CATHERINE, 57 ANS. 

Il y a 4 ans, alors qu’elle souffre d’un hallux valgus (déformation au niveau du gros orteil du pied), Catherine se désespère de ne plus trouver « chaussure à son pied ».  » Il n’y avait que des trucs moches. Même à 80 ans, je n’aurais pas eu envie de les porter. C’était assez déprimant de me dire que je ne pouvais plus m’habiller comme je le souhaitais. »

Sa rencontre avec une esthéticienne d’une vingtaine d’années qui a le même problème qu’elle va lui donner le déclic. « Ce n’est pas qu’un problème de « vieille »! Énormément de femmes sont concernées. L’idée, un peu folle que je pouvais faire quelque chose pour elles, m’a alors traversée l’esprit. Avoir de jolies chaussures est tellement important pour nous. « 

Catherine est pourtant une « scientifique ». Une vraie matheuse, ingénieur en informatique. Mais, elle a toujours eu la fibre « commerciale ».  » Je suis fille de commerçant. » Et, a déjà amorcé plusieurs virages dans sa vie. Elle a créé, il y a plusieurs années, une première société de conseil en bricolage pour les femmes. Elle sera ensuite plus de 10 ans négociatrice en immobilier.

« Ma fille Caroline vient, elle, du marketing, on a donc décidé de faire équipe. Ce qui rend l’aventure encore plus belle. »

 

Caroline Macaron - Jeune Vieillis Pas - blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

Caroline part alors en Grande-Bretagne faire un stage de fabrication de chaussures. De son côté, Catherine s’abreuve de vidéos. Avec ses économies, elle achète des matériaux, des formes (pieds en bois)…Et, elles réalisent leur premier prototype avec l’aide d’un copain cordonnier.

« Je me suis mise à marcher avec. Et j’ai dit, c’est génial: c’est bon, on y va! On crée Caroline Macaron!. Me lancer dans une telle aventure à plus de 50 ans? J’ai une vraie chance, je ne vois pas le temps qui passe. Avec un projet si enthousiasmant, l’âge passe au second plan. »

 

Caroline Macaron- Jeune vieillis pas - blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

 

On a bien évidemment énormément re-travaillé notre proto. Il a fallu que l’on trouve nos fournisseurs, que l’on se familiarise avec les cuirs pour être au top de la qualité. Que l’on sélectionne le meilleur atelier de fabrication  (à Cholet).

 

Caroline Macaron - blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

« Ce qui nous a posé le plus de problèmes est la distribution. Une petite marque comme la nôtre est très mal accueillie par les revendeurs. On est pas mal « snobé ». Alors, des petits jeunes de chez nous (Tours) ont conçu notre site:  www.carolinemacaron.com. »

Aujourd’hui, Catherine et Caroline ont développé plusieurs modèles. Financièrement cela reste compliqué, elles ne se payent toujours pas. Mais leur enthousiasme et leur détermination restent intacts.

« Et, puis, l’idée de rendre service aux femmes, d’apporter une vraie valeur ajoutée à leur vie nous plait plus que tout. »

 

 

Caroline Macaron - blog femmes 50 ans - blog quinqua

 

4
Share