Jeune Vieillis Pas

 

“La cinquantaine sportive”!  J’ai lu cette expression dans la presse people estivale pour qualifier la nouvelle maîtresse de Bill Clinton.

J’aime bien l’idée.

Ça fait “teint frais”, saine, en forme, alerte, bien dans ses baskets…

Un de mes amis, alors que nous dissertions, cet été, sur les atouts physiques de nos amis (si, si, cela nous amuse encore), a un peu enfoncé l’haltère:

“- Toi, t’es encore vraiment bien (sous-entendu pour ton âge). De tête (???). Mais, tu fais du sport?

Bon, ben je ne dois pas avoir la cinquantaine sportive !

Et, pourtant: oui, je fais du sport. Et, ce depuis plus de 18 ans. Date de ma première grossesse et de mon premier vrai grand bouleversement hormonal.

J’ai pris 28 kg. Je ne m’en suis jamais complètement remise. Mon rapport masse grasse/masse maigre ne m’a plus jamais été favorable.

Alors, à chaque rentrée, je reprends le chemin de la salle de gym.

Jeune Vieillis Pas

 

Avec aussi peu d’entrain qu’un cancre reprend celui de l’école.

Voilà, je suis une a-sportive. 

Si! J’aime faire des longueurs dans la mer des Caraïbes, pédaler à travers les pins, marcher à marée basse dans la baie de La Baule…

Pas me faire suer dans une salle de sport.

Pourtant la motivation est là. Chaque année intacte. Me muscler. Me raffermir. M’amincir… On a beau me répéter que cela ne fait pas maigrir, je continue à y aller dans l’espoir de perdre du poids (non, dans celui de pourvoir me goinfrer sans trop en payer les conséquences).

Même ma gényco appuie sur la pédale:

À partir de 50 ans, il est indispensable de faire du sport. C’est bon pour les os (contre l’ostéoporose). Cela fait baisser le cholestérol et combat l’hypertension.” (ndlr: vieillir ressemble quand même à une maladie!).

 

Jeune Vieillis Pas

 

Alors, contrainte sous la menace de mon pèse-personne, j’y vais  2 fois par semaine. 45 minutes où j’alterne  vélo, rameur et quand je suis très en forme, quelques appareils de musculation.

Je déteste les cours collectifs. La Zumba? Trop speed et totalement inadaptée à la notion de bouffées de chaleur. Les abdos-fessiers!  Troooop mal. Le step ? De plus en plus de problèmes de coordination.  Le stretching! je m’ennuie….

Pourtant, y’en a qui aime, vraiment, le sport.

J’ai déjeuné récemment avec une amie fana de running. Elle m’explique que, pour elle, courir: “c’est un vrai kiff”. Il y a un moment où je me sens en phase avec ma respiration, où je ne ressens plus la douleur.” La fameuse libération  d’endorphines! Ces hormones qui ressembleraient aux opiacés que fabrique notre organisme lors d’un effort physique, même modéré. Et, qui feraient que l’on finisse par nouer une relation quasi-affective avec son activité.

Bon, ben, j’ai pas d’affect! 

Mon seul kif: écouter mon I Pod le son au max sur mon rameur (écouter de la musique hyper fort= réelle sensation de retour à l’adolescence). Là, je me donne à fond dans les tympans.

Jeune Vieillis Pas

 

Et, depuis, cette rentrée, je vois de plus en plus dans la presse (le figaro.fr, le point.fr, Elle…)  le terme “coregasm”. Un mot valise composé de “core” pour exercice et orgasme.

En effet, c’est la bombe de la rentrée. Une (sérieuse) étude américaine révèle que certaines femmes atteignent l’orgasme pendant des séances d’entraînement physique!

OK, je suis ” frigide “.

 

0
Share