je vous parle pas de ce que l’on trouve sur le marché de “Sidi Bou Saïd”. Mais, d’un vrai savoir-faire,  de vraies créations. Il y a encore des métiers qui n’existent plus en France: des ferronniers, des marbriers… ”

Adeline crée donc, plus qu’une marque, un concept : No brown after 6.

 

blog quinqua - blog femmes 50 ans. cinquantaine

Un nom qui est en fait un code vestimentaire (les hommes ne doivent plus porter de chaussures marrons après 18 heures… en tous les cas en “société”).  “C’est un petit clin d’œil pour évoquer un savoir-vivre… À la cool, mais avec des valeurs…”

Adeline en est au début de ses sélections : céramiques, sacs, étoles…

 

blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

 

Aujourd’hui, un site marchand est en cours de finalisation. Mais n’hésitez-pas à la soutenir sur sa page Facebook. 

” C’est un beau projet, je pense. Et, je vais, du coup, repartir souvent en Tunisie chercher de nouveaux fournisseurs. Ce qui est très important pour moi. J’ai tellement aimé ma vie là-bas et les tunisiens… “.

 

FullSizeRender

 

 

Avis aux franciliens: Adeline participera à une vente privée de Noël que j’organise chez moi le 5 et 6 décembre avec des bijoux, des étoles en cachemire, des produit de beauté, du maquillage… Bref, une vente de dingue… Demandez-moi l’adresse en commentaires ou allez voir la page de l’événement ” toutes vos courses de Noël en moins de deux heures au même endroit” sur Facebook.

 

Ce post a été écrit et programmé avant les événements tragiques qui frappent une fois de plus la Tunisie. Adeline et moi nous associons pour exprimer notre profonde solidarité au peuple tunisien. 

4
Share

CATHERINE, 57 ANS. 

Il y a 4 ans, alors qu’elle souffre d’un hallux valgus (déformation au niveau du gros orteil du pied), Catherine se désespère de ne plus trouver “chaussure à son pied”. ” Il n’y avait que des trucs moches. Même à 80 ans, je n’aurais pas eu envie de les porter. C’était assez déprimant de me dire que je ne pouvais plus m’habiller comme je le souhaitais.”

Sa rencontre avec une esthéticienne d’une vingtaine d’années qui a le même problème qu’elle va lui donner le déclic. “Ce n’est pas qu’un problème de “vieille”! Énormément de femmes sont concernées. L’idée, un peu folle que je pouvais faire quelque chose pour elles, m’a alors traversée l’esprit. Avoir de jolies chaussures est tellement important pour nous. “

Catherine est pourtant une “scientifique”. Une vraie matheuse, ingénieur en informatique. Mais, elle a toujours eu la fibre “commerciale”. ” Je suis fille de commerçant.” Et, a déjà amorcé plusieurs virages dans sa vie. Elle a créé, il y a plusieurs années, une première société de conseil en bricolage pour les femmes. Elle sera ensuite plus de 10 ans négociatrice en immobilier.

“Ma fille Caroline vient, elle, du marketing, on a donc décidé de faire équipe. Ce qui rend l’aventure encore plus belle.”

 

Caroline Macaron - Jeune Vieillis Pas - blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

Caroline part alors en Grande-Bretagne faire un stage de fabrication de chaussures. De son côté, Catherine s’abreuve de vidéos. Avec ses économies, elle achète des matériaux, des formes (pieds en bois)…Et, elles réalisent leur premier prototype avec l’aide d’un copain cordonnier.

“Je me suis mise à marcher avec. Et j’ai dit, c’est génial: c’est bon, on y va! On crée Caroline Macaron!. Me lancer dans une telle aventure à plus de 50 ans? J’ai une vraie chance, je ne vois pas le temps qui passe. Avec un projet si enthousiasmant, l’âge passe au second plan.”

 

Caroline Macaron- Jeune vieillis pas - blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

 

On a bien évidemment énormément re-travaillé notre proto. Il a fallu que l’on trouve nos fournisseurs, que l’on se familiarise avec les cuirs pour être au top de la qualité. Que l’on sélectionne le meilleur atelier de fabrication  (à Cholet).

 

Caroline Macaron - blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

“Ce qui nous a posé le plus de problèmes est la distribution. Une petite marque comme la nôtre est très mal accueillie par les revendeurs. On est pas mal “snobé”. Alors, des petits jeunes de chez nous (Tours) ont conçu notre site:  www.carolinemacaron.com.”

Aujourd’hui, Catherine et Caroline ont développé plusieurs modèles. Financièrement cela reste compliqué, elles ne se payent toujours pas. Mais leur enthousiasme et leur détermination restent intacts.

“Et, puis, l’idée de rendre service aux femmes, d’apporter une vraie valeur ajoutée à leur vie nous plait plus que tout.”

 

 

Caroline Macaron - blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

4
Share