En 2017 : plus de formule de politesse ni d’emploi du conditionnel, de j’aimerais bien, je voudrais bien… Tout ce qui semble s’excuser de vouloir en fait. So 2016.

Cette année JE VEUX (point barre).

L’idée: visualiser cette nouvelle année comme je veux qu’elle soit pour avoir plus de chances qu’elle le soit vraiment.

Écrire ce que l’on veut pour le faire arriver : le b.a.-ba du développement perso ! N’est-ce pas?

Je veux rire ! 

Rire rend simplement plus gai, et ça, c’est déjà pas mal. Et, il est prouvé (je ne sais pas par qui, mais cela me parle) que la gaieté augmente notre puissance d’être et d’agir.

1ère résolution : Prendre des places pour le spectacle de Vincent Dedienne, ce mec me fait bien ricaner dans le Quoditien.

 

Je veux du hygge ! À prononcer HEUGE 

C’est du danois. En français = “je veux me la couler douce pépère entre potes dans une maison bien chauffée éclairée à la bougie”. Un art de vivre cocooning doudoune et doudouille ! Tous les sondages nous le disent, les danois sont les champions du monde du bonheur.

1ère résolution : Devenir danoise mais exilée au bord de la méditerranée question climat.

 

Dans le même esprit…

Je veux du chill, du kif, du bliss…

Bref, me détendre, passer du bon temps, des moments plaisants et agréables. Je veux être dans le moment présent. Se projeter trop loin dans l’avenir provoque des angoisses et ne sert à rien.

1ère résolution : De plus faire de to do lists pour le “jour d’après”, la “semaine d’après”…

Je veux oublier.

Je veux cesser de ressasser. Je vais pratiquer la mémoire sélective positive. Se “complaire” dans le passé  provoque des angoisses et ne sert à rien.

1ère résolution : Me faire un lavage de cerveau (je ne vois que cela)

 

Je veux être folle de mon corps.

Faut que je ménage la monture. Ce n’est pas de vieillir qui me fait peur, c’est de vieillir mal.

1ères résolutions : Moins fumer, mieux manger, faire plus de sport.. Du classique de résolutions de la nouvelle année, mais faciles à prendre, je les prends chaque année. À force, je vais bien finir par y arriver.

 

Je veux être ma meilleure amie.

C’est bien avec moi que je passe le plus de temps. Cela peut devenir pénible si on se supporte mal. S’écouter, prendre soin de soi, être indulgente envers soi-même = la base solide pour une vie heureuse.

1ère résolution : J’arrête de me comparer aux autres (surtout à ma voisine super bombesque de 30 balais)

 

Je veux de nouvelles rencontres.

Je ne parle pas de rencontre amoureuse (quoi que…  S’il se cache entre ces lignes… ). Mais plus de virtuel, ni de swap. Je veux tâter de l’épaule, biser de la joue, sentir du regard et voir des sourires. Parler, refaire le monde, être en empathie, écouter de la bonne musique (à fond). Une ambiance à la Claude Sautet (propos discriminants envers toute personne de moins de 40 ans).

1ère résolution : arrêtez de répondre : “nan, ce soir, je ne bouge pas, je suis crevée !”  (en fait je me sens parfois un peu trop hygge = casanière). Autre option : cesser mon abonnement à Netflix. Autre option : diviser par 3 mon temps passé sur les réseaux sociaux.

 

Je veux du Green!

Oui, envie de nature, de légumes et de comportements planète friendly !

Et, de toute façon, on va bouffer du vert toute l’année. Greenery, à traduire verdure ou feuillage est la couleur Pantone 2017 (désignée couleur phare de l’année à venir). Cette teinte peut sembler peut seyante, mais elle est parait-il pleine de sens. “Les gens sont anxieux, le choix d’un vert moderne et énergisant repose sur l’idée d’une reconnextion avec la nature, d’une respiration.” Nous explique Leatrice Eiseman, directrice du Pantone Color Institute. La bonne nouvelle : notre teint hivernal n’est plus verdâtre. Juste hyper d’après tendance

1ère résolution : Trouver des potes (voir rencontres ci-dessus) qui ont une maison de campagne.

Et, bien sûr, je veux la paix dans le monde !

Je sais, même les prétendantes à miss France n’osent plus dire un truc aussi con mais bon… Je veux rester une idéaliste un peu cruche (mot daté de ce papier). Ma façon de rester toujours jeune comme mon poète préféré du début des années 80 est de continuer à “rêver d’un autre monde”.

1ère résolution : Aucune idée.

 

Bref, que de veux/vœux…

Que je vous souhaite également pour cette année à venir !

 

 

 MON MOOD WORDS 2017

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

6
Share

Le temps passe…

C’était mon premier mariage “fille ou fils de”.

 

mariage - blog femmes 50 ans - quinqua -

 

Voilà typiquement le genre d’événements qui te file un coup de vieux, te fait penser “putain le temps passe (troooop) vite”… Mais aussi quelle merveilleuse illustration du cycle de la vie. ( Je m’enflamme, là !)

Car, cette magnifique jeune mariée est cette petite fille, d’à peine 3 ans, dans les bras de sa maman (à gauche de la photo) à mon mariage en 1987 !

 

blog femmes 50 ans - quinqua - vieillir

(Désolée pour tous mes amis qui se reconnaitront ou plutôt, qui ne se reconnaitront pas sur cette photo)

Et, aujourd’hui, ce sont les mariés qui ont leur petit garçon dans leurs bras.

Car oui, mon amie, celle que j’ai connue au lycée quand nous avions une quinzaine d’années, celle avec qui j’ai pris mes premières cuites et avec laquelle je ne parlais que de… garçons est déjà grand-mère.

Ce qui m’hallucine totalement. J’ai d’ailleurs j’ai fait un déni de grand-maternité ! N’ayant pas réellement porté assez d’attention bienveillante à ces grands événements de sa vie (en fait, elle a déjà 3 petits-fils après avoir eu 3 filles). La jolie brune qui faisait total craqué le beau Eric mais qui, elle, était raide dingue du non moins beau Marc ne pouvait pas être grand-mère. Et, bien si, ma cops, la meilleure imitatrice de signature parentale pour sécher les cours de maths gagatise complètement devant un bébé d’un an qu’elle ne quitte pas des yeux avec un sourire idiot béat ramassant 10 fois de suite le jouet qu’il s’obstine à jeter à terre.

C’est déjà à la vingtaine que nos vies ont pris des directions différentes. Alors que je continuais à biberonner des gins tonic au Bus palladium, Laura stérilisait déjà des tétines.

Alors aujourd’hui, quelle joie d’être à ses côtés pour le mariage de sa fille ! D’autant plus qu’il se passait au Brésil. Ce qui en a fait un moment d’autant plus magique.

Oui, de nos jours, un mariage de trentenaires se passe souvent au bout de monde avec des invités qui viennent des 4 coins de la planète. Putain, mais ils se cassent tous à l’étranger nos gosses???

 

mariage - blog femmes 50 ans - quinqua -vieillir

 

L’avantage d’un mariage lointain : que des proches et pas beaucoup d’amis de parents (en fait, j’étais la seule).

(Je me rappelle encore à quel point ça m’avait gonflé d’avoir quasi la moitié d’amis de mes parents et beaux-parents parmi les invités de mon mariage.)

Du coup : 70 jeunes et 12 vieux !

Et, un mariage où les festivités se sont étalés sur 4 jours.

 

Ce qui te montre que ce n’est plus pareil que quand tu allais aux mariages de tes potes, ce qui te prouve que tu es passé de l’autre côté de l’autel, que tu es rentrée dans un autre espace spatio-temporel… Bref, que t’es vieille : 

  • Tout le monde te vouvoie et t’appelle madame.
  • Personne ne te demande de qui tu es l’amie, mais si tu es de la famille de la mariée ou du marié.
  • Quand tu entends : on se fait une table de jeunes, tu sais que tu n’en fais pas partie.
  • À part le photographe officiel, tu es la seule à avoir un vrai appareil photo.
  • Tu nommes tous les autres “les jeunes” (ce qui prouve bien que tu n’en es plus une), voire “les enfants”.
  • Tu as une discussion avec le père de la marié sur le génie moléculaire (tu vois que tu restes un peu jeune quand même car tu décroches assez rapidement de la conversation pour dodeliner de la tête sur la musique)
  • Ha bon, y’a pas d’ouverture de bal?
  • Tu ne bois pas. Trop peur d’être la vieille bourrée pathétique. Manquerait plus que tu veuilles jouer à chat-bite avec les témoins du marié.
  • À minuit, t’es couchée et tu es la première au petit dej.
  • Dès que tu arrives quelque part, tu cherches tout de suite où tu vas pouvoir t’assoir. (Ben oui, je n’arrive plus à rester debout longtemps, ça craint !)
  • Tu n’essaies pas d’attraper le bouquet de la mariée. De toute façon, tu sais que tu ne vas pas pécho !

 

mariage - blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

Mais, finalement, tu te rends compte que c’est vraiment toi qui te stigmatise le plus. Qui te sent à part. Qui a peur de passer pour la vieille qui s’incruste. Que les jeunes sont beaucoup plus ouverts à toi que tu ne le penses.

Et, le bonheur, l’amour, de belles amitiés sont toujours de belles choses à voir, à vivre, à partager. Et, ce de 7 à 77 ans. (Je m’enflamme à nouveau.)

Alors oui le temps passe. Mais ma petite Chloé (ben oui, difficile de l’appeler autrement), tu étais vraiment la plus belle des mariées que je n’ai jamais vue. Enfin, jusqu’a ce que ce que ma fille se marie, mais comme Laura a toujours eu 15 ans d’avance sur moi, j’ai de la marge.

Chloé, Nicolas, Laura, merci vraiment pour ce moment!

21
Share