Crèmes anti-rides : on y croit ?

 

 Les crèmes anti-rides : de quoi rêver? 

« Le moringa… Cet arbre de vie, 7 fois plus riche en vitamine C que l’orange, 4 fois plus en vitamine A que la carotte, 4 fois plus en calcium que le lait , 3 fois plus en potassium que la banane… L’extrait de la graine stimule une protéine naturelle cutanée qui aide la peau à résister aux agressions externes et internes en réactivant plus de 200 gènes dans le noyau cellulaire. »  

(Lu dans Marie-Claire au sujet du Baume Réveil Eclat Global anti-âge Revitalizing Suprême+ d’Estée Lauder)

Waou… Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai immédiatement envie de prendre un aller simple pour la Zambie d’où est originaire cet arbre!

Mais, quelques lignes après…

« Un cocktail de 18 plantes qui agit au niveau des récepteurs olfactifs de la peau et active le renouvellement des cellules de la couche cornée, ce qui explique son effet protecteur, cicatrisant et réparateur... « 

(Le soin Aura-Mirabilis de Roger&Gallet)

Ha merde, ça a l’air pas mal ça aussi !

On nous parle si bien. On nous promet de ralentir et même parfois de corriger le vieillissement de notre chère peau ! Avec trois sous-promesses de base en fonction des produits : réduire les rides, redonner du volume, assurer une bonne fermeté.

 

Crèmes antirides - blog femmes 50 ans - quinqua - bien-vieillir

 

Alors, nous …

… Ben, on se tartine matin et soir de crèmes plus ou moins chères (plutôt plus que moins), en n’y croyant finalement pas vraiment. Mais au cas où ça marcherait, ça serait con d’en faire l’impasse. Et comme aucune de nous n’ a envie de s’en appliquer que sur une seule moitié du visage pendant 6 mois pour voir (ou non) la différence…

Alors, un peu de théorie :

Une crème fonctionne grâce aux actifs qu’elle contient. Ces actifs étant des molécules travaillées par les labos pour devenir opérantes au niveau de la peau. Ils peuvent être d’origine naturelle ou chimique. Leur but est de réactiver les mécanismes altérés par l’âge (ex: la synthèse de collagène). Ils luttent contre le relâchement, les rides, les taches…

Les principaux sont :

Le rétinol, le rétinaldéhyde Ces précurseurs d’acide rétinoïque (ou vitamine A acide, LA molécule anti-âge préféré des dermatos) stimulent le renouvellement cellulaire et la production de collagène. On les retrouve quasi dans toutes les formules. Mais, le rétinol n’est pas toujours bien toléré des peaux sensibles.

L’acide hyaluronique. C’est un sucre naturellement présent dans l’organisme, capable de retenir jusqu’à 1 000 fois son poids en eau. Il hydrate l’épiderme, regonfle les rides.

Les AHA. Des acides de fruits qui agissent comme des « nettoyeurs de surface ». Ils exfolient les couches superficielles de l’épiderme et permettent de transformer un teint « grisé » en un teint plus lisse, homogène et lumineux.

La vitamine C. Seconde molécule anti-âge fétiche des dermatos, elle est à la fois régénérante et éclaircissante.

Le Resveratrol. C’est la molécule à la mode. Elle est présente dans certains fruits. C’est un excellent antioxydant. Elle stimule également la production de collagène pour une peau plus ferme.

Pour la pratique : 

J’ai appelé à l’aide mon amie Lihn Pham, journaliste beauté incontournable. Elle a crée le premier site entièrement dédié à l’esthétique médicale Le journal de mon corps (elle est aussi ma principale dealeuse de crèmes premium).

 » La base de tout ce qui concerne l’anti-âge, c’est l’hydratation.

Une bonne crème anti-âge est d’abord une bonne crème hydratante qui va regonfler la peau, éliminer les ridules de déshydratation, renforcer la « barrière cutanée » qui protège des agressions. Une peau bien hydratée = une bonne barrière = rien de sort, rien ne rentre.

La recherche montre d’ailleurs que la part de la génétique dans le vieillissement n’est pas, de loin, la plus importante. On parle de plus en plus d’exposome  qui englobe tous les facteurs internes et externes auxquels l’organisme est exposé depuis la naissance : les UV, la pollution, le mode de vie etc.

Une bonne crème hydratante pourrait suffire à condition qu’elle contienne un indice solaire (minimum 15). Et, pas que l’été : les UVA, les rayons qui pénètrent plus profondément la peau et pilonnent les fibres élastiques, sont présents dans le ciel toute l’année. Dessous, les dermatos aiment également glisser un sérum à base d’anti-oxydants pour lutter contre les radicaux libres générées par les UV, la pollution…

Un bon démaquillage est également essentiel avec un lait ou une eau micellaire. C »est le premier geste anti-âge de la peau !

Dans les crèmes anti-âge, il y a en prime toute une batterie d’actifs censés stimuler la fermeté de la peau. Je dis « censés » car rien ne dit qu’ils pénètrent réellement la peau, en particulier le derme, là où tout se joue. L’efficacité des actifs est surtout testée in vitro (rarement in vivo). Sur le papier tout fonctionne toujours impeccablement. Mais dans la réalité, c’est plus compliqué. La barrière cutanée n’est pas si facile à pénétrer. 

Ce qui fait la différence entre une crème « petit » prix et une plus luxe, ce sont le coût des ingrédients utilisés, et beaucoup la galénique (la texture, le parfum). Plus on paie cher, plus c’est divin, plus on est tenté d’appliquer sa crème tous les matins. L’observance est un critère essentiel dans l’efficacité d’une crème. Le renouvellement cellulaire étant de 28 jours, il faut au minimum appliquer sa crème pendant un mois. Mais, c’est souvent au bout de 2 que l’on commence à réellement apprécier les résultats. »

 

 

Alors, en conclusion, moi, j’aimerais bien que l’on commence par opérer un glissement sémantique. Plus d’anti-âge ! Que ces crèmes accompagnent notre vieillissement sans nous exhorter à lutter contre. On accepte de vieillir (ok, surtout parce qu’on n’a pas le choix). Cela ne devrait pas être un combat ! Parlons de pro-âge. Notion plus positive. Nous voulons juste vieillir bien, avec une jolie peau, en se sentant jolie !

Alors, peace sisters !

Sinon, ça se fume le moringa ? 

Ou en smothie, alors !

 

Moringa - blog femmes 50 ans - quinqua - bien-vieillir

7
Share