Une belle année pleine de voyages ici ou ailleurs !

2019 : l’ année du neuf:

Je vais faire du sport 3 fois par semaine en étant trop contente d’y aller.

J’arrête le sucre.

Je récupère une taille 38. Et, je ne parle pas de mes pieds.

Pas plus de 30 minutes/jour sur les réseaux sociaux.

Je ne ferais pas les soldes.

Je n’aurais plus envie de gifler mon voisin du dessus
….

 Naaan, je déconne ! 

 

Je vais comme chaque année essayer d’être le plus parfaitement imparfaite. En me donnant beaucoup de mal pour y arriver.

 

Ma maxime de l’année:

 

“Je cherche un ailleurs,

mais pas trop loin d’ici.”

Sempé

 

Et, dans la couleur de l’année : Living Coral.

 

@pantone

 

Un corail aux nuances dorées est la couleur de l’année dixit Pantone. Une teinte rassurante, éclatante, énergisante censée symboliser notre désir d’optimisme selon l’entreprise américaine. Elle favorise et encourage les activités joyeuses. Good news !

 

Voyages! Voyages!  (ça y est? vous avez l’air dans la tête?)

 

Le Japon avec Une affaire de famille. 

 

Une famille plus que dysfonctionelle puisqu’elle n’est même pas une vraie famille d’ailleurs se débrouille comme elle peut pour survivre dans un Japon en récession.

Un film sans pathos malgré un scénario à la Dickens qui nous interroge sur la notion de morale (Palme d’Or de Cannes).

 

 

 

En Inde avec Monsieur.

Après un séjour inoubliable dans le Kerala (voir ma cure ayurvédique ), tout ce qui me ramène en Inde est une joie.

Là, nous sommes à Bombay. Ratna, une jeune veuve (= aucun avenir) a quitté son village natal pour devenir domestique chez Ashwin, un fils de riche famille dont le mariage vient d’être annulé. Il finit par tomber amoureux de cette femme qui prend tant soin de lui….

 

 

On sait depuis le début que le happy end (ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants) est impossible dans cette Inde au sytème de classe sociale archaïque. Mais la fin en est d’autant plus belle. Et si l’amour, c’était aider l’autre à se réaliser…

Un vrai regard de femme sur son pays. J’ai adoré.

 

 

Au Mexique avec Roma. 

 

Une première : Roma n’est pas sorti en salles. On ne peut le voir que sur Netflix. Ce qui n’a pas empêché Alfonso Cuaron (Gravity) de rafler le Lion d’Or à Venise. Le film représentera également le Mexique aux Oscars 2019.

On y suit le quotidien de Cleo, une jeune indigène, domestique dans un quartier bourgeois de Mexico dans les années 70.

C’est filmé en noir et blanc. Roma, c’est amor à l’envers. C’est juste magnifique.

 

 

 

Nouvelle année, nouveau poignet !

 

Pour la première fois depuis la gourmette de ma 1ère communion, un bracelet porte mon prénom !

 

 

 

 

Ces bracelets Félicité Bliss sont fabriqués en perle de rocailles et fils de pêche dans un petit atelier d‘Afrique de l’ouest. Certains portent les noms évocateurs de bonheur, sagesse, énergie… Avec  la collection Liberty, ce sont des femmes fortes et féministes à qui la créatrice veut rendre hommage. Alors Virginie, comme Virginie Despentes. J’ai aussi pris Beyoncé !

 

La magie d’un conte de fées. 

Cendrillon à l’Opéra Bastille.

Ma meilleure idée de l’année 2018 : amener ma fille et mon fils voir ce ballet crée par Rudolf Nouerez le soir de Noël.

Une revisite du conte de Charles Perrault transposé à Hollywood en forme d’hommage au 7ème art. Où quand le ballet classique rencontre Broadway.

 

 

Une véritable féerie (malgré la musique de Prokofiev qui n’est pas trop ma tasse de thé).

Un petit cours de sagesse pour débuter l’année c’est toujours bon à prendre.

J’ai participé à une conférence de Frédéric Lenoir. Ce philosophe, sociologue et écrivain est un homme inspirant. Son cheval de bataille étant  la joie !

Alors quand il nous parle de sagesse, il explique que nous sommes sur terre pour grandir et s’accomplir. Il faudrait toujours chercher à évoluer, à être dans le mouvement. En aimant la vie de manière inconditionnelle.

Nous devrions chercher ce qui nous met en joie.

La sagesse, c’est vivre pleinement. Être dans la joie, c’est augmenter sa puissance de vie

 

Nouvelle année : nouveaux podcasts.

Ceux de mon amie Isabelle Thomas de Mode Personnelle.

Chacun ou chacune se confie au micro d’Isabelle sur une “histoire intime, cocasse ou étonnante qu’il partage avec un vêtement”.

Je lui ai parlé de lui :

 

 

 

 

Ce blouson en daim Agnès B offert par une amie de ma mère quand j’avais 16/17 ans qui n’a pas pris (et ne prendra jamais) une ride. .

Allez écouter :  “Comment cacher son double dans une penderie pendant 40 ans ?”

 

 

Entendu lors de ce réveillon.

 

Si je suis toujours solo le 31 en 2019, j’irais réveillonner à Lourdes !”

 

 

Allez, bonne année. Et un seul mot : enjoy !

5
Share

Jeune Vieillis Pas

L’homme de l’été! 

Il a brillé par son absence, un peu comme le soleil sur une bonne partie de la France.

C’est mon premier vrai été de célibataire depuis… OoOh, je ne sais même plus combien de temps.

Suis-je prête à rencontrer “the good one”? Je ne sais pas. Mais, j’aurais bien aimé “mesurer le champ des possibles”.

Le Club Med me semblait le bon endroit. Que nenni!

J’avais supplié mes ados de ne pas me laisser seule pour les repas. J’étais prête à doubler leur argent de poche pour qu’ils ne m’abandonnent pas complètement. L’idée d’errer seule, en mode loose, mon assiette à la main à la recherche d’une place me gâchait la joie de partir en vacances.

Ils ont été cools!

Heureusement. Car, j’ai le sentiment de m’effacer petit à petit de la carte postale. Même si je m’étais promenée en permanence avec un spot au-dessus de la tête, je crois que je serais passée inaperçue. Je deviens la femme invisible. Sans les avantages (pouvoir entendre ce que l’on dit de moi sur mon passage). Beaucoup de mes amis me disent, qu’aujourd’hui, l’âge aidant, ils ont réussi à se libérer du regard de l’autre. Ben, moi, pas du tout!

Je ne suis pas non plus rentrée bourrée de regrets. Le quinqua mâle à la plage n’est pas forcement au top de la sexitude!

Redhibitoire (liste non exhaustive).

La claquette de plage.

La mèche plus longue rabattu d’un côté vers l’autre pour cacher la calvitie qui se prend un coup de vent.

Le shorty moulant avec le bide qui en déborde.

Le tee-shirt à message humoristique ( ou marques de bières, pneumatiques…).

La chemisette à manches courtes trop largement ouverte.

Quelques exemples ?

OK, c’est cadeau !

Jeune Vieillis Pas

Il faudrait que je devienne totalement bleue pour que le sauveteur des plages daigne me faire du bouche-à-bouche. Et, plus la peine d’espérer que le prof de ski me mine par l’arrière le mouvement de hanches pour sortir de la vague.

De toute façon, je ne sais plus du tout draguer (ça se dit encore d’ailleurs “draguer”?). Perdu le mode d’emploi ! Plus de 20 ans en mode “très mariée”, dans une approche très “potes” avec la gent masculine!

De toute façon même avec un spot sur la tête et un hygiaphone….

Alors, à défaut de mater les (vieux) beaux mecs, je me suis rincée l’œil avec de (vieux) arbres.

Jeune Vieillis pas

La grande question de l’été.

Une ou deux pièces?

Jeune Vieillis Pas

J’ai  toujours, depuis… OoOh, je ne sais même plus combien de temps, porté des “une pièce”. Plus classe, plus pratique pour cacher un excès de sucreries. Mais mes copines, interrogées sur leur maillot (voir Mes amies au soleil) m’ont flingué mon été!

Beaucoup m’ont dit refuser le 1 pièce car il les vieillirait J’ai demandé à mes ados leur avis:

– “Oui, ça fait vieille ton maillot”.

Avoir mis un bras dans un Eres pour faire vioque ! Aucun respect de l’argent ces ados!

Alors, courageusement, j’ai tenté le deux pièces.

Un cauchemar!

La distance serviette/ eau me semblait doublée. Le sentiment d’être nue.

Mais, j’oubliais… personne ne me regarde!

Peut -être que si je me promenais nue avec un spot au dessus de la tête et un hygiaphone…

L’année prochaine, j’espère lancer la mode du bermuda de bain. le haut de mes cuisses commencent vraiment à me déprimer !

Le loisir de l’été.

J’ai beaucoup colorié pendant ces vacances ( y voir une relation avec l’absence de l’homme de l’été???).

J’ai découvert les Mandalas ou les coloriages pour les grands. Le même plaisir qu’à 8 ans, surtout celui de ne pas dépasser…  D’ailleurs, je suis hyper tendance: c’est paraît-il le phénomène d’édition du moment, la nouvelle addiction antistress.

Jeune Vieillis Pas

Pour moi qui n’est jamais réussi à dessiner quelque chose de ressemblant, c’est hyper gratifiant. On peux réaliser quelque chose de beau.  On se concentre tout en pouvant rêvasser, lever la tête, regarder ce qui nous entoure, replonger dedans sans avoir perdu le fil… Les mandalas permettent ce que les psys appellent une “solitude heureuse”…

Mouais….

Alors, pour être bien sûre que cela me rendait (vraiment) heureuse, j’ai aussi lu : Du bonheur, un voyage philosophique de Frédéric Lenoir (Éditions Fayard).

Et là, allongée dans le sable, toute salée par la mer des Caraïbes, mon mandala au bout du matelas… :

“… Notre bonheur est nourri par la qualité de l’attention que nous portons à ce que nous faisons… La félicité ne se goûte que dans l’instant présent…” 

Comme cela s’applique aux vacances, à la vacance….

ALLEZ AQUAGYM À LA PISCINE!

Ta gueule le GO sport ! Tu m’as fait fuir le bonheur!

Allez, bonne rentrée à tous!

Et, l’année prochaine, nous reviendrons faire la fête aux crustacés:

 

 

0
Share