Jean-Philippe a 52 ans.

Il a la chance de vivre sur la côte basque et est négociant/propriétaire en vin (Château La Grave ).

Et, il vit une nouvelle belle histoire d’amour avec une femme de son âge. (Jean-Philippe, tu es notre héros !)

Alors, ça fait quoi d’avoir 52 ans?

Je ne me cherche plus. Je suis posé.

Je sais qui je suis et je sais ce que je fais.

Avant je construisais, changeant parfois de direction.

Aujourd’hui mes enfants ont grandi, j’ai ma société, ma maison. Ma vie commence à être tracée. Ce qui me permet de prendre du recul, de mieux m’organiser et du coup de mieux profiter de tout.

Aujourd’hui, je décide et fais ce qui me plait.

 

Votre définition du “bien-vieillir”?

 

Pouvoir profiter des gens que l’on aime tout en étant en bonne santé.

Mes enfants sont grands, mes parents pas encore trop vieux, j’ai plein de copains. j’arrive à me partager entre Paris, Bordeaux et Biarritz. C’est la belle vie !

Je pense qu’il faut aussi savoir lever le pied sur le sport. Pourquoi se faire mal? Pourquoi prendre le risque de se noyer sur une vague géante en surf?  Il faut savoir changer. S’entretenir sans se faire mal, sans prendre trop de risques. Pour cela, il faut s’accepter tel que l’on est, être lucide sur ce que le corps est encore capable de faire. Il faut faire raisonnablement de tout et entretenir plus son esprit que ses abdos.

 

On dit : ‘les hommes mûrissent alors que les femmes vieillissent”, qu’en pensez-vous?

Depuis qu’elles sont petites, les filles sont plus intelligentes, plus mûres que nous. Alors, il est temps que nous mûrissions un peu.

Les femmes ont peut-être plus de mal vis-à-vis du vieillissement parce qu’elles se dévalorisent elles-mêmes. Plus coquètes, elles ont plus facilement des complexes que nous.  Certaines peuvent avoir plus de mal à se mettre en maillot de bain après 50 ans.

Mais je trouve les femmes de cinquante ans très belles, très épanouies et je crois qu’elles aiment encore plus faire l’amour ! 🙂

5
Share