Le froid qui s’installe, de la philosophie et de la feel’ osophie… alors que quelques flocons de neige  tombent sur Paris : ma dernière quin(qua)zaine de novembre.

Couleurs de l’Avent : vert, rose poudré et grenat.

 

 

Bonne humeur !

J’adore l’idée !

Après la psychologie positive : la cosmétique positive ! Et anti-âge. D’ailleurs, pour aller au bout de leur positionnement, Dermapositive devrait parler de pro-âge. Pour ne plus nous parler de lutte contre les années mais  d’accompagnement.

Ce sérum, avant de “sublimer” ma peau, va stimuler ma bonne humeur par le biais de l’olfactologie. Je chauffe 2/3 gouttes au creux de mes mains, je les hume quelques instants, puis je me les applique sur le visage.

 

 

Là, je teste Réveil pétillant (quel joli nom), sérum anti-âge aux notes de romarin du Maroc. Mais, il y a aussi Harmonie féminine, Nuit de rêve, Plaisir des sens… 

Une expression à la con!

“Une femme entre deux âges“. J’ai lu cela dans la presse pour décrire le rôle de Karin Viard dans le film Jalouse. Pour qualifier La femme de 50 ans.

Ca veut dire quoi? On n’est plus bien défini ? En stand-by entre la jeunesse et la vieillesse? Alors, qu’au contraire, si on se fie à la définition de maturité, nous sommes arrivés à notre complet développement.

Entre 2 âges… J’ai l’impression d’avoir le cul entre deux chaises, et que l’on veut (me) ménager la chèvre et le chou pour me mettre entre la poire et le fromage.

 

Série :  US vs Paris

This is us (saison 2). 

Sur Canal + Séries.

 

Mais que je les aime les Pearson ! Cette fratrie de 3. On les voit évoluer aujourd’hui dans leur vie d’adultes. Et, on comprend ce qui les a construit  grâce à des flash-backs dans leur enfance dans les années 80.

J’avais adoré la saison 1. Tout autant de plaisir à suivre cette nouvelle saison. C’est simple, sans violence, sans grands effets… la vie quoi? Big up au couple formé par Kate (Chrissy Metz) et Toby (Chris Sullivan).

 

Paris etc. 

Sur Canal +

J’ai juste vu pour le moment les 3 premiers épisodes (j’aime bien “attendre” chaque semaine ma dose et ne pas tout regarder d’un coup).

J’en suis encore, du coup, à la mise en place des 5 personnages féminins – traduction : j’attends que cela démarre !-. Mais, j’aime bien ces 5 femmes. Elles nous parlent de nous, même si elles sont issues de générations et de milieux différents. L’écriture de Zabou Breitman est à la fois drôle et pleine de mélancolie. Et en tant que VRAI parisienne – j’y suis née et n’en partirai jamais- j’apprécie que l’on soit loin de la caricature de la Parisienne tendance “de la Fressange”.

 

 

 

 #TrucDeVieux.

Ma fille (18 ans) s’est vraiment moqué de moi quand elle m’a surprise, signant de mon prénom un message sur Facebook

“- Y’a que les vieux qui font cela. La personne sait que c’est toi qui lui envoie ce message.

– Oui, mais je trouve cela plus poli ! “

J’ai aussi dit l’autre soir, à un dîner,  feuilleton au lieu de série !

 

Un peu de philo.

Comme régulièrement,  j’ai assisté aux Lundis Philos de Charles Pépin au MK2 Odéon.

Ce lundi-là : Peut-on regarder la vie dans les yeux? 

 

Ce que j’aime chez Charles (outre son intelligente sexytude) est qu’il soit capable de s’inspirer d’une chanson de Benjamin Biolay pour construire ses interventions. Dans le cas présent:

“La vie n’aime pas qu’on la regarde dans les yeux.” ( Volver)

Vaste question…Qui revient, pour Charles, à se demander si on peut regarder la vérité en face. Non. Car les représentations que nous nous faisons de la réalité nous empêchent en fait de la voir telle qu’elle est. Le rôle de la philosophie est alors de nous apprendre à voir la vérité avec les yeux de l’esprit.

La seule vérité de la vie qu’il faut regarder dans les yeux : être parfaitement conscient que nous ne sommes pas complets, que nous sommes dépendants et fragiles, que nous avons besoin d’amour(s). C’est cela qu’il faut regarder au fond de soi.

On doit, sans illusion, admettre que la vie est absurde, souvent injuste, mais qu’elle est belle quand même.

 

In Matures à la une.

US vs France (égalité) 

Un ciné.

Le brio d’Yvan Attal.

J’y suis allée avec ma fille (oui, celle qui me traite de vieille). Même couple générationel que celui formé par Daniel Auteuil et Camélia Jordana (excellente).  Je suis quand même beaucoup plus cool  (et plus jeune) que ce professeur d’université qui, pour ne pas être accusé de racisme, doit coacher son étudiante pour des concours d’éloquence.

Ok, le film réunit pas mal de clichés, mais franchement ça fonctionne quand même très bien. Nous y avons passé, mère comme fille, un très bon moment.

 

 

Un concert au ciné.

L’idée est assez étrange. Mais, je ne pouvais pas râter la diffusion en version restaurée et son mastérisé du concert mythique de mon dieu Prince. De la tournée Sign o’ the times de 1987. J’y étais à l’époque à Bercy. Dans le ciné, les spectateurs ont essayé de se comporter comme un vrai public de concert : chants, applaudissemnts, briquets… Mais, bon l’ambiance n’y était quand même pas complètement. Mais génial de voir tous les détails d’un concert aussi culte que celui-ci !

 

 

4
Share

Cette fameuse confiance en soi….

Sur cette photo, je trouve que j’ai l’air d’avoir vraiment confiance en moi

et

elle me donne confiance en moi parce que je me trouve bien dessus, ce qui est rare (que je me trouve bien).

Cette notion de confiance en soi met en lumière toutes mes contradictions.

J’aimerais être la nana vraiment sûre d’elle. Mais, j’ai dû mal à supporter ceux qui donnent le sentiment de se sentir supérieur.

J’ai toujours l’impression que je ne vais pas y arriver, que l’on ne va pas m’aimer etc. Mais, au fin fond de moi, se cache malgré tout un paquet de prétention.

Je ne supporte pas cette femme parfois un peu gauche. Mais, j’aime aussi mon côté, qui doute, qui, je le sais, me pousse à donner le meilleur de moi-même.

Pffff

Comme le savez peut-être, j’aime assister aux lundis philo de Charles Pépin.

Le dernier thème abordé :

LA CONFIANCE EN SOI EST-ELLE UNE QUALITÉ?

Evidemment, on a envie de lui crier OUI !

Qui ne rêve pas d’avoir cette assurance dans la vie lui permettant de se savoir capable d’affronter moult situations?

Mais Charles, lui, se méfie de l’idée même de confiance en soi !

Car :

Confiance = se fier totalement = ne pas chercher la contradiction

→  Trop confiance en soi = ne pas avoir besoin des autres.

Alors qu’il il faut avant tout croire en sa capacité d’être en lien avec les autres.

Et, puis, mon philosophe préféré (je dois avouer que je trouve Charles tout en intello sexytude) n’aime pas la notion du SOI !

Trop restrictif.

Pour lui, la vraie confiance en soi serait une confiance en quelque chose de plus grand que soi.
Là, j’avoue, Charles m’a un peu perdue.

Et, il se méfie de ce qui serait de l’ordre de l’ego. Qui risque d’amener à l’orgueil, l’arrogance.

Puis, il cite Foucault pour évoquer la notion de “souci de soi”.

Ça j’aime bien !

L’idée de prendre soin de soi, de s’entretenir dans le souci de s’améliorer. La confiance en soi vient alors de surcroit.

Donc, ce n’est pas une qualité mais une conquête ! 

Avec la conscience de soi  = se faire confiance même si je sais qu’une grande partie de moi m’échappe.

Et, bien en voilà, j’ai enfin trouver un sens à donner au fait de vieillir.

Il s’agit d’une quête de s’améliorer.

En ayant toujours confiance en ses capacités et en sa capacité à apprendre.

Ce que confirme Anita Pinato, coach et créatrice du site Science du bonheur présentée dans ce post.

“La confiance en soi n’est ni une qualité, ni un défaut. C’est une aptitude. Qui s’apprend par l’action. Comme le sport, c’est un entrainement.

Alors, je ne vais plus vieillir, mais

  • Je vais, quel que soit l’évenement, de plus en plus savoir que j’ai la capacité d’y faire face.
  • Je vais pouvoir de mieux en mieux mobiliser, quelle que soit la situation, mes nombreuses ressources pour la traverser.
  • Je vais être de plus en plus consciente que je ne peux pas plaire à tout le monde (même si en vrai, j’aimerais vachement).

Vieillir = Une bonne confiance en soi.

Alors, je ne vous dis pas comment on va se la péter, tous, à la maison de retraite dans nos couches Confiance (désolée, pas pu m’en empêcher). Et, d’ailleurs, la petite vieille qui fait ses courses au Franprix aux heures de pointe, je la trouve d’UNE ARROGANCE !

En attendant, vous pouvez assister à un atelier d’Anita Pinato ou télécharger son ebook sur la confiance en soi.

” QUE VOUS PENSIEZ Y ARRIVER OU NON, VOUS AVEZ RAISON DANS LES DEUX CAS”.

 Henry Ford.

8
Share

Voilà, voilà… Je viens d’avoir 55 ans.

55 ans. Putain !

Là, franchement, ça me fait chier.

Et, oui, je parle mal. je perds mes filtres !

Ok,ok, je positive.

Et, puis, après tout, 5 a toujours été mon chiffre préféré. D’ailleurs, je vais dire five/five pour annoncer mon âge, je trouve cela plus funky.

Mais, là, quand même, ça me fait chier.

On ne va pas se mentir, five/five, ça commence à être vieux!

Sans compter mes 2 “post traitement Roaccutane” qui n’ont cessé de me répéter  : “maman dans 5 ans, t’as 60 ans.”

Alors, pour faire de ce nouvel anniversaire qui revient bêtement tous les ans, un moment spécial et gonfler mon ego, depuis plusieurs jours, Facebook faisait passer sur ma page cette photo :

 

 

 

Cool : I’m sooo fabulous!
Mais quand tu regardes le nom de la page… c’est nettement plus boulesque!

 

Anniversaire - 55 ans - blog femmes 50 ans - quinqua

( Mais qui a trouvé un nom pareil ?)

Alors, pour rester zen, va falloir être philosophe, trouver un sens au fait de vieillir.

Je me demande parfois à quel âge j’aurais voulu arrêter le temps?
Impossible de répondre à cette question, finalement.

Car, si j’avais arrêté le temps, je n’aurais pas eu mes enfants; si j’avais arrêté le temps, je n’aurais pas aujourd’hui face à moi, deux jeunes adultes ;  je n’aurais pas rencontrer telle ou telle personne, réaliser telle ou telle chose.

C’est hyper philosophe ça, non?

J’ai par ailleurs, dernièrement assisté à une conférence de Charles Pépin sur : “Qu’est-ce que vieillir?”

Selon lui, vieillir est gagner en sagesse sceptique en s’allégeant de ses convictions. La jeunesse se traduisant par la force de ses convictions (on sait à peu près tout sur tout). J’ai même été, jeune, socialiste, c’est vous dire!

Pour Charles Pépin, toute conviction est pathologique en ce sens où elle est liée à tout ce qui nous détermine à notre naissance, à notre héritage familial et social. Alors, vieillir, c’est se détacher progressivement de notre “héritage” non consenti. C’est s’alléger de tout ce qui nous a toujours alourdit.

Et, comme le disait, non pas un philosophe, mais le boxer Muhammad Ali (comme quoi) :

” A man who views the world the same at 50 as he did at 20, has wasted 30 years of his life.”

Ok, Charles, mais vieillir, c’est aussi le rétrécissement des possibles, non?

Non, non, non, impossible de coincer Charles (perso, entre 4 murs, cela ne me dérangerait pas, je le trouve intelligemment sexy, comme je vous l’ai dit, je perds mes filtres) !

Si le choix des possibles se rétrécit, cela veut dire que l’on a déjà pris beaucoup de décisions, on a déjà explorer beaucoup de possibles. Et, ce sont ces décisions, ces choix, ces possibles qui nous ont permis, en fait, de nous affiner, de tendre vers notre singularité !

Il parle aussi de sagesse sceptique joyeuse.

Kesaco? Savoir réagir à une situation, enfin?

Oui mais pas que. C’est également savoir qu’il y a plein de situations où l’on ne saura pas comment réagir, que l’on ne peut pas tout maîtriser. Et, surtout avoir enfin compris que ce n’est pas grave !

Alors, oui, je suis vieille. Mais la vie est si bien faite que je ne me rends même pas compte à quel point.

Cette citation de Paul Léataud est donc parfaite :

” – Qu’est-ce que vous faites?

– Je m’amuse à vieillir. C’est une occupation de tous les instants.”

Alors tant que je m’amuse (même si cela ne me fait pas tous les jours marrer)… Jeune Vieillis Pas.

 

 

9
Share
,

Danser sa vie !

Et, oui, je suis au Brésil (je sais, j’ai une chance de dingue !). Le pays de la danse, du rythme…

Et, synchronicités de la vie…

J-6 avant mon départ.

J’ai assisté à un des lundis philo de Charles Pépin  : 

Peut-on « danser sa vie », et danser toute sa vie ? Tel en était le thème.

Le philosophe Charles Pépin voulait nous faire réfléchir sur cette citation de Prince :

« Nous allons tous mourir un jour, mais avant que cela n’arrive, je vais danser ma vie.”

Un philosophe qui cite Prince d’entrée de jeu a déjà toute ma sympathie et mon attention !

Bon, il a très vite enchaîné sur Nietzsche.

Tout ce qui pèse doit s’alléger, tout corps devenir danseur, tout esprit oiseau”

Mais, cette citation me parle tout autant.

En fait, pour le philosophe, seule la danse permet la réconciliation du corps et de l’esprit. “Danser, c’est s’oublier pour mieux exister.” Explique t-il. Et, de citer Bergson.

“Nous sommes libres quand nos actes émanent de notre personnalité entière, quand ils l’expriment, quand ils ont avec elle cette indéfinissable ressemblance”

Alors, bien sûr, la danse est alors une métaphore de la vie. Quand on danse, nous sommes pleinement ce que nous sommes. Notre démarche nous est propre, notre façon de danser l’est tout autant. Danser (vivre sa vie) serait trouver comment exprimer sa singularité. Mais, quand on danse ” ensemble”, on doit aussi se régler sur le rythme de l’autre.

Et re une citation de Nietzsche pour conclure :

“Il faut avoir une musique en soi pour faire danser le monde”

 

 

Une jeune ballerine improvise au son d'un saxo pour conclure la séance
Une jeune ballerine improvise au son d’un saxo pour conclure la séance

 

 

J-3 avant mon départ :

 

 

img_3505

 

Il est vrai que le pitch de “Les chatouilles ” ne fait pas danser de joie. Petite fille de 8 ans, Odette, passionnée de danse classique, est abusée par un « ami de la famille ». L’actrice-danseuse Andréa Bescond, auteure du texte, donne la parole à la jeune femme qu’Odette est devenue. Quand, quinze ans plus tard, celle-ci finit par porter plainte puis par convoquer sa mère (qui n’a rien vu) chez la psy.

Je ne vous cacherais pas, même si on y rit aussi souvent, que l’on ressort de ce spectacle plutôt sonné. Mais, il s’agit avant tout du parcours d’une « résiliente » sauvée par la danse. Ou “quand la vie fait taire les mots, naissent les paroles du corps.”

Alors, moi, ce que je conclus de ce séance philo et de ce spectacle :

Au lieu d’essayer de méditer (franchement, je vous jure, j’essaie vraiment, mais je n’y arrive pas), je vais me mettre 10 minutes par jour de la musique à fond dans mon appart et danser, danser, danser car :

« Nous allons tous mourir un jour, mais avant que cela n’arrive, je vais danser ma vie.”

 

Blog femmes 50 ans

 

 

 

Une In Mature stylée croisée sur la plage de Copacabana

 

Femmes matures- blog femmes 50 ans - quinqua

 

4
Share