Sandrine, 48 ans.
Sandrine, 48 ans.

Alors que je la suivais sur Instagram (@rose_carmine), j’ai rencontré Sandrine, en vrai, à la dernière Fashion Week. Ses pulls aux couleurs extraordinaires m’ont immédiatement attirés l’œil.

Sandrine est une vraie artiste dans l’âme. La couleur étant le fil conducteur de tout son parcours.

« Après le bac, j’ai fait une école de stylisme (Esmod). Mais, j’ai arrêté au cours de la première année. Je ne me voyais pas évoluer dans ce milieu. Je me suis alors tournée vers une école de graphisme et j’ai travaillé quelques années dans la pub. »

Lors de son congé maternité, elle découvre la peinture sur porcelaine.

« Je suis devenue accro ! Très vite, à mon retour en agence, j’ai démissionné pour en faire mon métier ».

Pendant près de 18 ans, Sandrine tiendra sa « boutique/atelier » d’arts de la table à Paris. Elle y travaillera aussi la céramique.

Jeune Vieillis Pas / Blog 50 ans

 

« J’ai fait un nombre incalculable de salons pros dont Maison&Objet. Je me suis un peu lassée. Pour décompresser, je me suis mise à peindre… Pendant 3 ans, j’ai fait quelques expos. Mais le monde de l’art est impénétrable….  »

Jeune Vieillis Pas / Blog 50 ans

 

« Puis, je me suis mise à tricoter. 

Quand j’ai vu toutes les couleurs, toutes les matières qui existaient, cela m’a complètement fascinée. J’ai donc commencé à créer des pulls comme je concevais mes tableaux.

 

Rose Carmine / Jeune Vieillis Pas

 

En 2013, Sandrine monte donc Rose Carmine. « Deux noms de couleur qui n’en font pas une ». Le succès est très rapide.

« Je reste une entrepreneuse. J’étais donc rodée. À faire les salons. À être totalement polyvalente. À tout apprendre par moi-même. Là, il a fallu que je trouve les bonnes filatures, les bonnes personnes pour tricoter. C’est un vrai travail artisanal.

Mais, le milieu est très différent. La mode est un monde difficile. Le rythme est infernal. Il faut se renouveler deux fois par an. Très vite une collection est zappée par la nouvelle. C’est même assez frustrant quand tu aimes les pièces que tu as fait. Un coup, les gens t’encensent, après ils peuvent t’ignorer.

Je ne regrette absolument rien, mais c’est beaucoup de tensions. Et, bien sûr, je n’ai pas la même pêche qu’il y a 20 ans. J’ai des gros coups de fatigue quand même.

En fait, toute la partie création ma passionne. Je n’ai aucun problème à avoir des idées. La vraie difficulté réside dans le fait d’être une entrepreneuse. De tout porter à bout de bras. C’est une dépense d’énergie dingue. C’est du non-stop. « 

 

Rose Carmine / Jeune Vieillis Pas

 

Quelques créations de Sandirne :

Rose Carmine / Jeune Vieillis Pas

Pour en voir plus, allez sur son site www.rosecarmine-paris.com. Sur lequel, vous pouvez lui envoyer un mail afin d’ être convié à ses ventes privées.

Et, pour liker sa page Facebook, c’est ici.

2
Share