Changer : être soi en mieux?

En reprenant mes cours de stretching après la trêve estivale, j’ai réalisé que cela faisait plus d’une quinzaine d’années que j’en faisais…

… Et, que je n’arrive toujours pas à m’allonger sur mes jambes ! Rien à changer?

Faudrait peut-être que je fasse autrement ! Que je change quelque chose.

 

 

FullSizeRender

 

 

La résistance de ma colonne vertébrale me permet une bonne métaphore. C’est la rentrée, une période où l’on ressent tous le besoin de changer « quelque chose » pour ne pas avoir le sentiment de repartir vers l’hiver la tête dans le guidon sans que rien ne bouge.

Il y a les bonnes résolutions de la nouvelle année et les envies de ne pas repartir dans la même routine jusqu’au prochain bain de mer à l’heure où l’on commence déjà à débronzer.

Dans le même ordre d’idées :

Plus de 20 ans que je me dis qu’il faut que j’arrête de fumer… D’ailleurs, à la quarantaine, je me disais  : « OK, aujourd’hui, j’arrête, mais à 60 ans, je reprendrais. » Alors, finalement, pour quelques années, est-ce que cela vaut le coup de s’emmerder?

Plus de 20 ans également que je suis au régime, sans jamais atteindre le poids désiré. Date de ma première grossesse, 9 mois passés avec un bâton de Justin Bridou à la main.  Gain = 28 kilos ( à la fin je me déplaçais à 4 pattes dans mon appart) et un bouleversement hormonal qui ne me permettra plus jamais de manger à ma faim gourmandise.

 

blog femmes 50 ans - quinqua - bien-vieillir

 

 

Premier réflexe quand on veut « changer quelque chose » : aller chez le coiffeur. Couper mes cheveux ou les teindre en roux?

Non.

Je suis coiffée pareil, la raie sur le côté droit et les cheveux mi-longs depuis… Toujours. Et, toutes mes tentatives de changement capillaire se sont soldées par un traumatisme suivi d’un syndrome dépressif.

On peut aussi lire ces horoscopes qui pullulent à la rentrée (comme à la nouvelle année) auxquels on ne croit pourtant pas une seconde. Le magazine Elle me dit que je suis sur une pente ascendante vu que Mars et Uranus bousculent mes habitudes en m’insufflant une belle énergie. Pour Marie-France, c’est Jupiter qui entre dans mon secteur voyage et qui m’appelle à parcourir le monde (si Jupiter pouvait passer un petit coup de fil à mon banquier ).

 

Au moment où je me pose ces si sérieuses questions sur cette souplesse qui me résiste, je tombe sur cette citation d’André Malraux (pas la moitié d’un con).

 

 » IL NE S’AGIT PAS DE SAVOIR SI LES CHOSES CONTINUENT AINSI, IL S’AGIT DE SAVOIR COMMENT ELLES CHANGERONT POUR DEVENIR MEILLEURES. »

 

Alors, voilà, je ne vais pas le lancer dans une classique liste de bonnes résolutions (même si j’en ai pris quelques unes: consacrer plus de temps à la lecture, cuisiner les légumes, marcher le plus possible… ).

Je vais essayer de vraiment me concentrer sur ce que j’aime, sur ce qui m’apporte du plaisir.

J’aime ma vie, mais je pense que je peux mieux faire. Je peux redistribuer quelques cartes, lui donner de nouvelles couleurs.

J’aime le stretching, ça me fait du bien. Mais, je vais enfin VRAIMENT me concentrer sur mon « inspi et mon expi », et cesser de passer ma séance à mater l’horloge.

Je vieillis : plus  le temps de procrastiner. De me dire comme j’ai le plus souvent tendance à faire :

 » Bon, là, je ne me donne pas à fond, mais demain je déchire tout ».

« Bon, là je fais ce que j’ai à faire, je réfléchirais demain à ce que je veux vraiment. »

« Bon, ok, ce soir, je mange ces 4 carrés de chocolat, mais demain, je ferais gaffe ».

Etc. Etc.

Il est plus que temps d’aller au bout des choses, de les faire en pleine conscience pour employer une notion à la mode.

Et, je suis même sûre que si je fumais une clope en pleine conscience, en l’appréciant vraiment, j’en fumerais 10 fois moins.

 

 

blog femmes 50 ans - quinqua - biien-vieillir

 

Et, croire en son horoscope.

5
Share

C’est la rentrée! Alors, remettons nos neurones en route avec un peu de philosoph… Age !

L’idée de ce post m’est venue lors d’une discussion « apéro/coucher de soleil » au bord du lac de Lacanau. Sur un fait d’actualité, que je ne commenterais pas ici, j’expliquais avoir perdu quelques illusions.

Philippe me jette un regard « ma pauv’fillevieille » :

–  » Mais, enfin Virginie, tu as encore des illusions. À ton âge! T’es pas sérieuse? »

–  » Ben si ! Non?…  Tu re-veux du Pata Negra ? »

blog femmes 50 ans, blog quinquaUne fois le soleil largement couché, je suis allée voir la définition d’illusion :

Appréciation conforme à ce que quelqu’un souhaite croire, mais fausse par rapport à la réalité.

Alors, oui, il y a encore plein de choses auxquelles je souhaite croire. Et, tant pis, si je me plante! Le contraire serait pour moi synonyme de « défaitisme », de ne plus avoir d’espoir.

D’ailleurs, la première est celle de me sentir beaucoup plus jeune que je ne le suis. Et, celle-là, je suis sûre de ne pas être la seule à la partager. Dans ma tête. Et, même physiquement, d’ailleurs! Je reste toujours très surprise que de moins en moins de personnes s’étonnent : « Nooon » quand j’annonce mes 53 ans.

Mais, je pense que c’est justement ce qui m’aide à garder l’esprit ouvert, un tempérament de gamine, une curiosité juvénile. Bref, à être « âgée » sans être vieille.

Je garde celle que je peux manger ce que je veux sans grossir. Ou que l’homme a quand même une inclination naturelle à ne pas nuire à autrui (je sais, celle-là, confère à la connerie).

Mais, j’aime aussi l’idée, de rester naïve, d’exprimer mes sentiments avec sincérité.

blog femmes 50 ans, blog quinquaJ’aime encore me faire des illusions – concevoir de vaines espérances, surestimer ses possibilités, ses capacités. Oui, souvent, je crois que je vais pouvoir lire le menu du resto sans lunettes (pénible cette mode des salles obscures pour avaler une Ceasar !).

Je ne suis pas non plus « aveugle ». Sur l’âge, le miroir brise souvent mes illusions. Et, surtout je ne cherche pas à Tromper sur ma nature véritable en donnant une image flatteuse, mais surfaite (faire illusion).

Et, là, je pense à certaines femmes qui usent et abusent d’artifices dans leur quête de la jeunesse et qui, pour le coup, ont l’illusion que ça marche et que cela ne se voit pas.

blog femmes 50 ans, blog quinqua

Mais, (attention antithèse).

J’ai effectivement perdu celle qui accompagne pour moi la jeunesse. Celle d’être toute puissante et immortelle (quoiqu’il m’arrive encore d’y croire! Aux deux! ) Alors, oui, le champ des possibles se rétrécit. Mais, je veux continuer de croire qu’à l’impossible, je ne suis toujours pas tenue.

Et, surtout, les « sages » disent en chœur: « réveillez-vous ! »

Oui, il est temps de cesser d’être dans la projection de ce que notre vie devrait être. Avoir l’illusion que cela ira mieux demain si j’ai cela ou si je fais ceci. Qu’acheter ces boots Balenciaga va me rendre plus heureuse. L’illusion pourrait alors nous empêcher d’être dans l’ici et le maintenant. Car, c’est maintenant ou jamais que nous devons construire notre réalité.

Allez, bonne rentrée à tous. Et, je vous laisse, je file chez Balenciaga, comme ça, je serais heureuse tout de suite!

blog femmes 50 ans, blog quinqua

 

 

0
Share

 

JE NE ME PROTEGERAI (PAS TROP) DU SOLEIL !

 

soleil - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

J’adoooore être bronzée. Merde à ma dermato (de toute façon, je ne l’aime pas) ! Je n’irai pas au-dessus d’un indice 30 sur le visage et le cou. Et, sur le corps je me lâche encore plus ! De toute façon, les jambes, ça ne rident pas, non?

Pas de chapeaux non plus. Je pense avoir, au jour d’aujourd’hui, essayé à peu près toutes les formes possibles, je n’ai pas une tête à chapeaux. En plus, ça me fait suer du cheveu, et dès que je le retire, j’ai une marque sur le front qui met des plombes à disparaître.

JE NE FERAIS PAS DE « DETOX » !

 

Jeune Vieillis Pas - blog quinqua - blog femmes 50 ans.

 

Un vrai coming-out : je déteste les jus de légumes !

Des années, depuis la pré-ménopause en fait, que mayo, pain, frites, viennoiseries, glaces…  sont devenus des gros mots. Le Nutella, si bon, si régressif… Même Madame Royal le diabolise. Mais, quel âge elle a Ségo?… Ménopausée!

Marre de penser : l’été, c’est cool, je vais pouvoir me régaler d’une tomate agrémentée de quelques feuilles de basilic ; chouette, c’est la saison du melon et de la pastèque ; vive les céviches et les soupes de concombres.

NON ! Ras le bol, je veux manger de la mayo avec les langoustines et de la chantilly avec ma coupe de fraises.

De toute façon, parader sur la plage en bikini seins en avant n’est qu’un lointain souvenir. En revanche : des années de pratique du « rentrement » de ventre.

Et, puis, cela m’évitera de faire un petit « syndrome Gilles de la Tourette » comme l’année dernière. Où j’ai traité de salope une fille croisée dans la rue en train de déguster une barre glacée. Je l’ai pensé si fort que je l’ai dit un peu haut.

JE NE CHERCHERAIS PAS À FAIRE LA VALISE PARFAITE !

 

Jeune Vieillis Pas - blog quinqua - blog femmes 50 ans.

 

À 53 ans, je ne sais toujours pas faire une valise. Celle où tu n’en prends ni trop, ni pas assez. Chaque année, cela me procure un stress énorme. Comme si quelqu’un allait venir me féliciter de mon sens de la mesure. Non, le problème est juste que, où que l’on aille en vacances, les placards sont toujours trop petits ! Alors, j’assume, je prends trop. Car oui, je l’avoue, j’investis beaucoup mes vacances stylistiquement.

Les tenues… Encore un truc qui se complique avec les années. Fini le « je noue négligemment un paréo en jupe avec une grosse ceinture +  un léger débardeur pailleté =  je suis prête pour le dîner » ! Sans parler de ma trousse de toilette. Qui prend une taille tous les 5 ans !

 

JE NE FERAIS PAS DE PADDLE !

 

Jeune Vieillis Pas - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

N’en déplaise à Estelle Lefebure, le paddle, c’est juste chiant. Voire humiliant. Puisque de toute façon, épuisée, on finit littéralement sur les genoux, assise sur ses pieds en mode Pocahontas, la natte (et la grâce ) en moins.

Je ne vais pas me mettre au Pilates. Pour 15 jours, ça ne sert à rien. Quand à la zumba, testée l’année dernière, il faut savoir regarder la vérité en face: ce n’est plus de mon âge ( peut-être un peu la cigarette aussi). J’ai fini la leçon dans un état épouvantable, au bord de la réanimation Je me suis même rendu compte que l’on pouvait transpirer des genoux!

JE VAIS DEVENIR UNE « FILLE FACILE » !

 

Jeune Vieillis Pas - blog quinqua - blog femmes 50 ans

 

 

Je coucherais le premier soir ( remarquez le choix du conditionnel et non du futur). OK, je fais partie de la génération « jamais le premier soir ». Mais, bon, ça ne se présentera peut-être pas deux fois. Les occasions se raréfiant au même rythme que les cheveux sur les têtes de nos « targets ».

Finalement, l’été n’est pas toujours une fête pour les plus de 45. On ne va pas se mentir : l’emploi saisonnier sied assez peu aux plus de 25 ans. Restent les sites de rencontres en plein boom estival. Mais, mon amie C. décrit son inscription de 3 mois sur Attractive World comme un voyage au pays de la loose et de l’ego perdu. Avec des hommes capables d’annoncer bac + 5 et d’écrire ironique avec un H. Quant à Tinder, la nouvelle appli géocalisée qui cartonne en mode zapping, il paraît (bon, ok, « il paraît pas », je suis allée voir…) : un vrai catalogue de serial-baiseurs, d’hommes volages mais déjà bagués ! J’ai quand même des principes !

En maillot ou tenue légère, l’homme ne vieillit pas non plus si bien que cela. Le beau quinqua, a soit trop abusé de la salle de muscu, soit il est accompagné d’une femme encore en âge de procréer. Les autres ont trop abusé de la bière, ont du mal à trouver leurs cheveux pour les plaquer en arrière en sortant de l’eau ou ont aussi les seins qui tombent etc, etc.

Bon, à défaut d’être une fille facile (je ne suis pas sûre d’y arriver), je vais surtout essayer d’être moins difficile!

 

JE NE PRENDRAIS PAS DE BONNES RÉSOLUTIONS À LA RENTRÉE !

 

Allez, je vous laisse avec Thomas Dutronc, et comme j’ai aussi décidé de ne rien foutre, je mets le blog en mode « les rediffs de l’été « . Bonnes vacances à tous.

 

2
Share

MA PREMIÈRE QUIN(QUA)ZAINE DE SEPTEMBRE!

Jeune Vieillis Pas.
Un blog… Quelle bonne façon de refourguer ses photos de vacances!

Ce coucher de soleil sur le lac de Lacanau reflète bien ce que je ressens: la fête est finie…

… Et, ce tag sur les murs de Paris, mon état d’esprit en cette rentrée  :

Jeune Vieillis Pas.

Mais, heureusement, il fait encore, enfin, beau! Je peux profiter de ma jolie terrasse et montrer mes jambes avant qu’elles ne débronzent !

Jeune Vieillis Pas

Jupe BCBG, Tee-shirt H&M.

Après avoir colorié tout l’été ( voir Jeune Vieillis Pas en vacance(s) ), pour dé-stresser. Je suis à fond sur ce qui va m’aider à ne pas re-stresser!

N°5
N°5

J’aime beaucoup ce nouveau magazine,  Happinez. Je ne comprends pas toujours tout, mais j »y travaille.

Avec de jolis citations dedans qui font du bien:

 

Jeune Vieillis Pas

Le feel good movie de cette rentrée:

Jeune Vieillis Pas

( La bande annonce:  http://youtu.be/Zz2CTGjqZSk-)

Un couple d’anglais emménage en face d’un bobo parisien reconverti en boulanger normand. Tout en pétrissant sa pâte, cet amoureux des belles lettres va être troublé par le patronyme de cette jeune britannique. Mais pas que. Elle est juste sublime, une « Emma Bovary » version Laura Ashley jouée par Gemma Arterton.  C’est sympathique, bucolique, un peu dramatique… Avec un Luchini toujours impeccable.

Mais, vieillie à la bonne série américaine bien speed, je dois avouer que j’ai tendance à trouver le temps un peu long pendant ce genre de film.

Et, là… La bombe de ma rentrée TV :

Le mercredi sur TF1
Le mercredi sur TF1

Un des criminels les plus recherchés des Etats-Unis décide de se rendre afin de collaborer avec le FBI. Enfin avec un agent en particulier. Dans le rôle du malfrat/dandy: l’excellent James Spader.

Et, si Gemma Bovery ne m’a pas vraiment donné envie de me replonger dans Flaubert, j’ai très envie de revoir Sexe, mensonges et vidéo, sorti en 84. Ce film audacieux de Steven Soderbergh avec également Andi McDowel avait remporté la Palme d’or à Cannes et James Spader le prix d’interprétation masculine.

Jeune Vieillis Pas

 

Mes premiers achats « automne/hiver 2014/2015 ».

Jeune Vieillis Pas

Baskets, oups: on ne dit plus baskets en 2014/2015 mais sneakers, : Serafini Sport. Sac Antik Batik.

Et, ce dernier dimanche, je suis allée pour la première fois de ma vie à la Fête de L’Huma… N’y voyez aucun intention politique, mais depuis le temps que j’en entends parler, je voulais me rendre compte par moi-même de ce que c’était!

Quelle surprise d’y voir toujours présentes deux figures de mon enfance..

Jeune Vieillis Pas

(Je vous rappelle que Pif  est né en 1950 dans le journal l’Humanité)

Même la Fête de l’Huma ne vieillit pas!

Je profite de ce post pour signaler qu’une mes fidèles lectrices, Caroline Cotinaud, dont j’apprécie la jolie plume à chacun de ses commentaires vient de sortir son dernier livre: Grand-mère débutante chez First Éditions:

« Ce sont des conseils , des astuces, des infos pour ses premiers pas pratiques et affectifs ». Me précise Caroline par mail.

Jeune Vieillis Pas

 

 

0
Share

Jeune Vieillis Pas

 

                        LA RENTRÉE DE JEUNE VIEILLIS PAS. 

La rentrée

J’ai le Carrefour’s blues! 

Début septembre, comme chaque année : « Allez les enfants, tous dans l’Audi, on file chez Carrefour « faire » les fournitures scolaires ».

Regards presque embarrassés de mes deux ados (14 et 17 ans).

« T’inquiète, maman, on gère. On ira au Monop. »

« Bon, ben, venez, on va faire les photos d’identité! »

T’inquiète, maman, on gère, on ira au Monop. »

Mes enfants, mes bébés, n’ont plus besoin de moi pour leur rentrée scolaire… Pas même un livre à couvrir. Mon rôle, cette année, consiste à signer le chèque de cantine et leur communiquer leur numéro de MAE (je m’étais occupée du Pass Navigo en juillet).

J’ai la déprime de la boite à lettres/mail.

Courrierg

Une incitation à aller me faire faire une coloscopie (« Dès 50 ans, c’est le moment »), une pub pour remplacer ma baignoire par une douche au siège ergonomique, un seuil très bas et une barre de maintien. Et des tas de propositions de mutuelles Séniors. Finalement, ma seule gaieté : le troisième tiers des impôts. Je suis encore active et contribue à la société. I’m alive et le premier qui touche à ma baignoire, il est mort!

J’ai le syndrôme du « vieux con ».
Un de mes grands  plaisirs de chaque rentrée  (ici, rentrée 2013) est de compulser les « spécial mode » de mes magazines préférés (il y en a de moins en moins…)

iMagazine

ELLE me parle « Rock Fever » avec des looks Lou Reed, Sid Vicious, Brian Jones.. Que des noms que les moins de 20 ne peuvent pas connaitre, mais, que des fringues in-assumables par les plus de 40. L’hiver sera rose Barbie. Mais le Figaro Madame m’assure que le rouge sera la couleur de mon désir. Pour Grazia, je devrais choisir entre me transformer en girly canaillearisto grunge,  happy goth ou punk solaire. Au secours Mode personnel(le) !  Pour la première fois, j’ai le sentiment que la mode n’est plus faite pour moi.  Je pense à mon père, fan d’Aznavour, totalement insensible à la musicalité des Clash, qui entrait dans ma chambre en hurlant « tu peux baisser ta musique de sauvages! ». Voilà, j’ai l’impression d’être face à une mode de sauvage(onne)s!

Mais, je garde ma rock&roll attitude, je suis allée me racheter un bon vieux Lévi’s. Et, là,  j’ai vraiment eu le sentiment  que mon cul rentrait » à la maison »!

Au moins, c’est cool, je suis toute bronzée.

Non. Ce n‘est pas cool.

En fait, je suis « bousillée ».

Tous les féminins sont unanimes: l’été m’a flingué la peau, les cheveux, les ongles, les pieds … Je dois passer l’automne à faire peau neuve.

En attendant, je vais  m’acheter mon Uvedose et me stocker en yaourts enrichis en calcium. Prende RV pour me faire ratatiner/écrabouiller les seins comme chaque année impaire depuis 10ans pour ma mammo. Et, je dois résoudre mon grand dilemme de cette rentrée: frange ou botox contre les rides du front?

Et, puis, je vais aller mettre le boxon dans la chambre des enfants (anormalement bien rangées : bonnes résolutions de chaque rentrée). Rien que pour le plaisir de pouvoir gueuler ce soir:

« Les enfants, rangez  vos chambres. Et, dépèchez-vous, les coquillettes vont refroidir. »

Je vous souhaite à tous et toutes une bonne rentrée. Le blog reprend une « activité normale » le 20 août pour l’été de Jeune Vieillis Pas. 

0
Share

La rentrée

J’ai le Carrefour’s blues! 

Début septembre, comme chaque année : « Allez les enfants, tous dans l’Audi, on file chez Carrefour « faire » les fournitures scolaires ».

Regards presque embarrassés de mes deux ados (14 et 17 ans).

« T’inquiète, maman, on gère. On ira au Monop. »

« Bon, ben, venez, on va faire les photos d’identité! »

T’inquiète, maman, on gère, on ira au Monop. »

Mes enfants, mes bébés, n’ont plus besoin de moi pour leur rentrée scolaire… Pas même un livre à couvrir. Mon rôle, cette année, consiste à signer le chèque de cantine et leur communiquer leur numéro de MAE (je m’étais occupée du Pass Navigo en juillet).

J’ai la déprime de la boite à lettres/mail.

Courrierg

Une incitation à aller me faire faire une coloscopie (« Dès 50 ans, c’est le moment »), une pub pour remplacer ma baignoire par une douche au siège ergonomique, un seuil très bas et une barre de maintien. Et des tas de propositions de mutuelles Séniors. Finalement, ma seule gaieté : le troisième tiers des impôts. Je suis encore active et contribue à la société. I’m alive et le premier qui touche à ma baignoire, il est mort!

J’ai le syndrôme du « vieux con ».
Un de mes grands  plaisirs de chaque rentrée est de compulser les « spécial mode » de mes magazines préférés (il y en a de moins en moins…)

iMagazine

ELLE me parle « Rock Fever » avec des looks Lou Reed, Sid Vicious, Brian Jones.. Que des noms que les moins de 20 ne peuvent pas connaitre, mais, que des fringues in-assumables par les plus de 40. L’hiver sera rose Barbie. Mais le Figaro Madame m’assure que le rouge sera la couleur de mon désir. Pour Grazia, je devrais choisir entre me transformer en girly canaille, aristo grunge,  happy goth ou punk solaire. Au secours Mode personnel(le) !  Pour la première fois, j’ai le sentiment que la mode n’est plus faite pour moi.  Je pense à mon père, fan d’Aznavour, totalement insensible à la musicalité des Clash, qui entrait dans ma chambre en hurlant « tu peux baisser ta musique de sauvages! ». Voilà, j’ai l’impression d’être face à une mode de sauvage(onne)s!

Mais, je garde ma rock&roll attitude, je suis allée me racheter un bon vieux Lévi’s. Et, là,  j’ai vraiment le sentiment  que mon cul est rentré à la maison!

Bon, je passerais sur les séparations Douglas/Zeta Jones, Cassel/Bellucci qui me laissent assez indifférente ( ne suis toujours pas complètement remise de celle Paradis/Depp). Mais Louis Bertignac ne fera pas The Voice… Je suis effondrée.

Et, le coup de grâce:

iNoah

Yannick a coupé ses dreads.

Il a peut-être succombé à la pression : après 40 ans, tu coupes tes cheveux.

Au moins, c’est cool, je suis toute bronzée.

Non. Ce n’est pas cool.

En fait, je suis « bousillée ».

Tous les féminins sont unanimes: l’été m’a flingué la peau, les cheveux, les ongles, les pieds … Je dois passer l’automne à faire peau neuve.

En attendant je vais aller m’acheter mon Uvedose et me stocker en yaourts enrichis en calcium. Prende RV pour me faire ratatiner/écrabouiller les seins comme chaque année impaire depuis 10ans. Et, je dois résoudre mon grand dilemme de cette rentrée: frange ou botox contre les rides du front?

Et, puis, je vais aller mettre le boxon dans la chambre des enfants (anormalement bien rangées : bonnes résolutions de chaque rentrée). Rien que pour le plaisir de pouvoir gueuler ce soir:

« Les enfants, rangez  vos chambres. Et, dépèchez-vous, les coquillettes vont refroidir. »

0
Share