Est-ce qu’un jour je ne vais plus me reconnaître?

Vieillir dans la glace ou en photo…

Nous avons tous une photo jaunie de notre grand-mère “jeune”.

 

blog femmes 50 ans - quinqua - vieillir- bien-vieillir

 

Et, franchement, on ne reconnait pas la femme chez qui nous avons passé une partie de notre enfance.

Difficile d’imaginer mamie jeune fille! Une grand-mère peut-elle avoir été jeune (et belle)? Impossible de faire coïncider les deux images.

Bon, il est vrai que ma grand-mère faisait partie de cette génération de femmes qui avaient tendance à “lâcher l’affaire” à la ménopause. Prise de kilos, adoption du nylon/Tergal et “mise en plis/reflets bleutés” une fois par semaine chez le coiffeur.

OK, disons alors que c’est normal de ne pas “reconnaître” sa grand-mère.

Mais, moi?

Y’a t’il un jour où je vais me dire devant une photo ou devant la glace : non, ce n’est plus moi ? Rien que de me poser la question me fait flipper.

Et, c’est un sujet qui me turlupine (le mot so “20ème siècle” du papier). Je l’ai déjà traité dans ce post : il ne m’a pas reconnue! 

 

blog femmes 50 ans - quinqua - bien-vieillir

 

Bien sûr, j’ai changé. J’ai vieilli. Mais cette gamine de 20 ans, je la reconnais. J’y retrouve mon image (enfin, ça dépend des matins).

Qu’est-ce qui transforme un visage? Y’a t-il un moment où mes traits vont vraiment se brouiller.

Qu’est-ce qui nous “défigure”?

Des rides? À priori juste quelques traits qui s’incrustent sur la photo. Des joues qui s’affaissent, un regard qui s’éteint un petit peu? Effectivement, je vois moins d’insolence dans mes yeux d’aujourd’hui également plus cernés.

Des cheveux blancs? Je n’en ai pas vraiment. Mais, j’ai rencontré une femme de 64 ans qui me racontait avoir eu du mal à assumer sa chevelure blanche. “J’ai vécu cela comme un changement d’identité. Toute ma vie, j’avais été “une belle brune”. Je n’étais plus brune !”. 

J’ai revu également un ancien “petit ami” de quand j’avais 14 ans. Je ne l’avais pas revu depuis 40 ans. Putain, rien que d’écrire cela me semble surréaliste. Je n’ai cessé (d’essayer) de le fixer. Rien (pas un trait, une expression) ne m’a rappelé quelque chose.

Alors, que j’ai toujours des amis de la même époque. Et, je n’ai pas le sentiment qu’ils aient changé tant que cela, eux. (Cela dit, pour préparer ce post, je me suis replongée dans mes albums et j’ai retrouvé certains “dossiers’ sur quelques uns. Que je me suis empressée de leur faire parvenir. Mon intégrité physique a quasi été menacée si je rendais certains clichés publics. Comme quoi le sujet est touchy.)

Finalement, les gens que l’on voit régulièrement ne changent pas à nos yeux. Alors, comme moi, je me vois tous les jours.

Je continue inlassablement à remplir mes albums photos à chaque vacances. Albums que j’espère avoir plaisir à consulter à mes vieux jours…

Tant qu’il n’est pas douloureux de les regarder…

J’ai le souvenir de ma mère, qui a 70 ans, abîmée plus par la maladie que par l’âge, se faisait du bien en décorant sa cuisine (pourquoi sa cuisine?) avec des photos d’elle du temps où elle était mannequin. Mais qui répétait cette phrase que je détestais : “on ne peut pas être et avoir été.”

Moi, je veux avoir été et toujours être.

Sur certaines photos “d’avant”, je n’ai que le regret de ne pas en avoir été assez consciente que j’étais “jeune et jolie” à l’époque.

Alors, aujourd’hui,  je vais essayer de mieux aimer mon image, car c’est celle-là que je vais regretter dans 20 ans (inch allah). Et, quand je regarde des photos de moi ado, c’est maintenant, surtout ma fille que je retrouve quasi trait pour trait. Et, cela, c’est bien !

 

À mamie, à maman, à ma fille…

 

blog femmes 50 ans - quinqua - bien-vieillir

 

Bon, je n’aurais jamais cru mettre un clip de Michel Sardou dans un des mes posts (comme quoi, on change…). Mais, ça colle bien (mention spéciale au blouson et au petit foulard autour du cou)

 

 

 

 

 

Share

About virginie

41 comments on “Est-ce qu’un jour je ne vais plus me reconnaître?

  1. la peur de ne plus se reconnaitre je ne pense pasque cela risque de t’arriver. Il est vrai que l’on ne se voit pas vieillir mais par contre on voit les autres changer. prends soin de toi reste come tu es passionnée et tu seras la meme dans 20 ans bisous

    • Merci Nicole, bon week-end !

  2. Je recopie cette phrase car c’est également ce que je ressens :
    – Sur certaines photos « d’avant », je n’ai que le regret de ne pas en avoir été assez consciente que j’étais « jeune et jolie » à l’époque.-
    C’est tellement vrai !
    Comme on a été idiote de se trouver moche, grosse, pas assez ceci, pas assez cela …
    Moi je voulais ressembler à Jane Birkin donc je n’aimais pas mes seins, pas mes cheveux frisés (car je n’ai aucune ressemblance avec elle). Heureusement, on est plus sage, je m’accepte un peu mieux en vieillissant et je ne veux plus ressembler à personne enfin j’essaie (pas facile).
    Bises

    • C’est vrai que l’on a enfin cette maturité là : savoir que l’on ne peut ressembler à personne qu’à soi-même. Bon we princesse

  3. Oh quel post qui nous plonge dans nos interrogations existentielles – évidemment, nous changeons physiquement, et rares sont ceux et celles qui changent en mieux…Comme vous dites si justement, ne vivons plus avec le regard en arrière, avec regret, nous n’avons pas le temps. Profitons pleinement de ce que nous sommes right now, Carpe Diem, et essayons de garder un peu d’insolence dans notre regard, signe d’éternelle jeunesse ! 🙂
    Pour Sardou, vous êtes pardonnée…et quelle belle photo !

    • Vous avez tout à fait raison, gardons de l’insolence dans le regard !

  4. Alors déjà avec cette chanson tu me donnes les larmes aux yeux.
    Suis sensible moi et quand je revois ma maman jeune et aujourd’hui à 85 ans et pourtant coquette mais très fatiguée,alors oui j’ai peur .
    Moi je me vois vieillir mais moins que je ne vois les autres .
    Il ne faut pas se cacher la vérité mais essayer de se maintenir pour garder sa dignité le plus longtemps possible.
    Surtout quand on a la santé,ça cest précieux.
    Bon we !
    Bises

    • Je dois avouer que j’ai eu la gorge un peu serré en écoutant VRAIMENT les paroles de cette chanson…

  5. Mais tu nous fous un coup de nostalgie ! Je ne me reconnais plus mais je m’aime enfin ! Je me trouve enfin pulpeuse, j’aime ce que je suis aujourd’hui. Mon homme me regarde comme si j’avais encore 30 ans alors ça va.
    Par contre Sardou je pleure avec toutes ses chansons, c’est normal docteur ?

    • Alors pleurer sur TOUTES les chansons de Sardou… “Je ne me reconnais plus mais je m’aime enfin” Quelle belle conclusion à ce post.

  6. Ha ouai Sardou … T’as plus aucune inhibition !!! Sinon à propos de ton post il faut que je te dise que tous les matins face au miroir je me demande ce que ce mec fout dans ma salle de bain…

    • Il m’arrive de me demander ce que mon père fait dans ma salle de bain!

  7. j’adore tes mots…

    • Merci, ils sont écrits pour être aimés !

  8. Je trouve qu’on te reconnait bien par rapport aux photos que tu as mises. Et j’adore celle des 4 generations réunies.
    Je pense que ce que tu dis est tout a fait vrai, on ne vois pas les gens qu’on voit tout le temps vieillir (nous meme inclus).
    Je m’en rend compte a chaque visite en France par contre. J’ai peur de la fois ou on me dira: “t’as vieilli” Gloups

    • Les français ne disent jamais ça ! Dans ton dos peut-être…

  9. Tu veux que je te dise, il ne faut pas trop se pencher sur les vieilles photos de nous, c’est un privilège de vieillir, j’ai perdu tellement des miens jeunes que je me sens chanceuse
    J’ai aussi une maman de 86 que je trouve vraiment jolie -;)
    Bisous ma belle, un article passionnant

    • Tu as bien raison : vieillir est un privilège. Je le sais d’autant plus que la personne avec qui je pensais le faire n’a pas eu cette chance.

  10. Touchée… Coulée… Magnifique article. Tout y est !
    Je me pose cette question très souvent. Honnêtement, je n’accepte pas le changement physique qui s’impose à moi depuis mes 45 ans, alors dans 20 ans..
    Avant, c’est l’insouciance. On a effectivement souvent raté d’y prêter plus d’attention, parce que cette question là justement, nous ne l’avions pas en stock, simplement.
    On a eu des périodes où l’empressement masculin gênait terriblement. On se disais à l’époque : avec l’âge, ça va passer.. ! Oui, effectivement, ça passe gravement pour le coup. Ils ne doivent plus croiser la même personne. Même les vieux copains prennent des gants pour dire certaines choses : Super ta coupe de cheveux ! Jolie robe !
    Positive attitude ? Bien, moi j’avoue que je n’y arrive pas et j’accepte de ne pas apprécier.
    Je trouve que l’on fait beaucoup semblant d’arriver à adopter ce changement physiquement. C’est de la méthode Coué souvent hypocrite. Mais on a pas le choix ! Mais c’est hypocrite en ce qui me concerne de dire que c’est super de vieillir.
    Je me demande aussi tous les matins ce que ma mère fait dans ma salle de bain et je sursaute.. (Identité que l’on assimile : ressemblance et personne, projection dans l’avenir. Avenir ? Ah non ! On y est déjà nous dit le beau miroir !)
    Les anciennes photos me prennent carrément “aux corps”. Mais je les regarde, j’aime voir ma vie devant moi et sa réalité qui nous donne le beau chemin parcouru.
    J’adore ta photo 4 générations.
    Sir Michel Sardou doit avoir le même souci sur le manque de reconnaissance. Le texte de la chanson résume bien ton post.
    Merci pour cet article Virginie, je fonce sur du Prozac (Je plaisante, je suis médecine douce, tout baigne, je vais me refaire une beauté.. et peut-être que ne pas accepter de se reconnaitre c’est vivre en restant entier). Bon week end.

    Nb / je ne sais plus qui a écrit : “Il y a l’âge que l’on a, celui que l’on pense avoir, celui que l’on imagine que les autres nous donnent et celui qu’ils nous donnent vraiment ?” ! Peut-être que l’on peut transposer pour le physique ? Je ne sais plus.

    • Mais bien sût qu’il serait hypocrite de dire que l’on aime tous les jours notre “nouveau moi”. Surtout que dans la tête, pour revenir à la phrase que tu cites, on n’a pas dut tout le sentiment d’être “aussi vieille”. D’où le titre de ce blog. Je ne vieillis pas (trop) dans la tête, mais physiquement, je sais bien que je morfle ! En tous les cas, merci d’avoir pris le temps de me donner ton ressenti. Bon we.

  11. C’est grâce au blog que j’ai commencé à m’accepter êt a m’aimer ! Je ne m’aime pas quand j’étais jeune ! Ce n’était pas moi ! J’ai commencé a changer à 40 ans en faisant un burn OUT êt en prenant mon indépendance en tout ( look, coupe de cheveux, changement de vie, un 4 éme enfant … ) je m’aime enfin aujourd’hui malgré mes rides, la perte de fermeté … Ôn verra au fur et à mesure lé tout etant de rester en bonne santé !

    • Mais oui, bien sûr, on peut aussi changer en mieux !

      • Le fait de se sentir mieux dans sa peau y fait beaucoup ! 😉 Et en général, c’est souvent en vieillissant qu’on prend de l’assurance !

  12. Touchée! Moi, je ne me reconnais plus… Dans la glace, je vois une autre personne, et pire, sur certaines photos, je ressemble à ma mère en vieillissant (l’expression plus que les traits) alors que je ne lui ai jamais ressemblée…
    On me reconnait à ma voix, qui, elle, n’a pas changé.
    Ce ne sont pas les rides, ni même les kilos. J’ai changé, plus profondément que je le pensais sans doute et je suis une autre personne.
    Bon, c’est comme ça.
    Je dois m’y faire!

    • Ben moi, en vieillissant, je trouve que je ressemble de plus en plus à … mon père!

  13. Magnifique photo des 4 générations…Les photos moi je ne m’y reconnais pas toujours mais je vois les ressemblances..Avec ma mère et mes filles..C’est pour cela que je vias sauter lle pas d’au moins le blépharoplastie si pas celle du lifting..cet automne

    • Tu as bien raison si tu penses que c’est vraiment important pour toi.

  14. CC Virginie,
    A Sardou que de souvenir, toute notre jeunesse, moi je m’aime bien et je me plait maintenant et quand je regarde les vieilles photos j’ai une pointe de nostalgie, j’espère vieillir le mieux possible mais surtout avec la santé.
    Bon dimanche ma belle,
    Bises

    • C’est bien la santé le plus important. Saine et en bonne santé, on rayonne!

  15. Euh… Pas tres gai ce post, il pourrait presque plomber ce doux après midi si je n étais pas cette éternelle optimiste, simplement heureuse ( ca se travaille ! ) et convaincue que nous sommes toujours les petites filles que nous étions… Il suffit juste de ne pas oublier et ne pas se perdre en route !

    • Effectivement, l’optimisme se travaille. Moi, j’aime bien être pessimiste, du coup, j’ai toujours des bonnes surprises.

  16. Chère Virginie, j ai découvert votre blog il y a peu et je me reconnais dans tous vos articles! Tout comme vous je ne supporte pas que l‘on dise “on ne peut pas être et avoir été”. Moi aussi je veux ETRE jusqu’au bout et je ferai tout ce qu‘il faut pour y arriver! Les collègues qui me sortent ce genre de phrase estiment que parce que l on approche de la cinquantaine, c‘est foutu! Les bourrelets, c‘est normal, les bras qui pendent, c‘est comme ça… le problème est que dès l instant où on est pas trop mal physiquement et qu‘on fait un peu attention à soi, c‘est le genre de discours que l‘on entend et pour la confiance en soi, c‘est pas terrible! Moi, ça fait au moin dix ans que j‘entends ça et je n‘ai que 46 ans! J‘ai parfois le sentiment d‘être vraiment vieille !.. heureusement quand je lis vos articles, ça me redonne la pêche!
    {Je trouve que votre maman était très belle}
    Au plaisir de vous lire…

    • Merci Virginie (oh quel joli prénom…) pour ce gentil commentaire. Trop contente de parfois te filer la pêche (bien que ce post soit un peu nostalo-mélancolique). Et, tu as bien raison de faire tout ce que tu peux pour te sentir bien. C’est la clef! Bonne journée.

  17. Bonjour Virginie,

    J’ai découvert votre blog il y a quelques semaines et je me permets de vous contacter car je souhaite vous proposer un contenu qui pourra certainement vous intéresser, ainsi que vos lectrices.

    Je m’appelle Marie, et en toute transparence je travaille pour une agence de communication santé. Nous venons de mener une enquête miroir auprès des gynécologues et des femmes de 45 à 65 ans, pour en savoir plus sur leur rapport à leur intimité et notamment lors du cap particulier de la ménopause qui entraîne quelques changements dans l’organisme, mais au sens plus large, dans la vie de ces femmes…

    Au delà du fond, je souhaitais vous proposer une forme très visuelle, à savoir une illustration entièrement personnalisée… J’aimerais vous en dire plus dans un échange par mail si vous me le permettez 🙂 Je pense vraiment que ces informations s’aligneront parfaitement avec votre ligne éditoriale et interpelleront vos lectrices !

    Voici mon adresse mail pour échanger plus facilement : marie.vrignaud@publicislifebrands.fr
    Très bonne journée.
    Marie.

  18. cet article est très touchant et si juste… Et la photo des 4 générations de femme est juste sublime!
    J’arrive à me reconnaître dans la glace le matin (mais en fait on ne se regarde pas vraiment, ou sous un certain angle, avec une certaine expression…) Mais je suis toujours surprise quand j’aperçois le reflet de mon visage dans une vitrine ou un miroir de magasin, et depuis quelques années je fuis les appareils photos comme la peste!
    J’admire celles qui s’acceptent assez pour supporter de se voir en photo. J’ai la chance d’avoir conservé la silhouette de mes 20 ans, mais le revers de la médaille, c’est que mon visage déjà fin à la base est tout creusé maintenant. Et cette fille à l’air triste et fatigué sur les photos, ce n’est tout simplement pas moi!
    En même temps, ayant été salement malade à 40 ans, je suis particulièrement consciente de la chance que j’ai d’être toujours là et en bonne santé. Paradoxe quand tu nous tiens…

    En tous les cas, merci et bravo pour tous vos articles, j’adore!!!

    • Je suis dans un vrai paradoxe: j’adore les photos, mais je ne supporte pas être prise en photo. Et, vive le numérique qui me permet de supprimer toutes celles où je ne m’aime pas… J’espère que tes problèmes de santé sont loin derrière toi. Bonne journée. V

      • Oui merci, c’était il y a plus de 10 ans. Le numérique c’est super, mais dangereux aussi, combien de photos de nous sur lesquelles ont se trouvait moche à l’époque, et que l’on regarde désormais avec tendresse en se disant: mais en fait j’étais très mignonne! Heureusement que ces photos là ont survécu. Bonne journée

  19. Bonjour

    Souvent….C’est le manque d’amour et de partage qui tue. La solitude affective n’est pas dû au seul manque affectif du couple, même… si ça fait du bien par où ça passe !

    On ne se reconnait plus quand on se laisse aller à se cacher derrière un masque. A ne pas être soi.

    Et là oui on peut choper Alzheimer. Les maladies dégénératives ce n’est pas que la pollution, les pesticides et toutes les nanoparticules qu’on nous met dans le maquillage ou les tissus de nos robes et polos (sans parler de la nourriture) … c’est aussi et surtout le fait de ne pas pouvoir ETRE SOI.

    De ne pas oser être soi. De rester dans le paraître.

    Pour mincir ce n’est pas si sorcier, il suffit déjà d’éliminer cette saloperie de gluten et adieu la cellulite.
    J’ai passé il y a 3 ans le cap des 50 ans et j’ai toujours mon corps de 18 ans. Enfin presque 🙂

    Le temps que j’ai passé à filer des tuyaux gratuitement aux gens (même si je pratique aussi des soins paysans) est du temps qui m’a permis de m’enrichir en connaissances, pour moi d’abord.
    Comme vous le faites.

    Le partage, une manne d’or dans un monde encore trop peu solidaire. Et encore moins reconnaissant. T
    ant pis pour ceux-là. Ils ne connaissent pas (encore) le pouvoir de la vie ni son secret.

    Happy day !

    http://marie.duval.over-blog.com

  20. Désolée Virginie, je suis hors-sujet mais je n’ai pas connu ma mère avec des cheveux gris ou blancs. Et elle me manque tellement depuis bientôt 8 ans. Je n’en finis pas de la pleurer. La chanson de Sardou, c’était trop pour moi.

    • Ne sois pas désolée, je te comprends très bien. j’ai également perdu la mienne il y a 5 ans… Dans cette chanson, je me projetais plutôt moi, en fait, dans le regard de mes enfants. Bises

  21. Oui, je comprends, c’est différent pour toi. J’espère que tes enfants t’apportent bcp de joies et d’amour. Je n’en ai pas alors que depuis l’âge de 10 ans, j’attendais avec impatience d’en avoir et de devenir maman puisqu’étant la cinquième, ma mère ne souhaitait pas avoir d’autres enfants. Mais mon mari étant stérile et n’ayant pas voulu adopter, j’ai dû en faire le deuil. Bisous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.