Vieillir dans la glace ou en photo…

Nous avons tous une photo jaunie de notre grand-mère « jeune ».

 

blog femmes 50 ans - quinqua - vieillir- bien-vieillir

 

Et, franchement, on ne reconnait pas la femme chez qui nous avons passé une partie de notre enfance.

Difficile d’imaginer mamie jeune fille! Une grand-mère peut-elle avoir été jeune (et belle)? Impossible de faire coïncider les deux images.

Bon, il est vrai que ma grand-mère faisait partie de cette génération de femmes qui avaient tendance à « lâcher l’affaire » à la ménopause. Prise de kilos, adoption du nylon/Tergal et « mise en plis/reflets bleutés » une fois par semaine chez le coiffeur.

OK, disons alors que c’est normal de ne pas « reconnaître » sa grand-mère.

Mais, moi?

Y’a t’il un jour où je vais me dire devant une photo ou devant la glace : non, ce n’est plus moi ? Rien que de me poser la question me fait flipper.

Et, c’est un sujet qui me turlupine (le mot so « 20ème siècle » du papier). Je l’ai déjà traité dans ce post : il ne m’a pas reconnue! 

 

blog femmes 50 ans - quinqua - bien-vieillir

 

Bien sûr, j’ai changé. J’ai vieilli. Mais cette gamine de 20 ans, je la reconnais. J’y retrouve mon image (enfin, ça dépend des matins).

Qu’est-ce qui transforme un visage? Y’a t-il un moment où mes traits vont vraiment se brouiller.

Qu’est-ce qui nous « défigure »?

Des rides? À priori juste quelques traits qui s’incrustent sur la photo. Des joues qui s’affaissent, un regard qui s’éteint un petit peu? Effectivement, je vois moins d’insolence dans mes yeux d’aujourd’hui également plus cernés.

Des cheveux blancs? Je n’en ai pas vraiment. Mais, j’ai rencontré une femme de 64 ans qui me racontait avoir eu du mal à assumer sa chevelure blanche. « J’ai vécu cela comme un changement d’identité. Toute ma vie, j’avais été « une belle brune ». Je n’étais plus brune ! ». 

J’ai revu également un ancien « petit ami » de quand j’avais 14 ans. Je ne l’avais pas revu depuis 40 ans. Putain, rien que d’écrire cela me semble surréaliste. Je n’ai cessé (d’essayer) de le fixer. Rien (pas un trait, une expression) ne m’a rappelé quelque chose.

Alors, que j’ai toujours des amis de la même époque. Et, je n’ai pas le sentiment qu’ils aient changé tant que cela, eux. (Cela dit, pour préparer ce post, je me suis replongée dans mes albums et j’ai retrouvé certains « dossiers’ sur quelques uns. Que je me suis empressée de leur faire parvenir. Mon intégrité physique a quasi été menacée si je rendais certains clichés publics. Comme quoi le sujet est touchy.)

Finalement, les gens que l’on voit régulièrement ne changent pas à nos yeux. Alors, comme moi, je me vois tous les jours.

Je continue inlassablement à remplir mes albums photos à chaque vacances. Albums que j’espère avoir plaisir à consulter à mes vieux jours…

Tant qu’il n’est pas douloureux de les regarder…

J’ai le souvenir de ma mère, qui a 70 ans, abîmée plus par la maladie que par l’âge, se faisait du bien en décorant sa cuisine (pourquoi sa cuisine?) avec des photos d’elle du temps où elle était mannequin. Mais qui répétait cette phrase que je détestais : « on ne peut pas être et avoir été. »

Moi, je veux avoir été et toujours être.

Sur certaines photos « d’avant », je n’ai que le regret de ne pas en avoir été assez consciente que j’étais « jeune et jolie » à l’époque.

Alors, aujourd’hui,  je vais essayer de mieux aimer mon image, car c’est celle-là que je vais regretter dans 20 ans (inch allah). Et, quand je regarde des photos de moi ado, c’est maintenant, surtout ma fille que je retrouve quasi trait pour trait. Et, cela, c’est bien !

 

À mamie, à maman, à ma fille…

 

blog femmes 50 ans - quinqua - bien-vieillir

 

Bon, je n’aurais jamais cru mettre un clip de Michel Sardou dans un des mes posts (comme quoi, on change…). Mais, ça colle bien (mention spéciale au blouson et au petit foulard autour du cou)

 

 

 

 

 

4
Share

PASSER LA SOIXANTAINE… EN MARCHE SPORTIVE !

J’ai rencontré Denise lors d’un séjour Detox dans le Vercors que j’ai raconté ici. Elle a jeûné pendant 6 jours tout en s’avalant entre 3 et 4 heures de marche sportive par jour… Pas moi !

 

– Votre look?

Sportif, depuis toujours.

J’étais infirmière, j’ai donc toujours privilégié le pratique.

Si je veux être un peu « habillée », je mets une jupe. Mais, je ne supporte pas les talons.

J’aime bien Max Mara, Gant.. Je vais aussi parfois chez H&M, même si je préfère quand même acheter moins mais de qualité. Car lorsque j’aime un vêtement, je souhaite le garder longtemps. Et, je ne suis pas vraiment dans la consommation en fait.

– Votre routine pro-âge?

Je colore mes cheveux. Je ne suis pas du tout prête à assumer mes cheveux blancs. J’en ai eu très tôt en fait, vers 50 ans.

Je fais très attention à la nourriture. Je mange bio. J’ai éliminé tout ce qui est toxique : le café, le thé, l’alcool…Je privilégie également les aliments qui apportent à la peau les « bonnes huiles ». Je pense que le plus important est ce que l’on donne à son corps pour fonctionner, de l’intérieur ! Côté extérieur, j’aime bien la gamme de crèmes Vichy qui m’apporte un bon confort au niveau de la peau.

J’adore le soleil, et j’ai conscience de ne pas faire assez attention.

– Finalement, ce qui vous gène le plus dans votre âge?

La retraite !

Ce n’est pas très agréable. Je travaillais dans une équipe où nous avions tous des âges différents. Ce qui créait une émulation très sympathique. En partant, j’ai eu le sentiment de les abandonner.

Mais heureusement, ce qui me permet de ne pas trop mal le vivre est mon réseau de copines ! On se voit pour un oui ou pour un non, on organise des fêtes. Ce qui n’est pas toujours du goût de mon mari. Parti à la retraite avant moi, il gérait mal sa solitude, du coup il avait beaucoup d’attentes vis-à-vis de moi. Il voulait que l’on se retrouve, que l’on fasse plein de choses ensemble. Ce que l’on fait, mais j’ai aussi besoin de garder ma liberté.

Finalement, mon âge ne me gêne que quand je me regarde dans la glace. Là :  je me dis « Ha oui? Merde! ». Car sinon, dans sa tête, on ne vieillit pas !

Alors, profitons de chaque jour, de chaque chose, en essayant d’éliminer toute source de stress !

5
Share

Illustration Marie Texier.

Ma deuxième quin(qua)zaine de novembre!

 

Un spectacle :

 

Résiste - blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

 

Sur un écran géant, une grand-mère ( France Gall) raconte une histoire à sa petite-fille : celle d’une boîte de nuit au bord de la faillite tenue par un papa qui a élevé seul ses deux filles. Le décor est planté pour « mettre en scène » les chansons de Michel Berger. 

 

 

Résiste - blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

 

 

Résiste - blog quinqua - blog 50 ans - cinquantaine

 

Je ne suis pas très « comédie musicale ». Je dirais même que je suis allée voir ce spectacle avec des pieds de plombs, juste pour faire plaisir à mon père fan absolu du couple Berger/Gall (il veut » Plus haut » à ses funérailles, c’est vous dire! ).

J’ai adoré !  La troupe met une énergie extrêmement communicative dans des chorégraphies plus sympas les unes que les autres. C’est gai, c’est bon enfant, c’est positif, ça file la pêche… Et, j’ai été très étonnée par la « ferveur » du public qui ne cesse de se lever pour chanter sur les plus gros tubes du compositeur.

Résiste est au Palais des Sports de Paris jusqu’au 3 janvier avant de partir en tournée.

 

Une tenue (très inspirée « Isabelle Thomas » et du post que nous avons fait ensemble) :

 

Blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

Jupe H&M, chaussures Kerstin Adolphson, bracelet Mimilamour.

 

Pensée(s): 

« On met longtemps à devenir jeune. »

Picasso.

 

2 cinés :

 

Mon roi - blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

Mon roi de Maïwen raconte une histoire d’amour entre deux personnages qui, en fait, n’étaient pas fait pour être ensemble. Je trouve cette cinéaste vraiment intéressante. Elle a une vraie personnalité. Le film n’est pas parfait (le début est un peu artificiel). Mais, on se laisse emporter. Par l’histoire et par les deux acteurs : Emmanuelle Bercot (que je ne connaissais pas) et Vincent Cassel. Et, puis, je trouve l’affiche trop belle!

 

 

Bond… James… James Bond.

 

James Bond - blog quinqua - cinquantaine

 

 

Rien à dire… C’est du James Bond… Super bien fait, efficace, spectaculaire… Mais, sans surprise. Je pense que c’est mon dernier (je crois que je le dis à chaque fois). Mais, bon, disons que j’ai vu mon premier à 15 ans (période Roger Moore), à raison d’un tous les 5 ans, ça commence à faire beaucoup. À priori, c’est aussi la retraite bondienne pour Daniel Graig. Les rumeurs ont parlé d’Idris Elba pour le remplacer. Si c’est lui, je ferais peut-être un petit effort. Un James black, ça le ferait, non?

En revanche : coup de gueule ! Depuis 2 ans, on nous bassine avec  » la première James Bond Girl quinqua« .

Et, bien, on s’est bien moqué de nous. Monica Bellucci doit apparaître 5 petites minutes, dans un rôle sans aucun intérêt. Et, James finit par se casser avec la plus jeune.

 

J’ai fait un truc de vieille :

Mon ascenseur a été en panne pendant 6 semaines pour réfection (j’habite au 7ème).

Je vais faire quelques courses au Carrefour Express. Je remplis à fond ma grande besace. La caissière me fait remarquer, gentiment, que mon sac est bien plein. Et, me voilà partie dans une loooongue explication  » Et, en plus, je n’ai pas d’ascenseur… pendant 6 semaines… Vous vous rendez compte 6 semaines… Ils exagèrent… Je suis obligée de faire un peu de courses tous les jours…  » La jeune femme est restée suffisamment emphatique pour avoir l’air passionné alors qu’il y avait du monde derrière.

J’ai été punie: dans ma boîte mail !

blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

Achat :

 

Balsamik - blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

Pull (39,99€) et marinière (34,99€) Collection capsule Isabelle Thomas X Balsamik. 

 

Deux In Matures stylées croisées dans la rue :

 

blog quinqua - blog femmes 50 ans - cinquantaine

 

Et, les In Matures illustrées de Marie Texier.

 

 

Marie Texier - blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

 

Et, des hommes, des vrais !

 

IMG_7091

 

J’ai été à la dédicace d’Eric Blanc de Gueules de Rugby : 370 portraits détonnants. Un beau cadeau pour les fans de ballon ovale.

Allez, je vous laisse avec Jain, une jeune auteure, compositrice, interprète française. Elle vient de sortir son premier album Zanaca, plein d’influences musicales de tous horizons.

 

 

1
Share

Un petit peu de philosoph…Age.

On dit que vieillir, c’est le rétrécissement des possibles. Mais, qu’il nous reste le choix du comment!

Ben, justement, c’est bien ça mon problème, je ne sais pas comment. À plus de 50 ans, j’ai l’impression de ne pas avoir de repères.

Je suis plutôt de la génération   » sex, drugs & rock&roll.  » Je ne vous parle pas de mes habitudes de consommation, mais d’une « philosophie » dans laquelle j’ai construit mon adolescence.

Alors, qu’aujourd’hui :

–  Je ne me fais plus contrôler mon ticket de transport dans le métro. Et, encore moins serrer de trop près.

– Je pourrais rentrer chez H&M avec une valise vide, le vigile ne me calcule même pas.

– Les vieilles dames ne me regardent plus jamais méchamment.

– Je ne double plus jamais dans les queues.

– On me fait de plus en plus souvent des appels de phare car je roule trop lentement sur la file de gauche.

– Mon boucher ne cesse de m’appeler « mademoiselle » persuadé que cela me fait hyper plaisir.

La prochaine étape, quelqu’un va se lever pour me laisser sa place dans le bus…

 

Mon perf Schott acheté aux puces de Clignancourt en 1978.

 

Mon perf acheté aux puces de Clignancourt en 1978, plus re-porté depuis???

Comment devient-on vieux alors que, quand on était jeune, on pouvait faire l’amour sans se protéger, on se faisait bronzer à la graisse à traire, on chantait No future, on ne savait pas qu’il fallait manger 5 fruits et légumes par jour et tout le monde buvait et fumait chez Sautet ou Michel Polac ?

Une ambiance « no future » qui prend aujourd’hui un tout autre sens. À un âge, où je n’ose même plus aller chez un médecin de peur de me choper un traitement à vie.

Je suis bien consciente qu’il va falloir « ménager » la monture »

J’ai faim d’aliments sains et soif de boissons detox, mais incapable de résister à toutes forces de junk food .

blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine.

J’en suis à ma douzième tentative d’hypnose pour arrêter de fumer. Mais, putain, une bonne clope, avec un verre de blanc !  (#jesuisterrasse)

Comment vieillir ? En vielle dame indigne ou en ancienne respirant la sérénité ?

photos Growing Bolder Je suis allée voir un vieux copain Stéphane Dieutre, coach et directeur de l’Institut Aristote qui organise des stages et des ateliers autour de la notion de réinventer sa vie autant sur le plan pro que perso.

Pour lui expliquer ce que je ressentais, lui parler de cette dualité en moi :

Entre celle qui cherche un sens à sa vie et celle qui a besoin de se lâcher.

Entre la personne qui aimerait tellement méditer en pleine conscience mais qui finit par allumer la télé pour mater Les reines du shopping.

Entre la femme qui part en cure detox teintée de yoga (voir post Detox et Rando)  et celle qui sort en sueur mais heureuse du moindre concert de rock/reggae… (#générationbataclan)

Entre celle qui aimerait que la sagesse se lise dans son regard doux et plein de compassion sur le monde et celle qui dit merde, putain, fais chier toutes les 2 phrases (et qui a envie d’étriper son boucher).

 

Blog femmes 50 ans - blog quinqua - cinquantaine

 

 

Bref, qu’est-ce que je fais? Je pète les plombs ou je me mets à la broderie anglaise?

« Le choix n’est pas en ces termes », m’explique Stéphane pour qui le choix des possibles ne se rétrécit pas, il se précise. « Tu es à un moment de croissance personnelle. Où tu dois composer entre une aspiration à une certaine sagesse qui fait partie de toi et une aspiration à te lâcher. C’est la conjonction des contraires. Un tissage subtil à faire entre une personne réfléchie et profonde et un être bouillonnant, hédoniste, épicurien, gourmand. Tu dois trouver un mix tout à fait unique, qui est toi, de tes talents en conscience de tes ombres. Et, te demander ce que tu as à apporter au monde. »

Ce que j’ai d’unique???

J’en sais rien…Des rides, des bras qui commencent à devenir flasques, un sentiment de perdre des tours et de passer de plus en plus de temps dans une journée à chercher quelque chose (clefs, portable, lunettes… )?

À apporter au monde???

Mais je m’en fous là ! En ce moment, ce que je veux, c’est pécho! Je déconne… Enfin, pas complètement.

« Cette tension  entre ton coté « rock&roll » et ta soif de sens est en fait très positive. Tu as à l’intérieur de toi, toujours une ado avec toute sa juvénilité et une femme avec toute son intensité. Tu te sens plusieurs personnes mais tu peux être toutes ces personnes. C’est cela ta richesse, c’est cela qu’il faut partager, apporter au monde. »

Stéphane finit par me parler d’IKIGAÏ que l’on pourrait traduire par « joie de vivre et raison d’être »

« Touver son Ikigaï est bien plus interressant qu’un simple combat contre l’âge. Ce que tu aimes faire, ce qui te donne envie de te lever le matin, ce qui te met en énergie. Si tu arrives à répondre à ces questions, tu as ta boussole!

Bon, ben je vais réfléchir à tout cela. En attendant, je vais me diriger avec mes 4 coins cardinaux :

Le recul de mes 50 ans

L’accomplissement de mes 40 ans l

L’énergie de mes 30 ans

L’insouciance de mes 20 ans.

 

…..

Fin d’un dîner chez les Marchand:

« – Non, non pas de café ! Je ne vais pas fermer l’œil, une tisane plutôt… Quelqu’un a de quoi faire un pétard? « 

 

La tasse en photo d’ouverture est en vente sur Etsy ici 

Allez, je vous laisse avec Bob Marley, celui dont je n’arrive toujours pas à évoquer la mort sans avoir la gorge nouée.

1
Share

 

15 jours après mon retour de vacances : gros coup de mou ! Idées embrouillées (où vais-je, que fais-je???), je me sens « lourde » (hyper bien tenu mes mauvaises résolutions de l’été niveau bouffe). Faut que je fasse quelque chose pour me faire vraiment du bien, pour repartir comme en 14 (l’expression « vieille peau » du papier…). Des amis m’avaient parlé de La Pensée Sauvage, un « centre de detox bien-être » dans le Vercors, dont ils étaient revenus amincis et en pleine forme. Je ne réfléchis pas trop, je m’inscris. 5 jours plus tard, je suis dans le train.

Jour J

Depart  pour Valence pour rejoindre le centre en milieu d’après-midi. Censée être en descente alimentaire depuis quelques jours (diminuer et éliminer au fur et à mesure les excitants, les sucres, les protéines.), je me goinfre de bonbons et de Coca. Mon côté rebelle? Non! Une vraie toxico (accro au sucre) qui part en cure de désintox.

 

À mon arrivée je découvre un cadre idyllique !

 

detox - la pensée sauvage - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

Et, ma chambre, très spartiate. « Putain, y’a pas de télé ! » Bon, je m’en doutais un peu. Mais, devant le fait accompli, une vague dépressive me submerge!

 

detox - la pensée sauvage - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

 

Ma très sympathique naturopathe « référante » ( ici, ils sont tous beaux, enjoués et respirent la santé!) me fait un  bilan et un programme personnalisés. Et, m’expose l’organisation de la semaine. Réveil : 7H!!!! 7H30 : yoga et méditation. 8H45 : petit dej. 9H30: départ en randonnée. 13H30: déjeuner. 15H15: séance d’étirement. Puis détente: choix entre sauna, hammam, ateliers cuisine ou méditation ou soins. 19H : dîner. 19H30: bouillon avec les jeûneurs. 20H30 : soirées « conférence » sur la detox, l’alimentation…

Le premier soir, on se retrouve donc tous autour d’une « eau de légumes » (beurk). On se présente. Nous sommes 15. Certains sont des habitués. Un groupe plutôt sympa, à peu près dans la même tranche d’âge. Les motivations sont diverses (maigrir, se « purifier », recharger les batteries… ).10 ont choisi de jeûner complètement.

J1. 

Je découvre « 3 instruments de torture » à ce stade de mon récit.

detox - la pensée sauvage- blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

À 7 H. du mat résonne le bol tibétain dans les couloirs. Les vibrations de « cet instrument » utilisé dans les cérémonies bouddhistes me glacent le sang. La vache, c’est une secteQu’est-ce que je fais là? Au saut du lit : bain de bouche de 10 m (une éternité, c’est dégueu ! ) avec de l’huile de sésame: le gandush ( pratique indienne qui permet de désintoxiquer l’ensemble du corps par l’intermédiaire des muqueuses). Puis, tout le monde dehors: nettoyage de nez avec le lota, cet espèce de petit arrosoir. On se penche en avant en levant la tête d’un côté (puis de l’autre) pour faire faire passer l’eau d’une narine à l’autre. Je m’en mets partout. J’ai  avalé la quasi totalité d’eau salée. J’ai le nez qui coule… En groupe, ça resserre tout de suite les liens! Mais, qu’est-ce que je fais là???

Mon vrai défi perso arrive: le départ en randonnée. Je suis plutôt une petite marcheuse… parisienne (terrain plat).

 

detox - la pensée sauvage - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

C’est presque ce dont je suis le plus fière, j’ai réussi à marcher (sans râler) plus de deux heures chaque matin. Les paysages sont magnifiques. L’ambiance est très joyeuse.

J2

Franchement, la bouffe est top. Nos repas « detox végétale », constitués de fruits et  de légumes bios de saison, sont hyper bien préparés et très joliment présentés. Même si l’apport calorique est calculé pour ne pas dépasser les 800/1 000 calories par jour, je n’ai que peu ressenti la sensation de faim. Et, le plus étonnant : je me passe du Coca beaucoup plus facilement que je ne l’appréhendais (j’en bois 6 à 8 canettes/jour).

 

detox - la pensée sauvage - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

 

L’après-midi, je vais dans la yourte pour une réflexologie plantaire. L’extase !

 

detox - la pensée sauvage - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

 

 

J3

Je ressens réellement de la détente. Le yoga et les étirements me font vraiment du bien. J’arrive à peu près à trop « mouliner du cerveau « pendant la méditation.

 

detox - La pensée sauvage - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

J’ai dû faire 2 instas depuis le départ, très peu consulté mes mails et appelé personne (à part mes enfants). Je joue aussi le jeu de la detox digitale.

J4

Totalement habituée au bol tibétain (même plus peur). Et une pro du lota, ça passe d’une narine à l’autre les doigts dans le nez (pas pu m’en empêcher !).

Deux jeûners se sentent assez mal. Ils sont blêmes, continuent à marcher comme des automates. Ils finissent par passer en mono-diète de pommes (matin, midi et soir).

Quant à moi : je n’ai plus d’ego.

 

detox - la pensée sauvage - blog  femmes 50 ans - blog quinqua

 

Au top du glam: le cheveu gras (un massage ayurvédique à l’huile dans la journée), une bouillotte sur le ventre (pour aider le foie) et le bain de pied au sels pour vider les toxines via les reins (oui, son méridien part du pied!!!), j’assite à la conférence : « Le ventre, notre deuxième cerveau. »

 

J 5

Mes nouvelles drogues :

 

detox - la pensée sauvage - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

Je pense avoir bu dans les 10 litres d’eau infusée. J’ai fait pal mal d’essais.  Mon best of: le matin: eau chaude avec citron pressé plus bâton de cannelle ou morceaux de gingembre, après-midi : verveine/menthe poivrée. Un peu dur sans sucre. Mais, j’avoue avoir parfois « voler » du miel réservé aux coups de mou éventuels des jeûneurs.

J’assite à l‘atelier cuisine. Top. On nous file plein de  » trucs  » et d’idées. Comme cette sauce au citron délicieuse pour agrémenter une salade, des légumes ou du poisson.

(Dans le blendeur: un citron coupé en 4 (sans les entames), une gousse d’ail et de l’huile de colza)

J6

La dernière matinée, chacun fait avec son naturophate le bilan. On nous donne les conseils pour une reprise alimentaire dans les règles. Et, on nous rappelle le triangle de la santé.

Pour agir sur le corps, nous disposons de 3 leviers interdépendants:

– L’alimentation. « Que ton aliment soit ton premier médicament », Hippocrate.

– L’aspect psychologique. Réfléchir à l’impact du stress dans sa vie et à sa manière de le considérer. 

– L’activité physique. « La vie, c’est le mouvement », Andrew Taylor Still (père de l’ostéopathie).

 

Il fait grand beau, l’immense table est installée dehors et tout un rituel est organisé pour déguster tous ensemble (le premier vrai repas des jeûners) un dej « de gala »

.

detox - la pensée sauvage - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

 

Le bilan est hyper positif. C’est une vraie expérience. Un moment pour soi qui permet prendre du recul. Et, même si le but n’était pas (vraiment) de maigrir, hyper contente de mes moins 2, 5 kilos.

Dans le taxi qui me ramène de la gare à chez moi, le chauffeur avant de me déposer me demande:

« – Vous n’êtes pas parisienne, vous?

Ben si

– Ha. Alors, vous êtes hyper cool pour une parisienne. »

Ce que cela vous fait à l’intérieur.. se voit à l’extérieur!

0
Share

J’ai demandé à mes amies de photographier une photo de leurs 20 ans. Quel regard portent-elles aujourd’hui sur ces jeunes femmes en devenir?  Je me suis bien sûr également prêtée au jeu.

 

FRED :

 

Blog femmes 50 ans - Blog quinqua - Jeune Vieillis Pas

 

« Je me souviens très bien de cette photo. Je porte un pull rouge! Elle a été prise par un photographe pro, car j’avais besoin de papiers administratifs. Je la déteste! Ma mère l’adorait. Mes sourcils sont affreux. Mes cheveux? Juste pas possible. Je ne devais pas encore avoir de plaques à lisser! Je ne me reconnais carrément pas. En revanche, je retrouve certaines expressions de mes fils. Pas de ma fille curieusement.

Je rentrais des États-Unis. J’y étais restée un an comme fille au pair. J’allais partir bosser en Martinique. En fait, je n’avais qu’un obsession : ne plus rester chez mes parents. 

Quand je me regarde, là, je vois une fille qui ne pense qu’à sa gueule. Qu’à s’amuser, sortir, voir ses copains. Pourtant sur cette photo, je fais très sage, limite Sainte-Nitouche! 

Tiens, je porte déjà des créoles. Je n’ai jamais rien porté d’autre. »

 

 SOPHIE :  

 

Jeune Vieillis Pas - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

« J’étais en licence de sciences-sociales et sociologie à Londres. Nous étions partis en summer school en Afrique. Ce voyage fut une vraie révélation. J‘étais fascinée. Par ce sentiment de liberté que je découvrais. Par ce pays. Par la découverte et l’aventure. 

Et, en même temps, j’ai le souvenir de mettre sentie totalement dans mon élément. En tous les cas, bien plus que dans ma vie parisienne en milieu bourgeois. À Paris, j’étais hyper timide. Je me sentais hyper gauche. Là, c’est comme si ma timidité disparaissait. J’étais à l’aise. Avec moi-même, avec les autres. Je me sentais vraiment bien. 

Je pense que mon désir de devenir reporter-photographe vient de là. J’ai toujours eu du mal depuis à me sédentariser. J’adore toujours partir, voyager même dans des conditions un peu roots, dormir chez l’habitant. 
En revanche, si je pouvais récupérer ces espèces de jambes interminables, je suis preneuse! « 

NATHALIE :

 

Jeune Vieillis Pas - Blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

« J’ai vraiment l’impression que c’était hier! Je me sens toujours aussi jeune. On se se voit pas vraiment vieillir en fait. Cela passe si vite. Mais, je regarde cette photo sans aucune nostalgie. Elle me fait du bien même. Je me dis que je ne me suis pas trompée. Que je suis toujours avec l’homme de ma vie. Que je ne regrette rien.

Je me souviens très bien de ce moment. Je venais de m’installer à Paris. J’étais à la fac. Mon futur mari bossait depuis 5 ans. Par son boulot, ils récupéraient des bateaux le week-end. Alors, on partait régulièrement en méditerranée. La belle vie quoi! J’étais un peu comme en apesanteur! Si, je pouvais aujourd’hui donner un conseil à cette jeune femme: profite encore plus, sois encore plus consciente de ta chance ! 

Je pensais à mon avenir…  Non, en fait, je ne sais pas si j’y pensais vraiment. J’avais un tel sentiment d’avoir le temps. »

 

VIRGINIE : 

 

Jeune Vieillis Pas - blog quinqua - blog femmes 50 ans.

 

 » Très sincèrement, je suis d’un naturel plutôt modeste, mais là, je vais un peu me la péter: « waou, la bombasse ». Et, une fois de plus, très sincèrement, je n’en avais pas plus conscience que cela. J’étais d’ailleurs hyper complexée par mes gros seins. J’avais vraiment le sentiment que peu de mecs me regardaient dans les yeux. J’ai d’ailleurs fini par me faire une réduction mammaire. Je voulais vraiment que mon physique passe en second plan. Je me considérais comme une  » cérébrale « . 

C’est la seule fois de ma vie où j’ai eu les cheveux courts. Suite à un accident de coiffeur. Un salon branché de l’époque m’avait fait une coupe genre court en pétard au dessus, et plus long dans la nuque. Un cauchemar ! Mais, bon, je devrais peut-être me les recouper! 

Quand je regarde cette photo, je vois surtout ma fille de 16 ans. Et, la leçon que je peux en tirer est d’être plus bienveillante à mon égard. Dans 20 ans, je me dirais peut-être en voyant une photo de moi aujourd’hui : « jolie femme, quand même ». »

 

AMAYA : 

 

Jeune Vieillis Pas - blog quinqua - blog femmes 50 ans.

 

« C’est ce qui s’appelle un regard étonné sur le monde! Je n’ai plus du tout le même. Et, comme j’ai les joues rondes! On a l’impression que je viens d’être opérée des dents de sagesse. Je les ai totalement perdu à la naissance de mes enfants.

Je me souviens que j’étais très positive, très confiante en moi. J’étais sûre qu’il allait m’arriver de belles choses. Je savais au fond de moi que je fonderais une famille. Mais, là, je ressentais un vrai sentiment de liberté. Je faisais une thèse en sociologie à la Sorbonne, je voulais faire des études à rallonge pour profiter de la vie. Voyager, partir m’occuper de dauphins. Je suis d’ailleurs partie avec un copain tout un été visiter la Thaïlande sac à dos 

Ma vraie richesse était mes amies. Nous étions une bande de 6/7 filles hyper soudées. On nous surnommait les « micro-minettes ». Je sais que ce sont elles qui m’ont aidée à grandir. Aujourd’hui, nous sommes éparpillées un peu dans toute la France. Mais, il y a toujours une vraie solidarité entre nous. On se réunit un week-end par an.  » 

 

LAURA : 

 

Jeune Vieillis Pas - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 » Ma fille est née la semaine de mes 20 ans. J’étais en fac. J’étais hyper heureuse d’être maman. J’en avais toujours rêvé. J’ai d’ailleurs eu ma deuxième fille deux ans plus tard. Je reproduisais aussi certainement le schéma familial. Ma mère m’avait eue à 17 ans. Ce sont les autres qui trouvaient cela étrange. Pour moi, c’était tout à fait normal. Cela dit quand je regarde cette photo, c’est fou ce que je fais gamine. Je n’en avais pas du tout conscience à l’époque. J’avais l’impression de faire vraiment « femme ». 
Mon objectif était de bosser dans la communication et donc de finir mes études (bac + 5) tout en m’occupant de mes enfants. J’ai atteint mon but. Le papa était également étudiant. Finalement, nous avions plus de temps libre qu’un couple qui bosse. On enchaînait les petits boulots, mais à tour de rôle. Et, puis, à la vingtaine, on se prend moins la tête, on est fonctionne au système D. Nos parents nous aidaient également. 

C’est amusant, car aujourd’hui, le petit bébé de la photo est maman de deux petits garçons. Et, moi, je suis complètement dingue de mes petits-fils. J’ai été une jeune maman. Du coup, j’ai la chance d’être une jeune grand-mère. « 

 

 

 

2
Share

Les hormones en vrille!

Une humeur très fluctuante (avec parfois dans mon cas, de vraies envies de mordre)

Un mal-être sans raison valable

Un questionnement permanent. qui suis-je (en train de devenir)? où vais-je (maintenant)?..

Des envies de tout remettre en cause. De tout envoyer ch…

Cela vous rappelle quelque chose?

Notre adolescence !

 

Jeune Vieillis Pas - blog femmes 50 ans

 

Hé oui, aujourd’hui, je ne suis plus une enfant une jeune ! Ça commence même à faire un petit moment!

Mon identité est en plein bouleversement. Ma deuxième partie de vie : c’est l’inconnu. Se projeter peut même être assez flippant.

Le  NO FUTURE de nos années punks prend, aujourd’hui, une toute autre dimension. Moi qui est une grande tendance à la proscranisation… Tout remettre au lendemain devient carrément une faute.

Il devient vraiment temps de se trouver.

Alors, je me cherche !

Vestimentairement parlant, j’en ferais d’ailleurs un prochain post. Je continue parfois à me taîner un style un peu ado attardé. Et, j’ai l’angoisse de faire « dadame ».

Comme j’ai lu que cette crise est une aussi une occasion de trouver sa vérité, de mieux se connaître…

Je me cherche

Je teste tout. Je bouquine des livres sur la pleine conscience, je colorie des mandalas, mon ostéo m’initie à la méditation, j’assiste à des conférences de développement personnel, je pratique le « repos actif »… Je délaisse Elle, Gala, Voici (de toute façon, je ne sais plus de qui ils parlent) pour Flow, Happinez, Simple Things…

Jeune Vieillis Pas - blog femmes 50 ans

 

Je rêve de devenir bouddhiste et d’être totalement insensible devant un pavé de bœuf.

Si avec tout cela, je n’arrive pas à ne plus sous-estimer ma richesse intérieure…  Je vais devenir la sexa la plus zen au moins de mon quartier. Ou en tous les cas, la plus allumée.

Je me cherche. Comme les deux teen-agers que j’ai à la maison.

Ipsos a même créé un néologisme : « les quinqu’ados ». Selon leurs  études, 2/3 des quinquas se sentent parfois rebelles (marqueur généralement associé à l’adolescence).

Bon, je n’aime pas ce terme. Il sous-entend que l’on s’accroche à un état qui n’est plus du tout le nôtre. Comme certaines stars qui le prennent au pied de la lettre.

 

John & Mado
John & Mado

Le côté rebelle me parle plus. Une Rock & Roll Agitude! D’ailleurs, la nouvelle rébellion chez « les vieux », comme une certaine jeunesse à une époque, passe par les cheveux. On a grandit en entendant: à 40 ans, faut les couper.  Alors, on les garde longs!

 

Jeune Vieillis Pas - blog femmes 50 ans

 

Les hommes ne sont pas en reste. Quitte à avoir des coupes franchement « Djeuns »!

Jeune Vieillis Pas - blog femmes 50 ans

 

Alors, crise oui. Pas d’adolescence mais de maturescence!  Comme on dit de nos enfants, ils ont enfin acquis une certaine maturité. Volià, je suis mature! Si on en prend la définition au pied de la lettre: « état de ce qui est parvenu à son complet développement ».  Une InMature revendiquée !

La preuve, je peux même reporter un sweat à messages. 

Damart - Jeune Vieillis Pas - blog femmes 50 ans.

 

Collaboration Damart x Isabelle Oziol de Pignol ( ACCRO DE LA MODE).

« La cinquantaine, c’est comme l’adolescence, mais avec une carte bleue.« 

Florence Foresti.

 

 

 

 

4
Share

Un vieux réveil.
Vieille horloge!

 

Après des années dans les rues de Paris et sur les routes de France de machistes pouffiasse, connasse, pétasse…

… Je viens de vivre mon premier: vieille conne!

C’est moche!

Je traversais tranquillou en dehors du passage clouté (pourtant, ça fait jeune de ne pas rester dans les clous, non?). Un vélibiste arrive à contresens (ça fait 10 ans, que je traverse ma rue en ne regardant que vers la droite, que les vélos peuvent rouler en sens interdit, je ne m’y fais pas, mais c’est peut-être ça qui fait vieux: ne pas arriver à changer ses habitudes)… Bref, le mec manque de me rentrer dedans, je râle, il m’insulte ! Ouais, OK, râler, ça ne fait pas jeune.

Vieille branche
Vieille branche

De p’tite  à vieille conne!  L’histoire d’une vie?

Se posent alors quelques questions existentialo-philosophico mais, concrètes quand même:

Quand ai-je basculé ?

À quoi a-t-il reconnu que je n’étais plus jeune?

À quel âge devient-on vieux?

Auquel fait-on vieux?

C’est quoi les signes de reconnaissance?

Des vieux pots!
Vieux pots!

Pour ces pots: c’est clair. Ils sont largement usés par le temps. On peut même dire qu’ils sont moisis voire bons pour la casse.

Mais, moi???

– Quel âge ai-je?

52 ans sur ma carte d’identité.

– Lequel  j’ai l’impression d’avoir?

Ça dépend de ma pêche, de mon humeur. Le curseur peut se placer entre 15 et 100 ans.

– Quel est celui que me donne les autres?

Là aussi, ça dépend des jours et de mon nombre d’heures de sommeil.

Alors, je fais mienne cette citation d’Alphonse (Allais):

« Ne me demandez pas mon âge, il change tous le temps. »

 

Vieille toile!
Vieille toile!

 

Le signes les plus extérieurs de vieillesse sont:

Les rides.

Il roulait quand même trop vite pour vraiment les voir.

La perte de fermeté.

Il ne m’a pas touché, j’ai encore les réflexes assez vifs!

Les cheveux blancs.

Je n’en n’ai pas!

A contrario, n’avais-je pas l’air pleine d’énergie, de dynamisme, signes de  jeunesse?

Une vieille caisse.
Vieille caisse.

Bon, je promenais mon chien. Qui m’aime comme je suis,  je n’étais donc pas sur mon 31.

Mais, voilà! C’est mon chien qui fait mémère!

Pourtant, j’ai fait vachement gaffe. J’ai refusé le Chihuahua à mes enfants pour sauvegarder ma réputation dans mon quartier. Avec un Chihuaha ou un Yorkshire, je prends 10 ans. J’ai un Shiba Inu, un chien japonais. Le même que Deneuve, merde!

Et, NON !Peau d’âne n‘est pas vieille!

 

Un vieux livre.
Vieilles pages

 

En fait, ce jeune connard, voulait me faire encore plus mal. Aggraver son « conne » avec vieille. Mais, bon, relativisons.

Après tout, je me suis déjà fait traiter de sale pute malgré une hygiène irréprochable ou de grosse salope avec un rapport masse maigre/masse grasse est tout à fait honorable…

 

Un vieux couple.
Un vieux couple.

Allez, je vous laisse avec Vanessa Paradis et La chanson des vieux cons.

1
Share

Jeune Vieillis Pas

 

                        LA RENTRÉE DE JEUNE VIEILLIS PAS. 

La rentrée

J’ai le Carrefour’s blues! 

Début septembre, comme chaque année : « Allez les enfants, tous dans l’Audi, on file chez Carrefour « faire » les fournitures scolaires ».

Regards presque embarrassés de mes deux ados (14 et 17 ans).

« T’inquiète, maman, on gère. On ira au Monop. »

« Bon, ben, venez, on va faire les photos d’identité! »

T’inquiète, maman, on gère, on ira au Monop. »

Mes enfants, mes bébés, n’ont plus besoin de moi pour leur rentrée scolaire… Pas même un livre à couvrir. Mon rôle, cette année, consiste à signer le chèque de cantine et leur communiquer leur numéro de MAE (je m’étais occupée du Pass Navigo en juillet).

J’ai la déprime de la boite à lettres/mail.

Courrierg

Une incitation à aller me faire faire une coloscopie (« Dès 50 ans, c’est le moment »), une pub pour remplacer ma baignoire par une douche au siège ergonomique, un seuil très bas et une barre de maintien. Et des tas de propositions de mutuelles Séniors. Finalement, ma seule gaieté : le troisième tiers des impôts. Je suis encore active et contribue à la société. I’m alive et le premier qui touche à ma baignoire, il est mort!

J’ai le syndrôme du « vieux con ».
Un de mes grands  plaisirs de chaque rentrée  (ici, rentrée 2013) est de compulser les « spécial mode » de mes magazines préférés (il y en a de moins en moins…)

iMagazine

ELLE me parle « Rock Fever » avec des looks Lou Reed, Sid Vicious, Brian Jones.. Que des noms que les moins de 20 ne peuvent pas connaitre, mais, que des fringues in-assumables par les plus de 40. L’hiver sera rose Barbie. Mais le Figaro Madame m’assure que le rouge sera la couleur de mon désir. Pour Grazia, je devrais choisir entre me transformer en girly canaillearisto grunge,  happy goth ou punk solaire. Au secours Mode personnel(le) !  Pour la première fois, j’ai le sentiment que la mode n’est plus faite pour moi.  Je pense à mon père, fan d’Aznavour, totalement insensible à la musicalité des Clash, qui entrait dans ma chambre en hurlant « tu peux baisser ta musique de sauvages! ». Voilà, j’ai l’impression d’être face à une mode de sauvage(onne)s!

Mais, je garde ma rock&roll attitude, je suis allée me racheter un bon vieux Lévi’s. Et, là,  j’ai vraiment eu le sentiment  que mon cul rentrait » à la maison »!

Au moins, c’est cool, je suis toute bronzée.

Non. Ce n‘est pas cool.

En fait, je suis « bousillée ».

Tous les féminins sont unanimes: l’été m’a flingué la peau, les cheveux, les ongles, les pieds … Je dois passer l’automne à faire peau neuve.

En attendant, je vais  m’acheter mon Uvedose et me stocker en yaourts enrichis en calcium. Prende RV pour me faire ratatiner/écrabouiller les seins comme chaque année impaire depuis 10ans pour ma mammo. Et, je dois résoudre mon grand dilemme de cette rentrée: frange ou botox contre les rides du front?

Et, puis, je vais aller mettre le boxon dans la chambre des enfants (anormalement bien rangées : bonnes résolutions de chaque rentrée). Rien que pour le plaisir de pouvoir gueuler ce soir:

« Les enfants, rangez  vos chambres. Et, dépèchez-vous, les coquillettes vont refroidir. »

Je vous souhaite à tous et toutes une bonne rentrée. Le blog reprend une « activité normale » le 20 août pour l’été de Jeune Vieillis Pas. 

0
Share

Ben, non, y’a plus d’âge ma bonne dame! 

Même pour continuer une carrière de mannequin.

Chiné sur le net:  15 Older Models Who Are Absolutely Beautiful

Posté en dec. 2013

Daphne Selfe, 84

Daphne Selfe, 84

Dolce & Gabbana

Daphne Selfe est mannequin depuis 62 ans.

China Machado, 83

Cole Haan.

China Machado fut un des mannequins les plus demandés dans les années 50. Elle a été la muse de Richard Avedon pendant plusieurs années. 

Carmen Dell’Orefice, 82

Lucas Jackson / Reuters

Carmen Dell’Orefice est connue pour être une des mannequins les plus âgée encore en « activité ». Elle a fait sa première apparition dans Vogue alors qu’elle avait 15 ans.

Jacquie Tajah Murdock, 82

Jacquie Tajah Murdock, 82

Lanvin

Jacquie Tajah Murdock, Danseuse devenue mannequin.

Gitte Lee, 78

Céline

Gitte Lee est mannequin depuis 1961.

Veruschka von Lehndorff, 74

Gareth Cattermole / Getty Images

Veruschka von Lehndorff est allemande.

Valerie Pain, 72

Debenhams

Valerie Pain, mannequin dans les années 60, a repris le métier à 65 ans.
Lauren Hutton, 70

Elle Magazine

Lauren Hutton  a fait 36 fois la couverture de Vogue US. J’en parle dans un de mes premiers posts  « Vieillir devient tendance » d’avril 2013 
Penelope Tree, 64
Penelope Tree. Mannequin très célèbre à Londres dans les années 60. A 13 ans, elle pose pour Diane Arbus.

Pia Gronning, 64

Pia Gronning, 64

J Crew

Pia Gronning, une actrice dannoise devenue mannequin.

Kim Gordon, 60

Saint Laurent

Iman, 58

Bryan Bedder / Getty Images

Iman, femme de David Bowie.

Yasmina Rossi, 56

Yasmina Rossi, 56

COMPLEXD

Yasmina Rossi est une artiste complète.

Farida Khelfa, 51

Pascal Le Segretain / Getty Images

Je lui ai consacré un  « Vieillir devient tendance » en octobre 2013.

Kristen McMenamy, 47

i-D Magazine

Kristen McMenamy est connue pour son look androgyne.
Les « post Fifty«  envahissent aussi le monde de la beauté et des media.
Senior power titre Madame Figaro! 
Madame Figaro 21/03
Madame Figaro 21/03

Charlotte Rampling devient le visage de la marque de maquillage Nars, Jessica Lange, celui de Marc Jacobs Beauty! Pour le Madame ce sont : « les mamies-boomeuses sexygénaires »!

Sinon, y’a aussi cela comme solution:

Unknown

 

Photo de Peter Granser. 

0
Share