Bien vieillir : Les hommes aussi !

Olivier Philippe est un jeune réalisateur…

… de fiction. Car, il est, depuis des années, un réalisateur reconnu à la télé (Le meilleur pâtissier sur M6, Les pouvoirs extraordinaires du corps humain sur France 2 etc.)

” J’ai attendu 50 ans pour réaliser mon rêve de jeunesse. Et m’orienter vers la fiction. Un vrai cheminement de vie… pour prendre le chemin que je voulais prendre enfant.”

Olivier vient de présenter, après de 2 ans de travail, son premier court-métrage de 18 minutes : CARMA. Qui va maintenant partir sur les routes des festivals de France et de l’étranger.

 

 

 

L’occasion de lui demander s’il est un homme qui est une femme (qui vieillit) comme les autres !

– Alors, cela vous fait quoi d’avoir 49 ans ?

Je n’arrive pas à vraiment m’en rendre compte. Tout le monde me dit : “Alors l’année prochaine, c’est 50 ans“. Mais, à part peut-être pour faire une fête, cela ne me fait pas grand chose.

Je me souviens très bien, qu’il y a une dizaine d’années, j’ai rencontré le mec d’une copine qui avait 50 ans. Je lui trouvais le même style, la même attitude que moi. Et, j’ai le souvenir vraiment précis de m’être demandé jusqu’à quel âge on se maintient comme cela. Bon, aujourd’hui, je ne me pose même plus la question.

Mais, je dois avouer que j’ai beaucoup de chance. Que j’ai une bonne nature. Je rentre dans les mêmes fringues qu’à 18 ans. Et, j’ai commencé à avoir des cheveux blancs à la vingtaine. Donc, pas vraiment de différence aujourd’hui. 

Depuis quelques temps, je n’ai pas eu le temps de faire du sport. Je pense quand même qu’il va falloir que je m’y remette ! 

En fait, j’ai peur de perdre des choses. Comme l’anglais par exemple. Je parlais super bien. Mais, je me rends compte que j’avais 25 ans à l’époque. Ça commence à faire un bail. 

 

– Une définition du bien-vieillir.

 

Avec de l’amour et des projets.

Ce qui est vrai à tous les âges. Mais passé la quarantaine, on est moins dans la recherche de choses à prouver. On peut vraiment se consacrer à cultiver ses relations humaines. On voit tellement de personnes âgées si seules.

Le plus important est de toujours avoir le sentiment d’exister. D’avoir une place dans le monde. Alors, des projets, encore des projets.
Là encore, j’ai de la chance. Comme je suis créatif, j’ai toujours envie de faire des nouvelles choses. Faire un film comme fabriquer un meuble.

Aujourd’hui, j’ai plus un problème de temps pour faire tout ce que j’ai envie de faire.

 

– On dit “Les hommes mûrissent, les femmes vieillissent”, qu’en pensez-vous? 

 

C’est heureusement de moins en moins vrai.

Cela vient, je pense, d’une des grandes énigmes de la nature. Où l’homme est fait pour être reproducteur le plus longtemps possible.

Mais en fait, cela veut peut-être tout simplement dire qu’il est temps que les hommes mûrissent enfin ! Ils sont à la base plus cons que les femmes. Vieillir les pose, les fait réfléchir.

 

3
Share

Plus de 45 ans et changer de vie professionnelle !

Marie, 49 ans

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

Marie vient d’ouvrir à Genève un concept store proposant des marques de mode, de déco qui partagent des valeurs éthiques et solidaires : Supplément d’âme (11 rue de la Terrassière)

” Ce que je choisis de vendre est d’abord beau. Mais, a aussi une “histoire” à raconter. D’où le nom : supplément d’âme.”

Un vrai virage pro ! Rien ne prédisposait Marie à ouvrir son propre commerce. Jeune femme ambitieuse, elle décide il y a près de 30 ans de faire carrière dans le secteur bancaire. Elle y exerce de nombreux métiers. Elle lèvera juste le pied à la naissance de son fils (20 ans aujourd’hui) en bossant à mi-temps.

“Mais 4 ans plus tard, j’ai divorcé. Il fallait donc que je sois à nouveau indépendante financièrement. Déjà à ce moment-là, je ne voulais pas vraiment retourner dans le secteur bancaire. Je sentais déjà que j’avais envie “d’autre chose”. Mais, bon, c’était plus facile alors de trouver un job dans mon domaine de compétence. Et, finalement, j’ai bien fait d’y retourner. Car j’ai rencontré alors des personnes qui faisaient de la finance durable. Je me suis sentie en phase avec ce type de valeurs. Une petite graine a commencé à germer… “

Marie, alors qu’elle est toujours en poste, suit un module de formation sur la finance durable à l’université. Elle cherche à se diriger vers ce secteur. “ Il s’agit encore d’une niche, c’est un milieu très difficile à pénétrer.”

Je commence alors à penser à un plan B avec une envie grandissante de travailler à MA manière. Un jour, dans un grand magasin, j’ai un coup de foudre pour de superbes robes indiennes, super colorées, hyper gaies de la marque Dandy& Brooks. Des créations artisanales mais au goût occidental. Juste sublime! Je discute avec la créatrice. Une femme très engagée pour le commerce équitable, écolo qui fait très attention aux colorants utilisés par exemple.”

Ça fait tilt. Marie se dit que ce type d’offre : de la qualité, de l’artisanat… manque à Genève. Elle sent qu’elle tient un truc en cohérence avec ses propres valeurs. Passe des heures et des heures sur Internet à la recherche d’autres marques qui partagent cette même philosophie. Comme Muskhane, Naram (Je vous ai d’ailleurs présenté Muriel, la créatrice des merveilleuses étoles en cachemire Naram dans ce post. ). Avec la vraie conviction que “la slow fashion” est LE marché d’avenir.

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

“C’est amusant est de constater comment les choses finissent par s’enchaîner naturellement quand on est sûre de son but. Tu as le sentiment q’une une autoroute s’ouvre.

“Il fallait trouver le bon lieu. Une boutique bien placée, c’était fondamental pour la réussite de mon projet. Alors que je me promène dans le quartier des eaux vives, un quartier à la fois populaire et bobo, je commence à aller voir les commerçants pour parler avec eux, savoir comment cela se passait pour eux. Un d’eux m’apprend qu’il y a une arcade à remettre (reverso franco/suise: un pas de porte à louer ).”

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

“Le loyer est très correct mais son attribution est sur concours à la mairie de Genève. Je dépose mon dossier: un vrai business plan avec la première marque qui a accepté de me suivre, Muskhane. Et, là, crac boum : le ok de la mairie de Genève”.

Marie file alors sa démission dans la foulée. Elle profite d’un fonds de pension qu’il est possible de débloquer en Suisse quand on se met à son compte étant rassurée sur l’avenir de son fils (ayant économisé suffisamment pour lui financer ses études.)

 

 

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

“Je viens d’ouvrir, c’est le bonheur absolu. Cela a a hyper bien démarré. Et, pour moi, grande shoppeuse, quel rêve de travailler dans la mode, la déco !”

 

Blog femmes 50 ans - quinqua

 

 

20
Share

Ghys, 49 ans.
Ghys, 49 ans.

Ghys a une double casquette. Elle est “coach comportemental”. Elle travaille d’ailleurs à l’élaboration d’un programme individuel et personnalisé d’accompagnement “anti-aging”. Je pense que j’aurais l’occasion d’en reparler… Mais, elle est aussi chanteuse ( auteur, compositeur, interprète). 

1- Comment décrieriez-vous votre look?

D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours considéré ma façon de m’habiller comme un moyen de communication. Alors, mes choix dépendent de mon humeur du jour, de ce que je souhaite “transmettre”. Je rentre dans un vêtement comme dans un rôle. Cela peut aller de tenues “politiquement correctes” à des choses plus extravagantes, plus liées au monde du spectacle.

J’essaye de garder un esprit “Djeuns”. Je fuis tout ce qui pourrait faire “dadame” Et, à mon âge, je suis tout à fait consciente de mes défauts et qualités. Je sais aujourd’hui faire avec ce que j’ai.

2- Votre routine anti-âge?

Pendant très longtemps, pas grand chose. Je pensais que “l’âge”, c’était pour les autres. Puis, j’ai fait un peu de Botox, mais je trouve cela trop cher et cela ne tient pas assez longtemps.

Je suis assez fan de sérums pour la peau.

Mais, j’essaye surtout d’être positive. Quand je le suis, je rayonne d’une certaine forme de jeunesse intérieure. Et, ma passion pour la musique me fait garder une âme d’enfant.

Même si j’attache une certaine importance à l’apparence, j’ai plein d’autres choses qui nourrissent ma vie. De toute façon, je refuse de lutter contre l’inéluctable. On s’abîme dans la lutte.

Et, comme la jeunesse vient, aussi,  de l’intérieur, je me pose en ce moment beaucoup de questions sur une bonne alimentation anti-âge.

3- Ce qui vous gène le plus dans votre âge?

Je m’en veux du  manque de conscience de ce que j’avais… avant.

Je vois des photos de moi plus jeune, et je regrette de ne pas avoir assez réalisé que j’avais beaucoup de chance. Je voyais surtout le négatif, mes complexes.
Alors aujourd’hui, j’essaye, chaque jour devant la glace, d’être ravie de ce que je vois. Car, je sais, que cette tête-là, je la regretterais dans une quinzaine d’années.

 

1
Share

Jeune Vieillis Pas
49 ans

 

Catherine est “sound designer”. Elle s’occupe d’identité musicale pour des marques. Pour découvrir son univers: allez écouter sa web radio: 3Note Paris 

1- Comment décrieriez-vous votre look?

Simple et sympa ?

Je suis à la fois classique. Avec des vêtements très structurés. Mais, j’aime aussi le “n’importe quoi”, le fruit du hasard. Je le laisse le plus souvent me guider.

Je m’habille à peu près  pareil depuis 30 ans. A l’exception des débardeurs  à fines bretelles. Définitivement abandonnés pour ne pas rendre jalouses les chauve-souris.

Mes amis me disent que je suis rock&roll. Je ne sais pas vraiment ce que cela veut dire. En fait, j’aime porter un jean, un Tshirt et une veste cintrée. J’adore aussi les robes vintage très féminines. Je devrais en porter plus souvent.

2- Votre routine anti-âge?

À une époque, je faisais des injections d’acide hyaluronique. Mais, j’ai arrêté. Trop cher, pas assez de temps. Même pas celui d’aller chez le coiffeur. J’en referais peut-être. Si j’y repense.

En fait, je suis plutôt sereine dans mon corps. À part mon cou de dinde sous mon menton de furet, mais je l’oublie assez vite et de toute façon, il n’y a rien à faire.

L’important est surtout de savoir gérer son allure, d’en jouer et de s’en amuser.

3- Qu’est-ce qui vous gêne le plus dans votre âge?

La mémoire, je n’ai plus de mémoire!

Et, puis, j’ai les bras mous. Je trouve cela moche.

Je suis consciente du temps qui passe de façon irréversible.  Ce qui me gêne le plus est peut-être de devoir accepter un jour d’être malade.

Mais, du coup, je vis  avec plus d’intensité. Je vois la beauté des choses en tout.

Je fais aujourd’hui ce que je veux faire et non plus ce que l’on attend de moi. Et, l’âge m’apporte le bonheur d’avoir l’élan de dire aux gens que j’aime que je les aime.

 

3
Share