Yoga, méditation, bien-être…  et un peu de sorcellerie en Bretagne !

Je cherche, je me cherche… J’ai essayé de me trouver un peu dans un camping du Morbihan.

Une recherche de sens essentiellement. Que je trouve de plus en plus nécessaire avec les années. J’ai passé les 50 premières années dans l’action. J’aimerais tendre à plus de réflexion. Aujourd’hui,peut-être, il me manque de croire en quelque chose. Je fus très croyante petite puis j’ai perdu la foi et Dieu ne me l’a jamais (re)donné. Je souhaiterais devenir une vieille zen ! Emplie de spiritualité… laïque. Je médite tous les jours. Pour le moment, mon cerveau n’est pas beaucoup plus au repos. Mais je persévère !

Alors quand mon amie Béatrice m’a proposée de l’accompagner à cette “retraite” qui s’annonçait “différente” : banco!

 

 

Ce week-end intitulé ÊTRE nous invitait à “ nous déposer, ralentir et profiter“.

Il était organisé par Josée-Anne SC , une canadienne au cœur aussi grand que son pays. Son credo :  “Minimalisme, zéro déchet, slow living, simplicité, voyages, trucs de hippie, croissance personnelle, inspiration et motivation…”

Avec Geneviève Locas qui se définit comme : “créatrice d’expériences, professeur de yoga et grande passionnée par l’aventure humaine, le plein air et la nature”. 

On est vraiment dans le “différent” !

Surtout quand le tout se veut saupoudré d’un soupçon de sorcellerie ! La sorcière étant une ” femme qui prend pleinement possession de sa magie, de son intuition, de son pouvoir féminin.”

En fin de journée du vendredi, nous sommes accueillies par Geneviève.
Problème : nous comprenons que nous ne serons pas tranquillou toutes les 2 dans notre mobile home.
“Ha bon, mais il ne reste pas des mobiles homes privés? Sûre, sûre?”
Mauvais point pour deux nanas censées venir faire preuve de sororité avec 66 autres femmes. J’aurais honte de ce moment à chaque fois que je vais croiser le regard de Geneviève.
En plus, je n’avais jamais mis les pieds dans un camping. Le week-end s’est avéré plus hippie bab que hippie chic ( comme les retraites yoga instagramables). Mais en vrai, j’adore. J’ai toujours gardé de mon adolescence ce petit esprit baba cool !
Et que la nature est belle !
Le week-end sera vegan (aucun aliment de provenance animale) et sans gluten. Je ne suis pas végétarienne mais j’ai fortement réduit ma consommation de viande. L’élevage de masse beaucoup trop maltraitant envers les animaux n’étant plus admissible. Mais je ne pense pas être un jour capable de me passer de poulet, d’œufs, de fromage… J’essaie en tous les cas d’être attentive à l’origine. Tous les repas furent délicieux.

 

 

 

J’avais joué le jeu. Je n’avais apporté que des abricots secs et des amandes en cas de petit creux. Je fus assez surprise en rentrant après le premier déjeuner dans notre “mobile home, sweet mobile home”, de trouver “nos sœurs” attablées devant un verre de vin attaquant un morceau de fromage avec une bonne baguette !

 

Le premier atelier du vendredi soir : yoga nidra animé par Geneviève.

Le yoga nidra vous amène rapidement à un état de relaxation intense. Il s’apparente à une méditation guidée. Il est alors possible de lâcher prise, de se débarrasser des tensions psychiques profondes.
Nous sommes allongées dans une salle dans la pénombre. La voix de Geneviève est douce :

“Je suis bien.

Je suis détendue.

Je suis relax.”

Elle nous fait même pratiquer la “dissociation”. Nous invitant à sortir de notre corps pour aller se promener en forêt, se mettre autour d’un feu. Notre feu intérieur.

Différent, je vous ai dit.

Et elle nous invite à poser une intention pour la suite de ce week-end. Pour moi : gagner en sérénité. C’est le (petit) combat de ma vie.

Elle clôt la séance en nous demandant de garder le silence jusqu’à la fin de la méditation du lendemain matin. J’ai immédiatement envie de ricaner. Et de faire la pitre.

D’ailleurs gros fou-rire -silencieux- avec Béa face à nos têtes respectives le matin au réveil d’une mauvaise nuit dans notre chambre/placard sur nos petits lits taille 12 ans.

 

Méditation au lever du soleil.

 

Waou ! Vraie magie de toutes partir en file indienne et en silence le long des falaises pour cette médiation de plein air. Il fait beau mais le vent souffle fort. Tant mieux car nous allons méditer à partir des 4 éléments : l’eau (la mer), l’air (le vent), la terre et le feu (le soleil). C’est de ces 4 éléments que nous devons puiser notre force.

Un très beau moment même si j’ai du mal à garder l’immobilité.

 

 

Nous pouvons à nouveau parler. J’ai adoré ce moment juste avec moi-même. J’ai écouté ou lu des témoignages de personnes qui ont fait des “cures de silence” de plus de 10 jours Toutes ont vanté le bien que cela leur avait fait. Je  peux comprendre même si je ne pense pas en être capable.

Atelier de la matinée : Les 4 éléments.

Il est animé par Josée-Anne et sa chevelure bleue  (de sorcière?) et son fort accent canadien si sympathique.

Elle nous explique que nous sommes “constitués” des 4 éléments vus en méditation. Nous devons veillé à leur équilibre en nous, à amener chacun d’entre eux à son plein potentiel. Cela me renvoie aux doshas de la médecine ayurvédique lors de ma cure en Inde racontée ici.

L’eau est la douceur, la fluidité.. C’est le domaine des émotions (autant dans la joie que dans la tristesse). L’idéal est de trouver le bon canal pour bien “faire circuler” l’eau = évacuer ses émotions. Comme la méditation ou l’écriture.

L’air est relié à notre intellect, à notre manière de penser, d’apprendre… On lui donne le bon canal par l’écriture pour sortir le trop plein sans réfléchir. Quand on a trop d’air, on est beaucoup dans la tête et pas assez dans les émotions. Il faut privilégier ce qui va nous aider à faire sortir ses émotions comme regarder un film triste par exemple. Et s’autoriser des journées de “larve”: rien faire sans culpabiliser. Je suis un signe d’air. Je me reconnais assez dans le portrait dressé.

La terre est notre élément “pratique”, concret. Aller dans la nature, jardiner, cuisiner nous permet de l’équilibrer.

Le feu est l’élément du plaisir, de l’énergie mais aussi de l’excès. Pour le rééquilibrer, il faut privilégier les moments de plaisir, apprendre à profiter de la vie, dans l’ici et maintenant. Et aussi faire de l’activité physique pour dépenser de l’énergie.

Josée-Anne nous a fait faire des petits tests pour connaitre notre “composition”. On peut aussi grâce à son thème astral connaître la position de ses planètes lors de sa naissance dans les 4 éléments.

Yoga sur la plage.

La séance est plus “classique”. On enchaîne les positions chien tête en bas, cobra, la pince, l’arbre… Se sentir comme cela en plein air est un vrai plaisir en soi.

 

 

Geneviève nous demande à la fin de la séance de nous mettre par deux, avec quelqu’un que l’on ne connait pas. De nous regarder dans les yeux. Et de se dire à tour de rôle :

Ce qui est fluide dans notre vie.

Ce qui n’est pas fluide dans notre vie.

Ce qui nous plait chez nous.
Ce que l’autre nous inspire même si on ne la connaît pas…

Ma jeune “compagne” a fini par me dire que je lui inspirais “un gros câlin”.??? Punaise ! Elle m’a pris pour sa grand-mère !

 

Atelier Ouitch!

Le soir, après le dîner, nous entrons dans une salle plongée dans la pénombre… Nos tables sont éclairées aux bougies. Dessus, un certain nombre de végétaux et fleurs séchés et des bâtonnets de sauge.

Nous rentrons dans l’atelier “ésotérique” de ce week-end. Un atelier Ouitch. Nom venant de witch, sorcière en anglais, franchisé et positivé avec le oui.

Josée-Anne nous parle d’ésotérisme. Qui serait en fait une façon d’explorer et de suivre notre intuition. Le voilà notre super pouvoir féminin : notre intuition ! Celui qui nous permettrait d’être plus connecté à nous-mêmes.

Puis elle nous parle de la lune, de son importance. À la nouvelle lune, c’est un nouveau départ, tout est possible. Il faut alors “manifester” (je pense que c’est du canadien), c’est à dire demander de façon claire et précise ce que l’on veut. À la pleine lune, on est à l’apogée de notre énergie. On “laisse aller” à la lune descendante, on se repose. On netflixe comme dirait Josée-Anne. L’idée étant de vivre chaque phase de la lune avec un maximum de bien-être grâce à l’écoute de son corps et de ses émotions. Là encore, une analogie avec la médecine indienne ayurvédique qui attribue également à chacune des phases de la lune une énergie particulière.

Elle nous parle alors de rituels, des petits rituels simples que l’on peut faire au quotidien. Comme prendre un bain avec des huiles essentielles ou brûler de la sauge pour chasser les mauvaises énergies…

Nous allons ensuite chacune fabriquer notre propre bouquet pour “purifier” nos maisons.

 

 

Je ne l’ai pas encore brûlé, trop joli. Il est dans mon entrée. On ne sait jamais, si un mauvais esprit voulait passer la porte.

 

Dimanche à la mer.

Le lendemain, j’ai quand même le sentiment d’avoir un peu ma dose. Le temps étant plus incertain, la séance de yoga est programmée dans la salle. Après avoir expérimenté la félicité d’une pratique en plein air face à l’océan, je zappe. Je préfère partir marcher. Profiter de la nature, ressentir la puissance du vent, de l’océan…. Je suis très “être” finalement.

 

 

Que conclure d’un tel week-end?

C’était un beau moment et c’est le principal. Je n’ai évidemment pas gagné en 2 jours la sérénité que je cherche mais j’ai peut-être fait un petit pas sur ce chemin même si je sais que la route sera longue.

J’ai été assez convaincue par notre lien bien sûr à la nature mais aussi par “demander à la luuuu… ne. Je me suis d’ailleurs commander un bouquin du style La lune pour les nuls. L’Astrologie, pas pour connaître sa destinée mais pour vivre en accord avec les mouvements du ciel, fait partie d’un mouvement de plus en en plus en vogue. Dans le cadre du  “self care” qui englobe toutes les actions pour prendre soin de soin.

Quant à mon pouvoir féminin…

Je vais continuer à m’entraîner à remuer le bout de mon nez!

 

 

 

5
Share