Plus de 45 ans et changer de vie professionnelle !

Marie, 49 ans

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

Marie vient d’ouvrir à Genève un concept store proposant des marques de mode, de déco qui partagent des valeurs éthiques et solidaires : Supplément d’âme (11 rue de la Terrassière)

 » Ce que je choisis de vendre est d’abord beau. Mais, a aussi une « histoire » à raconter. D’où le nom : supplément d’âme. »

Un vrai virage pro ! Rien ne prédisposait Marie à ouvrir son propre commerce. Jeune femme ambitieuse, elle décide il y a près de 30 ans de faire carrière dans le secteur bancaire. Elle y exerce de nombreux métiers. Elle lèvera juste le pied à la naissance de son fils (20 ans aujourd’hui) en bossant à mi-temps.

« Mais 4 ans plus tard, j’ai divorcé. Il fallait donc que je sois à nouveau indépendante financièrement. Déjà à ce moment-là, je ne voulais pas vraiment retourner dans le secteur bancaire. Je sentais déjà que j’avais envie « d’autre chose ». Mais, bon, c’était plus facile alors de trouver un job dans mon domaine de compétence. Et, finalement, j’ai bien fait d’y retourner. Car j’ai rencontré alors des personnes qui faisaient de la finance durable. Je me suis sentie en phase avec ce type de valeurs. Une petite graine a commencé à germer… « 

Marie, alors qu’elle est toujours en poste, suit un module de formation sur la finance durable à l’université. Elle cherche à se diriger vers ce secteur. «  Il s’agit encore d’une niche, c’est un milieu très difficile à pénétrer. »

« Je commence alors à penser à un plan B avec une envie grandissante de travailler à MA manière. Un jour, dans un grand magasin, j’ai un coup de foudre pour de superbes robes indiennes, super colorées, hyper gaies de la marque Dandy& Brooks. Des créations artisanales mais au goût occidental. Juste sublime! Je discute avec la créatrice. Une femme très engagée pour le commerce équitable, écolo qui fait très attention aux colorants utilisés par exemple. »

Ça fait tilt. Marie se dit que ce type d’offre : de la qualité, de l’artisanat… manque à Genève. Elle sent qu’elle tient un truc en cohérence avec ses propres valeurs. Passe des heures et des heures sur Internet à la recherche d’autres marques qui partagent cette même philosophie. Comme Muskhane, Naram (Je vous ai d’ailleurs présenté Muriel, la créatrice des merveilleuses étoles en cachemire Naram dans ce post. ). Avec la vraie conviction que « la slow fashion » est LE marché d’avenir.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

« C’est amusant est de constater comment les choses finissent par s’enchaîner naturellement quand on est sûre de son but. Tu as le sentiment q’une une autoroute s’ouvre.« 

« Il fallait trouver le bon lieu. Une boutique bien placée, c’était fondamental pour la réussite de mon projet. Alors que je me promène dans le quartier des eaux vives, un quartier à la fois populaire et bobo, je commence à aller voir les commerçants pour parler avec eux, savoir comment cela se passait pour eux. Un d’eux m’apprend qu’il y a une arcade à remettre (reverso franco/suise: un pas de porte à louer ). »

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

« Le loyer est très correct mais son attribution est sur concours à la mairie de Genève. Je dépose mon dossier: un vrai business plan avec la première marque qui a accepté de me suivre, Muskhane. Et, là, crac boum : le ok de la mairie de Genève ».

Marie file alors sa démission dans la foulée. Elle profite d’un fonds de pension qu’il est possible de débloquer en Suisse quand on se met à son compte étant rassurée sur l’avenir de son fils (ayant économisé suffisamment pour lui financer ses études.)

 

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

« Je viens d’ouvrir, c’est le bonheur absolu. Cela a a hyper bien démarré. Et, pour moi, grande shoppeuse, quel rêve de travailler dans la mode, la déco ! »

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

19
Share